Un système solaire étonnamment jeune

Les théoriciens d’une terre vieille de plusieurs milliards d’années ont du soucis à se faire.

(voir traduction en français à la fin du document en anglais)

Les Cieux déclarent : …. Un jeune système solaire

par Dr Ron Samec le 27 novembre 2007

The Heavens Declare . . . A Young Solar System

The Heavens Declare . . . A Young Solar System

by Dr. Ron Samec on November 27, 2007

Share:

Psalm 19 tells us that the heavens declare the glory of God. But what do the heavens declare about the age of the universe?

Psalm 19 tells us that the heavens declare the glory of God. But what do the heavens declare about the age of the universe? Recent observations confirm that the universe is only a few thousand years old, as the Bible says.

The Existence of Comets

Comets are small, low density, icy “asteroids” that orbit the sun. But their lifetime is limited. As they come near the sun, some of their icy material is vaporized and blown away—forming a “tail.”

The actual body of the comet, called the “nucleus,” is very small, ranging from 1 to 30 miles (1–50 km) in diameter. It also has very low density, certainly less than that of water. Earth-based observers cannot see the nucleus. Instead they see only the gases and dust particles that come from the nucleus, including a large glowing gas ball, called a coma, and the ion and dust tails. The gas (ion) tail is blown away from the sun by solar wind, and the dust tail is forced back by the pressure of photons. The presence of tails and comas tells us that comets are constantly losing mass.

Anatomy of a Comet

Comet parts

A comet is a ball of ice and rocky dust particles (as seen in this image of Hale-Bopp). The ion tail (blue) points away from the sun and is blown back by its interaction with solar wind. The dust tail (yellow-white) is swept back by radiation pressure. It sweeps behind the comet due to its orbital motion around the sun.

Death of a Comet

Comet death

Photo courtesy NASA

These time-lapse images show the disintegration of the Schwassmann–Wachmann 3 (S-W 3) comet. This comet disintegrated over the past several decades. The Hubble telescope captured detailed photos of its breakup.

Comets, as well as their orbits, are greatly affected by the planets. For instance, Jupiter has corralled about 45 comets within its orbit and evidently can destroy comets; Jupiter’s gravitational field can cause comets to break apart and even collide with the planet itself. In addition, the SOHO spacecraft has regularly recorded comets being completely destroyed as they encounter the sun.

Many comets have been observed to break up or at least partially disintegrate. In 1852 Comet Biela was observed to divide in two, and in 1872, a meteor shower appeared in its place. Indeed, nearly all meteor showers are linked to the disintegration of known comets.

It is apparent that comets are temporary. And from their orbits, we find that comets do not just fall in from interplanetary space. They appear to be true members of the solar system, and so they are limited in number. If the solar system were 4.6 billion years old, our complete supply of comets should have been exhausted long ago. Instead, comets are plentiful.

To resolve this challenge, uniformitarian astronomers believe that long-period comets arise from the Oort cloud, a hypothesized cloud of comet nuclei with a radius of about 50,000 AU (an astronomical unit is the average distance between the earth and sun). Evolutionists Carl Sagan and Ann Druvan admit in their book entitled Comet, “Many scientific papers are written each year about the Oort Cloud, its properties, its origin, its evolution. Yet there is not yet a shred of direct observational evidence for its existence.”

Likewise, the shorter period comets are believed to come from the Kuiper belt, a disk of icy asteroids beginning at the orbit of Pluto (40 AU) and extending out to about 55 AU. But such objects have different characteristics from the comets, so they cannot explain the wealth of comets we see today.

The Moon is Still Alive . . .

The moon is very much alive, geologically speaking. Ever since telescopes have been available, observers have been reporting many color changes, bright and colored spots and streaks, clouds, hazes, veils, and other phenomena on the moon. Since these phenomena are short lived, they are called Transient Lunar Phenomena (TLP). These speak of geologic activity.

Aristarchus Region of the Moon

Moon regions

Photo courtesy NASA

Over 300 transient lunar phenomena have occurred in the Aristarchus region of the moon, indicating that the moon is young, just as the Bible says.

From 1900 to 1960, many of these observations were dismissed and ignored because the prevailing belief was that the moon is 4.5 billion years old and has been geologically dead for the last 3 billion years. (As the argument went, since the moon is about one-fourth of the size of the earth, heavy masses would fall to the center, the moon would cool much faster than the earth, and no magma would be left.) But the number of TLP observations became so overwhelming that mainline publications began to discuss them. In 1968, NASA published the Chronological Catalog of Reported Lunar Events.

As early as March 1787, William Herschel, the discoverer of Uranus and an ardent lunar observer, reported, “I perceive three volcanoes in different places of the dark side of the moon. Two of them are either extinct, or otherwise in a state of going to break out. . . . The third shows an actual erupt ion of fire, or luminous matter.” The next night he continued, “The volcano burns with greater violence than last night. I believe the diameter . . . to be about three miles.” More than 300 TLP’s have been seen in the Aristarchus region alone. This and hundreds of similar observations point to the youthfulness of the moon, as the Bible tells us.

Jupiter and Neptune are Still So Hot

We have been taught that solar system bodies shine only by reflected light. Is this true? No, not for the Jovian gas giants, Jupiter and Neptune. In fact, the power excess for Jupiter is 3 x 1017 watts.1 Jupiter actually radiates nearly twice as much power as it receives from the sun, but mostly in the infrared. That’s enough power to continuously burn three million-billion 100-watt light bulbs. Saturn puts out half the energy but is one-quarter the mass, so it produces twice the energy per unit mass than Jupiter. Neptune gives off well over twice as much energy as it receives. Uranus’ energy production is somewhat in doubt, but even it appears to give off slightly more than it receives. This means that each of these three planets has an alternate energy source. What is it?

Jupiter puts out nearly twice the energy it receives from the sun. This makes sense if the planet is only thousands of years old.

The usual explanation for Jupiter’s extra energy is that it is shrinking. This converts gravitational energy into internal heat and radiation. Can this explain the extra energy? No. Shrinkage alone does not produce enough energy. Others have said that helium is raining down on the core, releasing additional gravitational energy. While that may be the explanation for Saturn and Uranus, whose surfaces are helium depleted, observations of the vibrations of the surface (asteroseismology) have shown this is not correct for Jupiter.2

Researchers3 have hypothesized that nuclear reactions are occurring in the core of Jupiter as a result of burning deuterium (heavy hydrogen). This requires a core temperature of 160,000 K, some 8 times hotter than the present models of Jupiter. Will this produce the extra energy? To make this work, most of the deuterium available throughout Jupiter had to simultaneously descend to its core when Jupiter formed so the deuterium would be hot enough to ignite. Once it ignited, it would burn happily for 10 billion years or more and keep Jupiter hot. This would give us a hot Jupiter like the one we see today. At first, this solution appears to be ingenious. The snag is that the deuterium layer has to assemble itself at just the right time and at the right place to sustain Jupiter’s core temperature. The same unlikely event must be repeated on Neptune.

The definition of a star is any large, self-gravitating gaseous sphere with continued nuclear reactions in its core. Our sun is a star. It burns hydrogen in its core. But if Jupiter and Neptune have nuclear reactions in their cores, then they are dwarf suns. There would be three suns in our solar system.

There is a simpler explanation. God created the Jovian planets. The heat energy comes from the creative work of God and any gravitational energy produced since then. Since they are young and quite massive, the Jovian planets have not had time to cool down. Are hot Jovian planets a problem to creationists? Absolutely not! They are only a problem to evolutionists.

Fast Facts

  • Spiral galaxies rotate much too quickly for an old universe. They would be twisted beyond recognition if they were really as old as secular astronomers claim.
  • The magnetic fields of planets and moons in our solar system are consistent with their age of a few thousand years, but are much too strong for an age of billions of years.
  • The debris shed by disintegrating comets is what causes meteor showers. Since earth intersects such a debris field once each year, most meteor showers are annual.

A Final Word

The Bible can be trusted in every area it addresses, including its scientific and historical truth. It is God’s Book, which means what it says in a plain, forthright manner. While the Bible’s revealed insights about science and history glorify the Creator and help us know Him better, its main purpose is to convey to people, like you and me, our need of Jesus Christ as Savior and God’s desire for us to live a fulfilled, joyful life with Him.

 

_____________Traduction auto par DeepL ______________

Le psaume 19 nous dit que les cieux déclarent la gloire de Dieu. Mais que disent les cieux sur l’âge de l’univers?

Le psaume 19 nous dit que les cieux déclarent la gloire de Dieu. Mais que disent les cieux sur l’âge de l’univers? Des observations récentes confirment que l’univers n’ a que quelques milliers d’années, comme le dit la Bible.
L’existence des comètes

Les comètes sont de petits astéroïdes de faible densité, glacés, qui tournent autour du soleil. Mais leur durée de vie est limitée. En s’approchant du soleil, une partie de leur glace est vaporisée et emportée par le vent, formant une « queue ».

Le corps réel de la comète, appelé « noyau », est très petit, allant de 1 à 30 milles (1-50 km) de diamètre. Il a également une très faible densité, certainement inférieure à celle de l’eau. Les observateurs terrestres ne peuvent pas voir le noyau. Au lieu de cela, ils ne voient que les gaz et les particules de poussière qui proviennent du noyau, y compris une grosse boule de gaz incandescente, appelée coma, et les ions et les queues de poussière. La queue du gaz (ion) est expulsée du soleil par le vent solaire, et la queue de poussière est repoussée par la pression des photons. La présence de queues et de comas nous dit que les comètes perdent constamment de la masse.
Anatomie d’une comète
Pièces de comète

Une comète est une boule de glace et de particules de poussière rocheuse (comme on peut le voir sur cette image de Hale-Bopp). La queue d’ion (bleu) est dirigée loin du soleil et est repoussée par son interaction avec le vent solaire. La queue de poussière (blanc jaunâtre) est balayée par la pression de rayonnement. Il balaie derrière la comète en raison de son mouvement orbital autour du soleil.
Mort d’une comète
Mort comète

Photo courtoisie de la NASA

Ces images montrent la désintégration de la comète Schwassmann-Wachmann 3 (S-W 3). Cette comète s’est désintégrée au cours des dernières décennies. Le télescope Hubble a capturé des photos détaillées de sa rupture.

Les comètes, ainsi que leurs orbites, sont fortement affectés par les planètes. Par exemple, Jupiter a corrallé environ 45 comètes dans son orbite et peut de toute évidence détruire des comètes; le champ gravitationnel de Jupiter peut provoquer la désintégration des comètes et même entrer en collision avec la planète elle-même. De plus, le vaisseau spatial SOHO a régulièrement enregistré des comètes complètement détruites lorsqu’elles rencontrent le soleil.

On a observé que de nombreuses comètes se brisaient ou se désintégraient au moins partiellement. En 1852, on observa que la comète Biela se divisait en deux et, en 1872, une pluie de météores apparut à sa place. En effet, presque toutes les averses de météores sont liées à la désintégration des comètes connues.

Il est évident que les comètes sont temporaires. Et de leurs orbites, nous découvrons que les comètes ne tombent pas seulement dans l’espace interplanétaire. Ils semblent être de vrais membres du système solaire, et leur nombre est donc limité. Si le système solaire avait 4,6 milliards d’années, notre approvisionnement complet de comètes aurait dû être épuisé depuis longtemps. Au lieu de cela, les comètes sont nombreuses.

Pour résoudre ce défi, les astronomes uniformitaires croient que des comètes à longue période surgissent du nuage d’Oort, un nuage hypothétique de noyaux de comètes avec un rayon d’environ 50 000 UA (une unité astronomique est la distance moyenne entre la terre et le soleil). Les évolutionnistes Carl Sagan et Ann Druvan admettent dans leur livre Comet, »De nombreux articles scientifiques sont écrits chaque année sur le nuage d’Oort, ses propriétés, son origine, son évolution. Pourtant, il n’ y a pas encore une once de preuve directe de son existence. »

De même, les comètes de plus courte durée sont supposées provenir de la ceinture de Kuiper, un disque d’astéroïdes glacés commençant à l’orbite de Pluton (40 UA) et s’étendant jusqu’ à environ 55 UA. Mais ces objets ont des caractéristiques différentes de celles des comètes, et ils ne peuvent donc pas expliquer la richesse des comètes que nous voyons aujourd’hui.
La Lune est toujours vivante. ……………………………………………. …………………………………………….

La lune est très vivante, géologiquement parlant. Depuis que les télescopes sont disponibles, les observateurs ont signalé de nombreux changements de couleur, des taches et des stries lumineuses et colorées, des nuages, des brume, des voiles et d’autres phénomènes sur la lune. Comme ces phénomènes sont de courte durée, on les appelle Phénomènes lunaires transitoires (TLP). Celles-ci parlent de l’activité géologique.
Partage-Médias
Séminaire théologique de Pensacola
Livre Abeka
Région Aristarque de la Lune
Régions lunaires

Photo courtoisie de la NASA

Plus de 300 phénomènes lunaires transitoires se sont produits dans la région d’Aristarque, ce qui indique que la lune est jeune, comme le dit la Bible.

De 1900 à 1960, bon nombre de ces observations ont été rejetées et ignorées parce que la croyance prédominante était que la lune a 4,5 milliards d’années et qu’elle est géologiquement morte depuis 3 milliards d’années. (Comme l’argument est allé, puisque la lune est environ un quart de la taille de la terre, les masses lourdes tomberaient au centre, la lune refroidirait beaucoup plus vite que la terre, et aucun magma ne serait laissé. Mais le nombre d’observations du TLP est devenu tellement écrasant que les publications principales ont commencé à en discuter. En 1968, la NASA a publié le Catalogue chronologique des événements lunaires signalés.

Dès mars 1787, William Herschel, découvreur d’Uranus et observateur ardent de la Lune, rapporta: »Je perçois trois volcans à différents endroits du côté obscur de la lune. Deux d’entre eux sont soit éteints, soit en voie de disparition. . La troisième montre une éruption réelle d’un ion de feu, ou de matière lumineuse: »La nuit suivante, il poursuivit: » Le volcan brûle avec plus de violence que la nuit dernière. Je crois au diamètre. …. Plus de 300 TLP ont été vus dans la seule région d’Aristarque. Ceci et des centaines d’observations semblables indiquent la jeunesse de la lune, comme la Bible nous le dit.
Jupiter et Neptune sont toujours aussi sexy

On nous a appris que les corps du système solaire ne brillent que par la lumière réfléchie. Est-ce que c’est vrai? Non, pas pour les géants du gaz de Jovian, Jupiter et Neptune. En fait, l’excès de puissance pour Jupiter est de 3 x 1017 watts. 1 Jupiter rayonne en fait presque deux fois plus de puissance que celle qu’il reçoit du soleil, mais surtout dans l’infrarouge. C’est assez d’énergie pour brûler trois millions de milliards d’ampoules de 100 watts. Saturne émet la moitié de l’énergie, mais est un quart de la masse, il produit donc deux fois plus d’énergie par unité de masse que Jupiter. Neptune dégage deux fois plus d’énergie qu’il n’en reçoit. La production énergétique d’Uranus est quelque peu douteuse, mais même si elle semble émettre un peu plus qu’elle n’en reçoit. Cela signifie que chacune de ces trois planètes a une source d’énergie alternative. Qu’est-ce que c’est?

Jupiter émet près de deux fois plus d’énergie que le soleil. Cela a du sens si la planète n’ a que des milliers d’années.

L’explication habituelle de l’énergie supplémentaire de Jupiter est qu’elle rétrécit. Ceci convertit l’énergie gravitationnelle en chaleur interne et en rayonnement. Cela peut-il expliquer l’énergie supplémentaire? Non. Non. Le rétrécissement seul ne produit pas assez d’énergie. D’autres ont dit que l’hélium pleuvait sur le noyau, libérant de l’énergie gravitationnelle supplémentaire. Bien que cela puisse être l’explication de Saturne et d’Uranus, dont les surfaces sont dépourvues d’hélium, les observations des vibrations de la surface (astéroseismologie) ont montré que ce n’est pas le cas pour Jupiter2.

Des chercheurs3 ont émis l’hypothèse que des réactions nucléaires se produisent dans le cœur de Jupiter à la suite de la combustion du deutérium (hydrogène lourd). Cela nécessite une température à cœur de 160 000 K, soit environ 8 fois plus chaude que les modèles actuels de Jupiter. Cela produira-t-il l’énergie supplémentaire? Pour que ce travail soit possible, la plus grande partie du deutérium disponible dans tout Jupiter a dû descendre simultanément jusqu’ à son cœur lorsque Jupiter s’est formé pour que le deutérium soit suffisamment chaud pour s’enflammer. Une fois enflammé, il brûlait joyeusement pendant 10 milliards d’années ou plus et maintenait Jupiter chaud. Cela nous donnerait un Jupiter chaud comme celui que nous voyons aujourd’hui. Au début, cette solution semble ingénieuse. Le hic, c’est que la couche de deutérium doit s’assembler au bon moment et au bon endroit pour maintenir la température à cœur de Jupiter. Le même événement improbable doit être répété sur Neptune.

La définition d’une étoile est toute grande sphère gazeuse auto-gravittente avec des réactions nucléaires continues dans son noyau. Notre soleil est une étoile. Il brûle de l’hydrogène dans son noyau. Mais si Jupiter et Neptune ont des réactions nucléaires dans leurs noyaux, ce sont des soleils nains. Il y aurait trois soleils dans notre système solaire.

Il y a une explication plus simple. Dieu a créé les planètes joviennes. L’énergie de la chaleur vient de l’œuvre créatrice de Dieu et de toute énergie gravitationnelle produite depuis lors. Comme elles sont jeunes et assez massives, les planètes joviennes n’ont pas eu le temps de se refroidir. Les planètes chaudes de Jovian sont-elles un problème pour les créationnistes? Absolument pas! Ils ne sont qu’un problème pour les évolutionnistes.
Faits saillants

Les galaxies spirales tournent beaucoup trop vite pour un vieil univers. Ils seraient tordus au-delà de la reconnaissance s’ils étaient vraiment aussi vieux que le prétendent les astronomes séculiers.
Les champs magnétiques des planètes et des lunes dans notre système solaire correspondent à leur âge de quelques milliers d’années, mais sont beaucoup trop forts pour un âge de milliards d’années.
Les débris par désintégration des comètes sont à l’origine des averses de météorites. Comme la terre croise un tel champ de débris une fois par année, la plupart des averses de météorites sont annuelles.

Un dernier mot

On peut faire confiance à la Bible dans tous les domaines qu’elle aborde, y compris sa vérité scientifique et historique. C’est le Livre de Dieu, qui signifie ce qu’il dit d’une manière claire et directe. Tandis que la Bible, révélée par la science et l’histoire, glorifie le Créateur et nous aide à mieux Le connaître, son but principal est de transmettre aux gens, comme vous et moi, notre besoin de Jésus-Christ comme Sauveur et le désir de Dieu que nous vivions une vie accomplie et joyeuse avec Lui.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s