Faut-il l’appeler Jésus ou Yeshoua ?


« Et tu lui donneras le nom de… » annonce l’ange Gabriel, « Jésus ».

Non, il n’a pas dit ça. Il a dit « Yeshoua ». Mais bon, Gabriel ne s’appelait pas vraiment Gabriel non plus – en hébreu, ça sonne différemment : « Gav-ree-el ». Puissant du Seigneur. Mais au moins, Gabriel ressemble un peu à Gav-ree-el. C’est au moins reconnaissable ! Comment Yeshoua, le nom hébreu actuel de notre Seigneur et Messie, s’est-il transformé en Jésus ? Cela ne ressemble en rien à Yeshoua ! Et est-ce vraiment important comment on l’appelle ?


Comment en sommes-nous arrivés à l’appeler Jésus ?

Le nom  » Jésus  » vient de la façon grecque d’exprimer son nom : Ἰησοῦς, qui se prononce  » Yéssous « . Alors que nous disposons d’une version anglaise du nom hébreu de Gabriel, il semble que nous nous soyons retrouvés avec une version anglaise de la version grecque du nom hébreu de notre Messie, dont la sonorité n’est même plus proche. Cela le rend d’autant moins reconnaissable pour ses frères juifs. Jésus sonne tellement… gentil ! Mais quand les juifs entendent son nom en hébreu, bien souvent les lumières s’allument. Ah ! Yeshua !

Le nom de Yeshoua était connu et utilisé dans l’histoire juive – on trouve des hommes appelés Yeshoua dans les listes d’appel des équipes servant dans le temple (1 Chroniques 24:11, 2 Chroniques 31:15, Esdras 2:2,6,36). C’est une version de Joshua, et cela signifie « salut » (Ndt , en fait « Salut de Dieu »). Cela a beaucoup plus de sens pour des oreilles juives.


Comment Jésus est connu et comment on l’appelle en Israël

Malheureusement, pendant de longues années, parmi le peuple juif de langue hébraïque, Yeshoua a été connu sous le nom de « Yeshu », qui est un acronyme pour une malédiction : « yimakh shemo ve zikhro » qui signifie, « Que son nom et sa mémoire soient effacés« . Tant de souffrances et de persécutions ont été infligées au peuple juif au nom de Yeshoua que son nom même est devenu une pierre d’achoppement et une offense, et maintenant il est souvent considéré comme l’un des ennemis du peuple juif. Le mot « Yeshu » est composé de trois lettres hébraïques – Y-Sh-U (ישו), mais il lui manque la dernière lettre de son nom – le son « Ah ». Cette dernière lettre est appelée « Ayin » (ע), ce qui, de manière assez intéressante, signifie « œil ». C’est presque comme si sans le « ayin », ils ne pouvaient pas voir, mais lorsque le « ayin » est ajouté, la vue vient aux aveugles.

Yeshoua est communément appelé Yeshu ici en Israël, mais certains universitaires l’appellent Yeshua, et il est amusant de constater qu’un groupe particulièrement extrémiste qui a tagué des graffitis anti-messianiques sur une église, déclarant que Yeshoua était un singe, a en fait épelé son nom correctement ! Mais malheureusement, il est souvent appelé Yeshu haNotzri, ce qui signifie « malédiction sur Jésus le chrétien ». En Israël, il est généralement considéré comme un gentil, un chrétien et un « autre ». Mais Jésus n’était pas un chrétien – il n’était pas un adepte du Christ – il était le Christ lui-même ! Le Messie juif ! Jésus n’était pas un chrétien, Marie n’était pas une catholique, et Jean n’était pas un baptiste : Ils étaient tous juifs ! Bien que « Notzri » soit le mot hébreu pour « Chrétien », il signifie en fait quelqu’un de Nazareth (Natzeret en hébreu). Il serait plus exact de dire Yeshua me Natzeret – Yeshua de Nazareth. C’est proche, mais très éloigné dans la perception israélienne. Christ est le mot grec pour Messie, donc Jésus-Christ signifie en réalité Yeshua le Messie.

Je me souviens d’avoir assisté à un cours sur le Nouveau Testament à l’université, ici en Israël, dispensé par quelqu’un qui n’y croyait pas d’un iota – il était simplement considéré comme un livre important qui a façonné la civilisation occidentale. Lorsque les étudiants demandaient ce que signifiait « Christ » (était-ce son nom de famille ?), le professeur expliquait qu’il s’agissait du mot grec pour Messie. À ma grande joie, elle a écrit au tableau (en hébreu, devant une classe remplie d’étudiants israéliens) :
Jésus = Yeshua = Christ = Messie

Ce n’est pas bien compris ici en Israël, mais lentement, les lumières s’allument et de plus en plus de gens comprennent que Jésus-Christ n’est pas une personnalité étrangère d’une religion païenne, mais que Yeshua, le salut, est le Messie juif de Nazareth en Israël, celui qui est prophétisé dans la Bible hébraïque. « Et tu lui donneras le nom de Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés » (Matthieu 1, 21).
Comment devrions-nous l’appeler alors ?

Maintenant que nous avons établi son véritable nom hébreu, Yeshua, devons-nous cesser de l’appeler Jésus ?

Il est vrai que sa mère et ses amis l'appelaient Yeshua plutôt que Jésus, mais si vous le connaissez comme Jésus, cela le dérange-t-il ? Est-il incorrect de l'appeler Jésus ? Certains soutiendraient jusqu'à en avoir le visage bleu qu'il est essentiel de l'appeler Yeshua et non Jésus, mais la venue de Yeshua était aussi le moment choisi par Dieu pour apporter le salut aux Gentils. Je crois que ce n'est pas un hasard si son nom a été diffusé dans la lingua-franca internationale de l'époque : le grec. Il devait être diffusé au loin, dans toutes les nations de la terre.

Dieu ouvrait maintenant la voie à tous les peuples de la terre pour qu’ils viennent à lui. Si vous vous identifiez à lui par son nom de Jésus, ne vous sentez pas obligé de changer pour Yeshua si vous n’en ressentez pas le besoin. Il connaît ses brebis, et ses brebis connaissent sa voix. Son nom a été transmis aux nations dans différentes versions du grec « Yéssous », mais maintenant, ici, dans son lieu de naissance, Israël, les gens commencent à découvrir Yeshua, leur Messie juif.
Yeshoua sera à nouveau reconnu par ses frères

Tout comme Joseph était méconnaissable pour ses frères, vêtu d’un habit égyptien étranger et parlant une langue étrange lorsqu’ils sont venus chercher de l’aide, Yeshoua a été parmi les gentils, apportant le salut, et semble maintenant enveloppé dans des termes et une culture gentils. Il est devenu difficile pour ses frères et sœurs juifs de le reconnaître comme faisant partie de la tribu.

Rappelons-nous ce qui est arrivé à Joseph et à ses frères dans la Genèse 45:1-5 :

« …Joseph se fit connaître à ses frères. Et il pleura à haute voix, de sorte que les Égyptiens l’entendirent, et la maison de Pharaon l’entendit. Et Joseph dit à ses frères : « Je suis Joseph ! Mon père vit-il encore ? » Mais ses frères ne purent lui répondre, car ils étaient consternés par sa présence. Alors Joseph dit à ses frères : « Approchez-vous de moi, s’il vous plaît. » Et ils s’approchèrent. Et il leur dit : « Je suis votre frère, Joseph, que vous avez vendu en Égypte. Et maintenant, ne vous affligez pas et ne vous mettez pas en colère contre vous-mêmes parce que vous m’avez vendu ici, car Dieu m’a envoyé devant vous pour préserver la vie. »

Joseph était une préfiguration du Messie – vendu pour 20 pièces d’argent comme Yeshoua a été trahi pour 30, souffrant aux mains de ses frères et en leur nom, mais procurant le salut à sa famille et à un grand nombre d’autres gentils. Nous savons qu’il y aura un temps où cette révélation viendra aussi au peuple juif en masse, comme Dieu le promet dans Zacharie 12:10 ;

« Je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et des supplications pour la miséricorde, de sorte que, lorsqu’ils regarderont vers moi, vers celui qu’ils ont transpercé, ils se lamenteront sur lui, comme on se lamente sur un enfant unique, et ils pleureront amèrement sur lui, comme on pleure sur un premier-né ».

Cela ne s’est pas encore produit, mais quand ce sera le cas, il y aura beaucoup de pleurs d’horreur (qu’avons-nous fait ?) mais aussi de joie, comme ce fut le cas pour Joseph et ses frères. Ils embrasseront leur frère juif, Yeshoua, le Messie promis. Et la joie de la réconciliation et de la réunion de la famille sera mutuelle, car Dieu a profité de toutes ces années de rejet pour le bien et le salut du monde entier.

« Je ne veux pas que vous ignoriez ce mystère, frères : un endurcissement partiel est survenu en Israël, jusqu’à ce que la plénitude des païens soit entrée. Et c’est ainsi que tout Israël sera sauvé… eux aussi ont maintenant été désobéissants, afin que, par la miséricorde dont vous avez été l’objet, eux aussi reçoivent maintenant la miséricorde. Car Dieu a condamné tous les hommes à la désobéissance, afin d’avoir pitié de tous. Oh, la profondeur des richesses, de la sagesse et de la connaissance de Dieu ! Comme ses jugements sont insondables et comme ses voies sont impénétrables ! » (Romains 11:25-33)

Pour plus d’articles d’étude, de vidéos et de nouvelles de dernière minute de ONE FOR ISRAEL
suivez-nous sur
Facebook, Twitter, Instagram, YouTube
ou abonnez-vous à notre blog et à notre newsletter !

Perspective messianique, Yeshoua


Voir aussi nos articles :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s