Une étude de l’American Medical Journal confirme le risque de myocardite et de péricardite après l’administration des vaccins COVID-19

Nous publions cet article , pour informer sur les risques liés à la vaccination. Bien prendre en compte que peu de cas d’effets secondaires sont reliés vaccins en général. Ces risques sont donc très sous-estimés. De plus d’autres effets secondaires graves ne sont pas comptabilisés dans cette études (Infartus, Creuzfeld-Jacob, Zonas, Paralysies, Grossesses interrompues , décès, ni même de Covid provoquées par le vaccin ….etc…)

Une nouvelle étude publiée mardi par le Journal of the American Medical Association (JAMA) a révélé le développement de myocardites et de péricardites après la vaccination COVID-19 à base d’ARNm, qui sont plus élevées chez les adolescents et les jeunes hommes.

par Jim Hoft ;Publié le 25 Janvier, 2022 source https://www.thegatewaypundit.com/

L’étude s’est appuyée sur les données du VAERS concernant les cas signalés de myocardite survenus après l’administration du vaccin Pfizer et Moderna entre décembre 2020 et août 2021 chez 192 405 448 individus âgés de plus de 12 ans aux États-Unis. Ces données ont été traitées par le VAERS en date du 30 septembre 2021.

Le principal résultat après la vaccination était la survenue d’une myocardite et le résultat secondaire était la péricardite.

Selon l’étude, le VAERS a reçu 1 991 rapports de myocardite (dont 391 comprenaient également une péricardite) après réception d’au moins une dose de vaccin COVID-19 à base d’ARNm et 684 rapports de péricardite sans présence de myocardite.

Sur les 1991 rapports de myocardite, 1 626 répondaient à la définition de cas du CDC pour une myocardite probable ou confirmée. (Voir tableau ci-dessous)

From Journal of the American Medical Association:

Findings  In this descriptive study of 1,626 cases of myocarditis in a national passive reporting system, the crude reporting rates within 7 days after vaccination exceeded the expected rates across multiple age and sex strata.

Résultats Dans cette étude descriptive de 1 626 cas de myocardite dans un système national de déclaration passive, les taux bruts de déclaration dans les 7 jours suivant la vaccination ont dépassé les taux attendus dans plusieurs strates d’âge et de sexe.

Les taux de cas de myocardite étaient les plus élevés après la deuxième dose de vaccination chez les adolescents de sexe masculin âgés de 12 à 15 ans (70,7 par million de doses du vaccin BNT162b2), chez les adolescents de sexe masculin âgés de 16 à 17 ans (105,9 par million de doses du vaccin BNT162b2) et chez les jeunes hommes âgés de 18 à 24 ans (52,4 et 56,3 par million de doses du vaccin BNT162b2 et du vaccin mRNA-1273, respectivement).

Signification D’après les rapports de surveillance passive aux États-Unis, le risque de myocardite après l’administration de vaccins COVID-19 à base d’ARNm était accru dans de multiples strates d’âge et de sexe et était le plus élevé après la deuxième dose de vaccination chez les adolescents et les jeunes hommes.

Principaux résultats et mesures Les déclarations de myocardite au VAERS ont été évaluées et résumées pour tous les groupes d’âge. Les taux bruts de déclaration ont été calculés pour les strates d’âge et de sexe. Les taux attendus de myocardite par âge et par sexe ont été calculés à l’aide des données de réclamation 2017-2019. Pour les personnes âgées de moins de 30 ans, des examens de dossiers médicaux et des entretiens avec des cliniciens ont été réalisés pour décrire la présentation clinique, les résultats des tests diagnostiques, le traitement et les résultats précoces.

Résultats Parmi les 192, 405 448 personnes ayant reçu un total de 354 100 845 vaccins COVID-19 à base d’ARNm au cours de la période d’étude, il y a eu 1 991 rapports de myocardite au VAERS, et 1 626 de ces rapports répondaient à la définition de cas de myocardite. Parmi les personnes atteintes de myocardite, l’âge médian était de 21 ans (IQR, 16-31 ans) et le délai médian d’apparition des symptômes était de 2 jours (IQR, 1-3 jours).

Les hommes représentaient 82 % des cas de myocardite pour lesquels le sexe était déclaré. Les taux bruts de déclaration des cas de myocardite dans les 7 jours suivant la vaccination par COVID-19 ont dépassé les taux attendus de myocardite dans plusieurs strates d’âge et de sexe. (Voir le graphique ci-dessous)

Les taux de myocardite étaient les plus élevés après la deuxième dose de vaccination chez les adolescents de sexe masculin âgés de 12 à 15 ans (70,7 par million de doses du vaccin BNT162b2), chez les adolescents de sexe masculin âgés de 16 à 17 ans (105,9 par million de doses du vaccin BNT162b2) et chez les jeunes hommes âgés de 18 à 24 ans (52,4 et 56,3 par million de doses du vaccin BNT162b2 et du vaccin mRNA-1273, respectivement). On a recensé 826 cas de myocardite chez les personnes âgées de moins de 30 ans pour lesquels on disposait d’informations cliniques détaillées ; parmi ces cas, 792 sur 809 (98 %) présentaient des taux élevés de troponine, 569 sur 794 (72 %) des résultats anormaux à l’électrocardiogramme et 223 sur 312 (72 %) des résultats anormaux à l’imagerie par résonance magnétique cardiaque. Environ 96 % des personnes (784/813) ont été hospitalisées et 87 % (577/661) d’entre elles ont vu leurs symptômes disparaître à la sortie de l’hôpital. Le traitement le plus courant était les anti-inflammatoires non stéroïdiens (589/676 ; 87 %).

Conclusions et pertinence : D’après les rapports de surveillance passive aux États-Unis, le risque de myocardite après l’administration de vaccins COVID-19 à base d’ARNm était accru dans plusieurs strates d’âge et de sexe et était plus élevé après la deuxième dose de vaccination chez les adolescents et les jeunes hommes. Ce risque doit être considéré dans le contexte des avantages (NdT avantages supposés) de la vaccination COVID-19.

Lisez l’étude complète ici :

Myocarditis Cases Reported After mRNA-Based COVID-19 Vaccination in the US From December 2020 to August 202… by Jim Hoft on Scribd

____ VersionAnglaise // English Version ____

Top American Medical Journal Study Confirms the Risk of Myocarditis and Pericarditis After Receiving COVID-19 Vaccines – Risks is Highest After Second Vaccine in Adolescent Males and Young Men

By Jim Hoft
Published January 25, 2022 at 9:00pm
381 Comments Share Tweet Share to GabTelegram Share

A new study released on Tuesday by the Journal of the American Medical Association (JAMA) revealed the development of myocarditis and pericarditis after mRNA-based COVID-19 vaccination which is highest in adolescent males and young men.

The study was based on the data from VAERS on reported cases of myocarditis that occurred after receiving the Pfizer and Moderna vaccine between December 2020 and August 2021 in 192, 405 ,448 individuals older than 12 years of age in the US. These data were processed by VAERS as of September 30, 2021.

The primary outcome after the vaccination was the occurrence of myocarditis and the secondary outcome was pericarditis.

According to the study, VAERS received 1,991 reports of myocarditis (391 of which also included pericarditis) after receipt of at least 1 dose of mRNA-based COVID-19 vaccine and 684 reports of pericarditis without the presence of myocarditis.

Of the 1991 reports of myocarditis, 1,626 met the CDC’s case definition for probable or confirmed myocarditis. (See table below)

TRENDING: SPECIAL ANNOUNCEMENT: President Trump To Appear At Houston ‘American Freedom Tour’ Rally THIS SATURDAY! – Information Below…

From Journal of the American Medical Association:

Findings  In this descriptive study of 1,626 cases of myocarditis in a national passive reporting system, the crude reporting rates within 7 days after vaccination exceeded the expected rates across multiple age and sex strata.

The rates of myocarditis cases were highest after the second vaccination dose in adolescent males aged 12 to 15 years (70.7 per million doses of the BNT162b2 vaccine), in adolescent males aged 16 to 17 years (105.9 per million doses of the BNT162b2 vaccine), and in young men aged 18 to 24 years (52.4 and 56.3 per million doses of the BNT162b2 vaccine and the mRNA-1273 vaccine, respectively).

Meaning  Based on passive surveillance reporting in the US, the risk of myocarditis after receiving mRNA-based COVID-19 vaccines was increased across multiple age and sex strata and was highest after the second vaccination dose in adolescent males and young men.

Main Outcomes and Measures  Reports of myocarditis to VAERS were adjudicated and summarized for all age groups. Crude reporting rates were calculated across age and sex strata. Expected rates of myocarditis by age and sex were calculated using 2017-2019 claims data. For persons younger than 30 years of age, medical record reviews and clinician interviews were conducted to describe the clinical presentation, diagnostic test results, treatment, and early outcomes.

Results  Among 192, 405,448 persons receiving a total of 354,100,845 mRNA-based COVID-19 vaccines during the study period, there were 1,991 reports of myocarditis to VAERS, and 1,626 of these reports met the case definition of myocarditis. Of those with myocarditis, the median age was 21 years (IQR, 16-31 years) and the median time to symptom onset was 2 days (IQR, 1-3 days).

Males comprised 82% of the myocarditis cases for whom sex was reported. The crude reporting rates for cases of myocarditis within 7 days after COVID-19 vaccination exceeded the expected rates of myocarditis across multiple age and sex strata. (See graph below)

The rates of myocarditis were highest after the second vaccination dose in adolescent males aged 12 to 15 years (70.7 per million doses of the BNT162b2 vaccine), in adolescent males aged 16 to 17 years (105.9 per million doses of the BNT162b2 vaccine), and in young men aged 18 to 24 years (52.4 and 56.3 per million doses of the BNT162b2 vaccine and the mRNA-1273 vaccine, respectively). There were 826 cases of myocarditis among those younger than 30 years of age who had detailed clinical information available; of these cases, 792 of 809 (98%) had elevated troponin levels, 569 of 794 (72%) had abnormal electrocardiogram results, and 223 of 312 (72%) had abnormal cardiac magnetic resonance imaging results. Approximately 96% of persons (784/813) were hospitalized and 87% (577/661) of these had resolution of presenting symptoms by hospital discharge. The most common treatment was nonsteroidal anti-inflammatory drugs (589/676; 87%).

Conclusions and Relevance  Based on passive surveillance reporting in the US, the risk of myocarditis after receiving mRNA-based COVID-19 vaccines was increased across multiple age and sex strata and was highest after the second vaccination dose in adolescent males and young men. This risk should be considered in the context of the benefits of COVID-19 vaccination.

Read the full study here:

Myocarditis Cases Reported After mRNA-Based COVID-19 Vaccination in the US From December 2020 to August 202… by Jim Hoft on Scribd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s