Je suis dans l’obligation, en tant que chrétien, d’aimer Israël, de prier pour la paix de Jérusalem

Un président de la Cour suprême d’Afrique du Sud a 10 jours pour s’excuser d’avoir défendu Israël « S’il y a un jugement qui m’oblige à dire que je déteste Israël et les Juifs’, je préfère cesser d’être président de la Cour suprême »

Jan 25, 2022


Un président de la Cour suprême d’Afrique du Sud a 10 jours pour s’excuser d’avoir défendu Israël « S’il y a un jugement qui m’oblige à dire que je déteste Israël et les Juifs’, je préfère cesser d’être président de la Cour suprême »

Le Comité d’appel sur la conduite des juges d’Afrique du Sud a publié une déclaration jeudi donnant à l’ancien président de la Cour suprême Mogoeng Mogoeng, 10 jours pour présenter des « excuses inconditionnelles pour s’être impliqué dans une controverse politique ».

« Je suis dans l’obligation, en tant que chrétien, d’aimer Israël, de prier pour [la] paix de Jérusalem, ce qui signifie en fait la paix d’Israël, et je ne peux pas, en tant que chrétien, faire autre chose qu’aimer et prier pour Israël, car je sais que la haine d’Israël par moi et par ma nation ne peut qu’attirer des malédictions sans précédent sur notre nation », a déclaré Mogoeng en juillet 2020 lors d’une discussion en ligne avec le grand rabbin sud-africain Warren Goldstein, organisée par le Jerusalem Post.

Israël a-t-il volé notre terre ou la terre de l’Afrique ? Israël a-t-il pris nos richesses minérales ? Nous devons adopter une position de principe à cet égard », a-t-il déclaré.

Le groupe anti-israélien Africa4Palestine, la branche sud-africaine du mouvement antisémite BDS, a déposé une plainte concernant les commentaires du président de la Cour suprême, l’accusant d’avoir enfreint le code de conduite judiciaire.

Mogoeng, qui a occupé le poste de juge en chef jusqu’à sa retraite en octobre 2021, a refusé de s’excuser, affirmant que les juges sud-africains ne devraient pas être « censurés, bâillonnés ou muselés. »

« Je respecte la loi. Je ne défierai pas la loi. Mais si on en vient à me forcer à faire des choses abominables, ou à rejeter Dieu, alors je préfère me retrouver sans argent, sans aucun poste. Je ne refuserai jamais d’obéir au Seigneur », a-t-il affirmé.

« Si j’en arrive au point où il y a un jugement qui dit : ‘Vous devez dire que vous détestez Israël et les Juifs’, je préfère cesser d’être président de la Cour suprême.

« Si j’en arrive au point où l’on dit : ‘Mogoeng, vous devez dire que vous détestez les Palestiniens et la Palestine’, je préférerais aussi cesser d’être juge en chef plutôt que de le faire…

Je ne m’excuserai pour rien. Il n’y a rien à excuser… Je ne peux pas m’excuser d’aimer. Je ne peux pas m’excuser de ne pas nourrir de haine et d’amertume. »

La Fédération sioniste sud-africaine, qui s’est dite « très préoccupée par le jugement », a soutenu Myogoeng.

Rejetant l’appel de Myogoeng jeudi, le Comité a déclaré :

« Conformément à cette décision, le comité, à la majorité, a ordonné que le juge en chef Mogoeng présente des excuses inconditionnelles pour avoir été impliqué dans une controverse politique par ses déclarations lors du séminaire en ligne organisé par le Jerusalem Post le 23 juin 2020. Une copie des excuses doit être communiquée par le juge en chef Mogoeng au Bureau du juge en chef et aux médias dans les 10 jours suivant la décision. »

© Equipe de rédaction Israël 24/7

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s