L’antique ville de Sodome mise à jour à Tall el-Hammam

Nous publions ici un article paru sur ARKEOSTV, nous invitons également à visionner et lire nos articles :

La destruction cataclysmique de Sodome

Confirmation scientifique de sa destruction par le feu du ciel (ARKEOSTV)



Notes et Références

Magazine National Geographic – Article avec un petit film montrant le Tell :
>> Sodome et Gomorrhe du mythe à la réalité

Extrait d’un texte de Tertullien, grand théologien de la fin du 2ème siècle :
 » Jette les yeux sur la Palestine, là où le fleuve du Jourdain lui sert de limite. Qu’aperçois-tu ? Désert immense ; région désolée ; plaines stériles. Cependant des cités, des peuples nombreux la couvraient autrefois ; son sol était en grand renom. Ensuite, comme Dieu est un vengeur terrible, l’impiété de ces villes attira sur elles une pluie de feu. Depuis ce jour, on ne parle plus de Sodome ni de Gomorrhe. A leur place, la cendre ; et la mer qui est voisine vit de la mort, de même que ce sol maudit. »
>> Tertullien Du Manteau (chapitre II – deuxième paragraphe)

Texte d’Esaïe situant Tsoar en Moab (actuelle Jordanie) :
 » Mon coeur crie à cause de Moab ; ses fugitifs se sont enfuis jusqu’à Tsoar, comme une génisse de 3 ans ; car on montera par la montée de Luhith avec des pleurs et on fera retentir le cri de la plaie au chemin de Horonayim »
Esaïe 15: 5

Article scientifique du Dr Phillip J. Silvia (en anglais) :
The 37ka BP Middle Ghor Event Catastrophic Termination of a Bronze Age Civilization
La question de la datation proposée (3700 ans avant 1950 – soit env. 1750 av. J.-C.) reste toutefois ouverte. La datation au C14 pouvant éventuellement être altérée par la nature même de l’événement (source de chaleur inconnue et de forte intensité, incendie violent, contamination par les restes organiques environnants, etc.) qui peuvent reculer la date réelle de l’échantillon. Cet article très intéressant regroupe plusieurs éléments importants présentés dans la vidéo.

Raillerie de Voltaire concernant la réalité de l’existence de Sodome et Gomorrhe :
 » On demandera comment dans un désert aussi inhabitable qu’il l’est aujourd’hui, et où l’on ne trouve que quelques hordes de voleurs arabes, il pouvait y avoir cinq villes assez opulentes pour être plongées dans les délices, et même dans des plaisirs infâmes qui sont le dernier effet du raffinement de la débauche attachée à la richesse : on peut répondre que le pays alors était bien meilleur.  » .  » D’autres critiques diront : Comment cinq villes pouvaient-elles subsister à l’extrémité d’un lac dont l’eau n’était pas potable avant leur ruine ?  »  » On fait encore une autre objection. Isaïe et Jérémie disent [ Isaïe, chapitre xiii, 20 ; Jérémie, chapitre xlix, 18, et l, 40.] que Sodome et Gomorrhe ne seront jamais rebâties ; mais Étienne le géographe parle de Sodome et de Gomorrhe sur le rivage de la mer Morte. On trouve dans l’histoire des conciles des évêques de Sodome et de Segor. On peut répondre à cette critique que Dieu mit dans ces villes rebâties des habitants moins coupables : car il n’y avait point alors d’évêques in partibus. Mais quelle eau, dira-t-on, put abreuver ces nouveaux [habitants]- « 
Œuvres complètes Garnier tome 17, Asphalte et Sodome ; page 438
Voltaire a juste oublié qu’avant le cataclysme qui a détruit Sodome et les autres villes, le Jourdain arrosait toute cette plaine luxuriante, et apportait aux habitants toute l’eau potable nécessaire ! Par ailleurs il y a bien eu un évêque de Sodome et Segor, mais cela désigne la région – et atteste donc qu’à l’époque la situation de Sodome était connue – et ne désigne pas la ville de Sodome qui était à l’état de ruine (voir « Les Pères de Nicée et Le Quien » – Revue des études byzantines Année 1900 4-2 pp. 87- Persee – Les Pères de Nicée et Le Quien

Coordonnées GPS du Tall el-Hammam, à proximité de la bourgade de Ar-Rawda en Jordanie :
Longitude : 35,67426 degrés – Latitude : 31,84098 degrés

Accès à la Vidéo

=> https://www.youtube.com/embed/YpdYveOi28A?rel=0

A propos d’ARKEOSTV

Pourquoi une nouvelle série sur l’archéologie ?

Comme exposé dans la première émission de cette nouvelle série TV, même si la Bible demeure le Best-seller mondial n° 1, elle est l’objet de plus en plus d’attaques. Ces attaques sont frontales parfois, mais le plus souvent beaucoup plus subtiles et insidieuses. On ne compte plus le nombre de magazines, émissions, livres ou articles qui remettent totalement en question l’historicité des récits bibliques, les ramenant au rang de légendes ou d’exagérations grossières.
Pourtant les signes de l’authenticité de ces récits millénaires sont légion, mais ils sont ignorés, détournés ou tournés en dérision.

Il existe aujourd’hui des preuves solides, accumulées au cours des siècles, et dont une partie consiste en vestiges archéologiques, en témoignages historiques ou en découvertes scientifiques bouleversantes. Si certains chercheurs honnêtes, archéologues, historiens, épigraphistes et autres savent bien que ces récits exceptionnels sont les rapports écrits d’événements qui se sont réellement produits, ils sont peu connus, non médiatisés, ou cantonnés au cercle très restreint des chercheurs ou spécialistes du Livre.
Pendant ce temps les foules sont abreuvées de contre-vérités toujours orientées par un désir non affiché de détruire leur foi dans le Saint Livre et en son Auteur.

Cette série d’émissions tente d’apporter sa contribution en exposant de façon accessible les résultats de quelques découvertes archéologiques majeures. Pour reprendre le titre d’un ouvrage classique d’archéologie de 1928, il s’agit ni plus ni moins que du « Cri des pierres ».
Puissions-nous tous l’entendre.

Quelques mots sur le réalisateur

Patrick Vauclair, l’auteur, réalisateur et présentateur de cette série a découvert le Message de la Bible à l’adolescence.
Sa vie en a été totalement et définitivement « impressionnée » (comme une pellicule photo), et son parcours personnel atypique n’est finalement que le reflet de cette rencontre.

Après les classes de « prépa » (Maths sup.), bien qu’admis en Ecole Nationale Supérieure d’Ingénieurs, il renonce à cette voie toute tracée et décide de devenir enseignant. Il souhaite simplement avoir un maximum de temps à consacrer à ce qu’il considère comme son appel, faire découvrir le Message de l’Evangile à ceux qui l’entourent.
Après la Fac, puis pendant six années, dont deux passées en Afrique de l’ouest comme coopérant, il enseigne les maths, tout en participant aux activités de diverses communautés chrétiennes.

Alors qu’il approche la trentaine, il ressent qu’il doit prendre une nouvelle bifurcation, laisse tomber les maths et entreprend de devenir pasteur. Formation, apprentissage puis prise en charge d’une communauté évangélique. Il se consacre à expliquer la Bible, non seulement aux « croyants », mais à tous ceux qui veulent bien s’arrêter et écouter. C’est l’époque des actions publiques, dans la rue, sur les places, par des conférences, des projections de films, des événements, des concerts, des rallyes de jeunesse… Il donne de la voix, il interpelle.

Dix années après, toujours animé du même désir, il commence à s’intéresser sérieusement aux médias, et comprend vite que c’est pour lui un passage obligé. Les médias sont un porte-voix.
Il démissionne donc de son poste de pasteur, crée avec quelques amis une association, fait ses premiers pas dans le maniement des caméras et du « banc de montage » et débute le long apprentissage, qui va le conduire à créer sa propre société de production. Tout en donnant la priorité aux productions « chrétiennes », il cherche à « apprendre le métier sérieusement » en réalisant des films commerciaux, industriels, didactiques, des couvertures de grands événements, sportifs, scientifiques ou artistiques pour des commanditaires très variés, allant des chaînes TV aux petites associations, en passant par des groupes industriels ou des organismes institutionnels.

Trente ans plus tard, il compte à son actif des centaines d’émissions TV, principalement axées sur tout ce qui touche à la foi. Les premières centaines d’émissions, enregistrées à Hambourg, ont été diffusées sur des chaînes régionales et commerciales, en Allemagne, puis sur de grands réseaux en Russie (l’URSS était en plein bouleversement), Ukraine, Ouzbékistan. Puis dans les années 90 ce sont des émissions francophones sur des stations privées, des chaînes régionales un peu partout en francophonie (Europe, Afrique, Océanie, Antilles) puis par satellite et enfin sur Internet.

Connu comme le producteur de Ze Mag, l’émission TV où « les invités peuvent parler ouvertement de leur foi en Dieu » (250 émissions et 500 invités), il réalise également quelques documentaires, des enquêtes, des reportages, en France et à l’étranger, d’autres séries d’émissions et de vidéos (« 7 à Vivre », « Bible en main », « Tom et Carotte », « C ma vie », etc.)

Aujourd’hui retraité actif, il partage son temps entre l’étude de la Bible, qui le fascine toujours et qu’il continue de découvrir 50 ans plus tard, quelques disciplines connexes (histoire, archéologie, hébreu et autres), la production de nouvelles séries (dont celle-ci qu’il préparait depuis plusieurs années), sa famille (!), et quelques autres projets, déjà en route ou « dans les cartons ».

Conditions d’utilisation des vidéos,
des images et du texte

Les vidéos des émissions présentes sur ce site ont été volontairement postées sur YouTube. Elles sont donc largement disponibles au visionnage, et elles peuvent être facilement partagées, intégrées sur des sites Web, des blogs et autres.
Cependant, propriété exclusive des producteurs STUDIO + et VX-COM International, elles sont soumises aux droits d’auteurs et ne peuvent donc pas être découpées, remontées, ré-utilisées dans d’autres productions sans le consentement explicite et écrit des producteurs.

Les éléments qui composent ces émissions sont de ce fait évidemment soumis aux droits d’auteurs.

Toutefois, dans un souci pédagogique, et afin de permettre de diffuser ces informations le plus largement possible, les producteurs mettent à disposition un certain nombre d’éléments visuels des émissions.
Notamment des cartes, des lignes chronologiques et une sélection de photos et images que chacun peut télécharger et utiliser librement.
Il s’agit EXCLUSIVEMENT des images présentées sur le site Web arkeos.tv SOUS LES VIDEOS. Ces images HD peuvent être téléchargées (click droit + Ctrl C) et utilisées librement. Ce sont des images appartenant au Domaine Public ou des photos prises par le réalisateur P. Vauclair et mises gratuitement à disposition ainsi que des cartes ou illustrations graphiques confectionnées pour ces émissions et offertes gratuitement. Les autres photos ou illustrations utilisées dans les émissions sont protégées par des droits d’auteurs (elles ont dû être acquises auprès d’archéologues, de photographes professionnels ou divers autres organismes et ne sont donc pas libres de droit).

Le Verbatim, c’est-à-dire le texte de chacune des émissions est également téléchargeable (en pdf) pour servir librement de repère. Il demeure néanmoins la propriété de son auteur et ne peut donc pas être reproduit ou diffusé largement sans son consentement explicite. Il est offert à titre de documentation, dans le même souci pédagogique que les émissions et peut être partagé avec des individus ou communautés restreintes – sans toutefois être vendu, loué, ou intégré à un média quelconque (écrit, audio-visuel, sonore ou autre).

Ressources complémentaires

Cette rubrique évoluera avec le temps et vous y trouverez principalement les références de quelques livres utiles sur le sujet. Cela complètera les mentions des sources présentes sur ce site sous la fenêtre de visionnage des émissions.

Source : https://www.arkeos.tv/?archeologie=destruction-cataclysmique-sodome&fbclid=IwAR3Ec_QZi27uA4yNgfZ1jvFu94lF_FqImzNks5F4SiBw6RXJInIHFyV2t7o

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s