Encore une preuve en faveur de l’invention de l’Alphabet par les hébreux et une date précoce de l’exode

Inscription hébraïque de la conquête de Canaan par Josué

Dr.Douglas Petrovich |

June 10, 2022 | Evidence

Inner and outer sides of the Lachish Milk Bowl Ostracon

Résumé : Une inscription ancienne récemment découverte dans la ville de Lachish confirme la date d’un exode précoce et l’idée que l’alphabet a été inventé par les Israélites.

Josué et tout Israël avec lui passèrent de Libna à Lakis, l’assiégèrent et l’attaquèrent. Et l’Éternel livra Lakis entre les mains d’Israël. – Josué 10:31-32 (ESV).

Inscription sur un tesson de poterie de Tel Lachish

La date de l’exode des Israélites hors d’Égypte et de la conquête de Canaan a longtemps fait l’objet d’un débat, notamment pour savoir s’il s’est produit au 15e ou au 13e siècle avant Jésus-Christ. Une inscription hébraïque récemment découverte et publiée sur un tesson de poterie du site de Lachish, dans la région de Shephelah en Israël, soutient fortement la thèse de l’exode précoce, avec une conquête à la fin du 15e siècle avant J.-C.. Cette inscription soutient l’idée que les Israélites ont inventé l’alphabet en Égypte au cours du 19e siècle avant J.-C. et l’ont emporté avec eux après l’exode, et elle confirme le récit de la conquête de Canaan sous Josué, relaté dans Josué 10.

Tel Lachish, stratégiquement positionnée pour défendre le flanc sud-ouest de l’épine dorsale centrale, a été occupée pendant plus de 2 000 ans, depuis le Néolithique à poterie jusqu’à l’époque hellénistique. Lachish était la deuxième plus grande ville cananéenne après Hazor au milieu du deuxième millénaire avant Jésus-Christ. La ville a joué un rôle important dans l’histoire d’Israël jusqu’à ce que la conquête babylonienne de 587 av. J.-C. mette fin à l’occupation judéenne à la fin de l’âge du fer.

Lors des fouilles de 2018 à Tel Lachish, les fouilleurs de l’Institut archéologique autrichien ont trouvé une inscription alphabétique peinte sur un tesson de poterie, un processus qui crée un ostracon. Cet ostracon est un tesson de bord qui s’est détaché d’un bol à lait chypriote White Slip II datant de la fin de l’âge du bronze tardif (LBA) IB, vers la fin du 15e siècle avant Jésus-Christ.

Puisque l’âge du bronze tardif IB s’étend de 1484 à 1400 av. J.-C., la date la plus ancienne possible pour la fabrication du bol à lait est 1484 av. Bien que les fouilleurs n’aient pas tenté de relier l’ostracon du bol à lait de Lachish (LMBO, par la suite) à l’histoire biblique, son importance ne peut être sous-estimée, car l’inscription est certainement en hébreu.

Drawing of the Lachish Milk Bowl Ostracon with English translations
Dessin de l’ostracon du bol à lait de Lachish reproduisant les lettres de l’inscription et les transcrivant en lettres hébraïques modernes, avec l’épellation des mots et les traductions anglaises incluses. (crédit : Douglas Petrovich)

Des études antérieures ont démontré que l’hébreu est la langue qui se cache derrière le plus vieil alphabet du monde (voir Patterns of Evidence : The Moses Controversy), attesté sur des inscriptions en hébreu proto-consonantique (PCH) provenant d’Égypte et du Sinaï et datant de 1840 à 1446 avant Jésus-Christ.

Les lettres du LMBO sont des descendants directs de cet alphabet. La présence du LMBO à Canaan à la fin du 15e siècle avant J.-C. est une découverte problématique de plus pour la thèse de l’exode tardif (vers 1260 avant J.-C.) et « une plume de plus dans le chapeau  » pour la thèse de l’exode précoce (1446 avant J.-C.).

Emplacement de l’ostracon

L’ostracon a été découvert dans la zone S du locus L1114, au sommet de la strate S-3b, le deuxième niveau professionnel de la ZAA I de Lachish. La strate S-3 était dominée par un système de fortification comprenant le bâtiment 100, un mur de ville (L1220) et une tour (L1127/L1163/L1227). Le lieu de découverte de l’ostracon se trouve juste au sud du mur L1027, près de son angle avec le mur de la ville, à un niveau proche des pierres préservées les plus hautes de L1220. L’ostracon a été scellé 1.64 ft. en dessous de deux murs (L1162 et L1043) et de la surface fragmentaire du Stratum S-3a, le niveau professionnel final à Lachish qui a été occupé pendant le LBA I (environ 1560-1400 BC).

Drawing of Area S at Lachish showing where the ancient inscription was found
Dessin à vol d’oiseau de la zone S de Lachish montrant l’emplacement du point de découverte de l’inscription et une brèche dans le mur de la ville par laquelle les attaquants israélites ont probablement envahi la ville. (crédit : A. Woitzuck, Académie autrichienne des sciences)
Chart showing the periods in Lachish's ancient history
Graphique stratigraphique représentant les périodes de l’histoire de Lachish qui se rapportent aux découvertes effectuées dans la zone S, y compris l’inscription, qui est liée au niveau S-3b vers la fin de l’âge du bronze tardif IB (en 1406 av. J.-C.). (crédit : Douglas Petrovich, adapté de Felix Höflmayer)

Le LMBO était situé à la convergence de trois loci individuels (c’est-à-dire des contextes archéologiques distincts) : L1150 (une couche brûlée, qui a été échantillonnée pour la datation au radiocarbone), L1117, et L1114 (un remplissage qui recouvre les deux autres loci). Bien qu’il ne soit pas clair si l’ostracon a été déposé avec la matière organique dans la couche brûlée, il est certain qu’il reposait en contact direct avec les restes carbonisés, et qu’ils ont donc été enterrés en même temps. Par conséquent, le LMBO était datable par analyse radiocarbone.

The location where the ostracon was found
L’emplacement du point de découverte de l’ostracon, qui se trouvait plusieurs pieds au-dessus du X jaune, à peu près aussi haut que le sommet de la flèche jaune. La flèche orange pointe vers une brèche dans le mur de la ville par laquelle l’armée de Josué est probablement entrée dans la ville. (crédit : J. Dye et L. Webster, Académie autrichienne des sciences)

La datation de la découverte du bol de lait

Les archéologues ont daté le dépôt initial de l’ostracon sur le sol en prenant les mesures du 14C (radiocarbone 14) de deux grains d’orge séparés de L1150 qui faisaient partie de la couche brûlée. Les deux datent du 15e siècle avant J.-C., ce qui correspond à des lectures similaires pour la strate S-3a lors des fouilles dans la zone S au cours des trois années précédentes.

La plage de radiocarbones, qui doit être ajustée en raison du décalage avant 1400 avant J.-C., est de 1435-1405 ou 1425-1395 avant J.-C. (1σ) et de 1460-1400 ou 1450-1390 avant J.-C. (2σ). Par conséquent, la couche brûlée de la strate S-3b, et donc le moment le plus précoce possible pour l’écriture de l’inscription du LMBO, datent de façon réaliste du dernier quart du XVe siècle avant J.-C..

L’inscription sur le LMBO a été composée quelque temps après que le bol à lait ait rempli sa fonction, se soit cassé et soit devenu inutile. Son texte se lit de droite à gauche, sens qui est plus courant parmi les inscriptions horizontales de PCH du LBA que de gauche à droite.

Aerial view of Lachish
La vue aérienne de Lachish indique le lieu de découverte de l’inscription, qui est la zone S, située le long du côté ouest du mur de la ville à l’époque de Josué. (crédit : A. Woitzuck, Académie autrichienne des sciences)

Traduction de l’inscription

Le premier mot (H1-H3) se lit comme suit : (H1) ‘ayin + (H2) beṯ + (H3) daleṯ, ce qui signifie « serviteur ». Le deuxième mot (H4-H5) de l’inscription, qui nécessite une reconstruction partielle, est (H4) ‘ayin, + H5 lámeḏ, dont les lettres forment la préposition maqqef ‘l, signifiant « sur, sur, au-dessus ». Étant donné que l’auteur a positionné ce mot plus bas que le premier mot et plus haut que le dernier mot, il devrait être reconnu comme le deuxième mot du LMBO. 

Le troisième et dernier mot du LMBO se lit (H6) nun + (H7) peh + (H8) taw, ce qui signifie « miel ». L’inscription indique donc que le titulaire de l’ostracon est le serviteur chargé de la conservation du miel, ou le « serviteur chargé du miel ».

L’ostracon lié à la conquête israélite

La couche brûlée en contact avec l’ostracon était située près des pierres préservées les plus hautes du mur de la ville L1220 et sous les murs et le sol de la strate S-3a. Étant donné que la vaisselle chypriote à engobe blanc II n’est apparue qu’au cours de la ZAA IB, mais pas au cours de la ZAA IA, la peinture des lettres alphabétiques n’a tout simplement pas pu avoir lieu au début de la ZAA I, ou même à proximité, ce que les fouilleurs ont suggéré à tort.

La présence du LMBO à Lachish peut être liée à la conquête israélite de la ville sous Josué, car il contient un mot exclusivement hébreu (« miel »). L’attribution de l’écriture à l’hébreu s’explique également par la combinaison de sa dérivation de l’écriture PCH que les Hébreux ont inventée à Avaris et utilisée pendant les quatre siècles précédents, et par sa coïncidence avec l’histoire et la chronologie bibliques, qui attribuent l’entrée des Israélites en Canaan à exactement 1406 av.

Letters on the ostracon distinguishing them from one another
Dessin de plusieurs lettres similaires sur l’ostracon, les distinguant les unes des autres et expliquant pourquoi elles ont été identifiées comme des lettres spécifiques de l’alphabet hébreu. (crédit : Douglas Petrovich)

Les événements entourant le moment où le « serviteur chargé du miel » a laissé tomber le LMBO sur le sol peuvent être replacés dans un contexte historique.

Le 28 avril 1406 avant J.-C., les Israélites traversent le Jourdain pour entrer en Canaan. Après avoir vaincu Jéricho, Aï et les armées de cinq rois amorites (dont celle de Lachish) à Gibéon, les forces de Josué ont vaincu et tué les habitants de Makkéda, Libna, Lachish et Eglon.

Lors de l’attaque israélite sur Lachish de la strate S-3b, des portions de son mur d’enceinte ont été arrachées de leurs hauteurs, pour ne jamais être reconstruites. Bien que l’attaque n’ait pas entraîné l’incendie de la ville, des zones éparses ont été brûlées, comme la couche brûlée sur laquelle le LMBO a été découvert dans le bâtiment 100.

Lachish gate ruins from ancient Israel
Ruines de la porte de Lachish. (crédit : Oren Rozen, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Les assaillants ont créé une brèche dans le mur de la ville, en face de la pièce du bâtiment dans laquelle le LMBO a été déposé, ce qui est visible sur la photo des fouilleurs, à la fois sous la forme d’un creusement dans le mur et d’un nombre réduit de rangées de pierres préservées au sommet de la partie existante du mur.

Les Israélites ont ensuite tué tous les habitants de Lachish, comme Dieu le leur avait ordonné. Peu de temps après l’achèvement de cette tâche et alors que des restes carbonisés remplissaient certaines zones de la ville, l’Israélite qui se nommait lui-même « serviteur chargé du miel » a apparemment laissé tomber son pot portant ce titre dans le bâtiment 100, juste à l’intérieur du mur de la ville L1220, alors qu’il sortait de Lachish au point par lequel ses compatriotes avaient créé une brèche dans le mur de la ville en y entrant.

Les Israélites choisirent de ne pas occuper Lachish, ce qui n’est pas surprenant pour des semi-nomades n’ayant aucune envie de résider dans de grandes villes après 40 ans d’errance dans le désert. 

Lachish fut bientôt réhabitée par des Cananéens ou des Amorites venus de quelque part à l’intérieur de Canaan. Ce dernier et bref niveau d’occupation du LBA I à Lachish (c’est-à-dire la strate S-3a) ressemblait probablement plus à une ville de squatters, car les nouveaux résidents n’ont pas restauré le mur de la ville, mais ont construit de petits murs, principalement contre les murs existants qui sont restés intacts après la destruction de la strate S-3b.

Aerial view of Tel Lachish in Israel
Tel Lachish. (credit: File:Tel_Lachish1.JPG,  אסף.צ at Hebrew Wikipedia, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Conclusion

Le LMBO de Lachish témoigne d’une continuation du corpus littéraire de PCH qui a débuté en Égypte et au Sinaï au cours de la 12e dynastie et s’y est poursuivi jusqu’au milieu de la 18e dynastie égyptienne, démantelant ainsi efficacement la théorie de l’exode tardif/conquête. La carte de visite professionnelle de ce serviteur chargé du miel reflète même la déclaration de Moïse, avant la conquête, selon laquelle les Israélites trouveraient dans leur nouvelle demeure de Canaan un pays où coulent le lait et le miel (Dt 31, 20), puisqu’un fier gardien du miel a peint avec zèle son titre sur l’intérieur d’un pot de lait en céramique. La découverte et l’importance du LMBO devraient nous inciter tous à continuer de réfléchir à la valeur de la Bible, tant pour l’histoire que pour nos vies actuelles.

PHOTO DU HAUT : La face intérieure (inscrite) de l’ostracon du bol à lait de Lachish (à gauche) et la face extérieure (peinte) de l’ostracon (à droite). Cette inscription hébraïque a probablement appartenu à l’un des guerriers de Josué. (crédit : J. Dye et L. Webster, Académie autrichienne des sciences)

REMARQUE : les opinions exprimées par les chercheurs qui contribuent aux articles de Thinker ne reflètent pas nécessairement celles de Patterns of Evidence. Nous incluons des points de vue de divers côtés des débats sur les questions bibliques afin que les lecteurs puissent se familiariser avec les différents arguments en jeu. – Continuez à réfléchir !

——————— English Text ———————-

Hebrew Inscription from Joshua’s Conquest of Canaan

Dr.Douglas Petrovich |

June 10, 2022 | Evidence

Inner and outer sides of the Lachish Milk Bowl Ostracon

Summary: An ancient inscription recently found at the city of Lachish supports an early exodus date and the view that the alphabet was invented by the Israelites.

Then Joshua and all Israel with him passed on from Libnah to Lachish and laid siege to it and fought against it. And the Lord gave Lachish into the hand of Israel. – Joshua 10:31-32 (ESV).

Potsherd Inscription from Tel Lachish

Debate has long ensued over the timing of the Israelite exodus from Egypt and the conquest of Canaan, notably whether it happened in the 15th or the 13th century BC. A recently-discovered/published Hebrew inscription on a potsherd from the site of Lachish in Israel’s Shephelah region offers strong support for the early exodus view, with a conquest at the end of the 15th century BC. This inscription supports the view that the Israelites invented the alphabet in Egypt during the 19th century BC, taking it with them from Egypt after the exodus, and it affirms the account of the conquest of Canaan under Joshua that is recorded in Joshua 10.

Tel Lachish, strategically positioned to defend the central mountain spine’s southwestern flank, was occupied for over 2,000 years, from the Pottery Neolithic Age until the Hellenistic Age. Lachish was the second largest Canaanite city after Hazor during the middle of the second millennium BC. The city played a significant role in Israel’s history until the Babylonian conquest of 587 BC ended Judahite occupation at the conclusion of the Iron Age.

During excavations of 2018 at Tel Lachish, excavators from the Austrian Archaeological Institute found an alphabetic inscription that was painted onto a potsherd, a process that creates an ostracon. This ostracon is a rim-sherd that broke off from a Cypriote White Slip II milk bowl that dates to late in the Late Bronze Age (LBA) IB, near the end of the 15th century BC.

Since the LBA IB dates from ca. 1484–1400 BC, the earliest possible date for the milk bowl’s manufacturing is ca. 1484 BC. Although the excavators made no attempt to connect the Lachish Milk Bowl Ostracon (LMBO, subsequently) to biblical history, its significance cannot be understated, because the inscription certainly is Hebrew.

Drawing of the Lachish Milk Bowl Ostracon with English translations
Drawing of the Lachish Milk Bowl Ostracon reproducing the letters on the inscription and transcribing them into modern Hebrew letters, with the spelling-out of the words and the English translations included. (credit: Douglas Petrovich)

Previous scholarship has demonstrated that Hebrew is the language behind the world’s oldest alphabet (see Patterns of Evidence: The Moses Controversy), which is attested on proto-consonantal Hebrew (PCH) inscriptions from Egypt and Sinai dating from 1840 to 1446 BC.

The letters on the LMBO are direct descendants of this alphabet. The presence of the LMBO in Canaan at the end of the 15th century BC is one more problematic find for the late exodus view (ca. 1260 BC) and one more feather in the cap for the early exodus view (1446 BC).

Location of the Ostracon

The LMBO was discovered in Area S within Locus L1114 at the top of Stratum S-3b, the second occupational level of the LBA I at Lachish. Stratum S-3 was dominated by a fortification system that included Building 100, a city wall (L1220), and a tower (L1127/L1163/L1227). The ostracon’s findspot is just south of Wall L1027, close to its corner with the city wall, at a level near L1220’s uppermost preserved stones. The ostracon was sealed 1.64 ft. below two walls (L1162 and L1043) and the fragmentary surface of Stratum S-3a, the final occupational level at Lachish that was occupied during the LBA I (ca. 1560–1400 BC).

Drawing of Area S at Lachish showing where the ancient inscription was found
Bird’s-eye drawing of Area S at Lachish showing the location of the inscription’s find-spot and a breach in the city wall through which the Israelite attackers likely invaded the city. (credit: A. Woitzuck, Austrian Academy of Sciences)
Chart showing the periods in Lachish's ancient history
Stratigraphic chart representing the periods in Lachish’s history that relate to the finds excavated in Area S, including the inscription, which is connected to Level S-3b near the end of the Late Bronze Age IB (in 1406 BC). (credit: Douglas Petrovich, as adapted from Felix Höflmayer)

The LMBO was located at the convergence of three individual loci (i.e., distinct archaeological contexts): L1150 (a burnt layer, which was sampled for radiocarbon dating), L1117, and L1114 (a fill that overlaid the other two loci). Although it remains unclear whether the ostracon was deposited together with the organic material in the burnt layer, it definitely was resting in direct contact with the charred remains, and thus they were buried at the same time. Consequently, the LMBO was dateable by radiocarbon analysis.

The location where the ostracon was found
The location of the ostracon’s find-spot, which was several feet above the yellow X, about as high as the top of the yellow arrow. The orange arrow points to a breach in the city wall through which Joshua’s army likely entered the city. (credit: J. Dye and L. Webster, Austrian Academy of Sciences)

Dating the Milk Bowl Discovery

The archaeologists dated the original depositing of the ostracon onto the ground by taking 14C (radiocarbon) measurements of two separate barley grains from L1150 that were part of the burnt layer, both of which date to within the 15th century BC, which matches similar readings for Stratum S-3a during excavations in Area S over the previous three years.

The radiocarbon range, which must be adjusted due to the pre-1400-BC offset, is 1435–1405 or 1425–1395 BC (1σ) and 1460–1400 or 1450–1390 BC (2σ). Therefore, the burnt layer of Stratum S-3b, and thus the earliest possible moment for the writing of the LMBO’s inscription along with it, realistically date to within the final quarter of the 15th century BC.

The inscription on the LMBO was composed sometime after the milk bowl served its purpose, broke and became useless. Its text reads right to left, which direction is more common among horizontal PCH inscriptions of the LBA than left to right.

Aerial view of Lachish
Aerial view of Lachish indicates the find-spot for the inscription, which is Area S, located along the western side of the city wall of Joshua’s day. (credit:A. Woitzuck, Austrian Academy of Sciences)

Translation of the Inscription

The first word (H1–H3) reads as follows: (H1) ‘ayin + (H2) beṯ + (H3) daleṯ, meaning “servant.” The second word (H4–H5) on the inscription, in need of partial reconstruction, is (H4) ‘ayin, + H5 lámeḏ, which letters form the maqqef-preposition ‘l, meaning, “on, upon, over.” Given that the author positioned this word lower than the first word and higher than the last word, it should be recognized as the second word on the LMBO. 

The third and last word on the LMBO reads (H6) nun + (H7) peh + (H8) taw, meaning “honey.” The inscription thus indicates that the ostracon’s titleholder is the servant over the keeping of honey, or the “servant in charge of honey.”

Oscracton Tied to Israelite Conquest

The burnt layer in contact with the ostracon was positioned near the uppermost preserved stones of City Wall L1220 and below the walls and floor of Stratum S-3a. Since Cypriote White Slip II Ware first appeared only during the LBA IB, but not during the LBA IA, the painting of the alphabetic letters simply could not have occurred at, or even near, the beginning of the LBA I, which is the view that the excavators wrongly have suggested.

The presence of the LMBO at Lachish can be tied to the Israelite conquest of the city under Joshua, as it contains one exclusively Hebrew word (“honey”). Attributing the language behind its writing to Hebrew also is due to a combination of its derivation from the PCH script that the Hebrews invented at Avaris and utilized there for the previous four centuries, and to how it coincides with biblical history and chronology, which attribute the Israelite entry into Canaan to exactly 1406 BC.

Letters on the ostracon distinguishing them from one another
Drawing of several similar letters on the ostracon distinguishing them from one another and arguing for why they were identified as specific letters in the Hebrew alphabet. (credit: Douglas Petrovich)

The events surrounding the moment when the “servant in charge of honey” dropped the LMBO onto the ground can be placed into a historical context.

On 28 April 1406 BC, the Israelites crossed the Jordan River into Canaan. After overtaking Jericho, Ai, and the armies of five Amorite kings (including Lachish’s) at Gibeon, Joshua’s forces defeated and killed the inhabitants of Makkedah, Libnah, Lachish and Eglon.

During the Israelite attack on Lachish of Stratum S-3b, portions of its city wall were torn down from their heights, never to be rebuilt. While the attack did not result in burning down the city, scattered areas were burned, such as the burnt layer atop which the LMBO was discovered within Building 100.

Lachish gate ruins from ancient Israel
Lachish gate ruins. (credit: Oren Rozen, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

The attackers created a breach in the city wall opposite the building’s room in which the LMBO was deposited, which is visible in the excavators’ photo, both in the form of burrowing into the wall and fewer courses of preserved stones at the top of the extant portion of the wall.

The Israelites then killed all of Lachish’s residents, just as God had commanded them. Sometime soon after this task was completed and when charred remains filled some areas throughout the city, the Israelite who named himself the “servant in charge of honey” apparently dropped his title-bearing potsherd in Building 100 just within City Wall L1220 as he was exiting Lachish at the point through which his countrymen created a breach in the city wall when entering.

The Israelites chose not to occupy Lachish, which is no surprise for semi-nomads without any desire to reside in large cities after 40 years of wandering in the desert. 

Lachish soon was reinhabited by Canaanites or Amorites from somewhere within Canaan. This final and brief occupational level of the LBA I at Lachish (i.e. Stratum S-3a) probably resembled more of a squatter’s town, as the new residents did not restore the city wall, instead building small walls mostly against existing walls that remained intact after the destruction of Stratum S-3b.

Aerial view of Tel Lachish in Israel
Tel Lachish. (credit: File:Tel_Lachish1.JPG,  אסף.צ at Hebrew Wikipedia, CC BY-SA 3.0, via Wikimedia Commons)

Conclusion

The LMBO from Lachish attests to a continuation of the PCH literary corpus that began in Egypt and Sinai during Dynasty 12 and continued there until the middle of Egypt’s Dynasty 18, effectively dismantling the late exodus/conquest theory in the process. The occupational business card of this servant in charge of honey even reflects Moses’s pre-conquest statement that the Israelites would find their new abode in Canaan to be a land flowing with milk and honey (Deut 31:20), as a proud honey-keeper zealously painted his title on the inside of a potsherd from a ceramic milk bowl. The discovery and importance of the LMBO should cause all of us to keep thinking about the Bible’s value to both history and our lives today.

TOP PHOTO: The inner (inscribed) side of the Lachish Milk Bowl Ostracon (left) and the outer (painted) side of the ostracon (right). This Hebrew inscription likely belonged to one of Joshua’s warriors. (credit: J. Dye and L. Webster, Austrian Academy of Sciences)

NOTE: Not every view expressed by scholars contributing Thinker articles necessarily reflects the views of Patterns of Evidence. We include perspectives from various sides of debates on biblical matters so that readers can become familiar with the different arguments involved. – Keep Thinking!

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s