QUAND JÉSUS EST-IL NÉ ? (par Chuck Missler)

Publié le 19 décembre, 2020 | par Equipe de Pleinsfeux 0

QUAND JÉSUS EST-IL NÉ ?

Par Chuck Missler

Nous partons a une chasse au trésor généalogique

Presque tout le monde à travers le monde célèbre Noël.  Les chrétiens célèbrent Noël comme la naissance de Jésus-Christ, et nous le célébrons le 25 décembre. Mais, est-ce vraiment la date de naissance du Christ ?  Ou était-ce le 29 septembre de 2 avant Jésus-Christ ?  Nous partons à une chasse au trésor généalogique et nous explorerons également un certain nombre de sujets relatifs à la naissance du Christ.  Le premier élément que nous devons considérer est une généalogie, la généalogie du Christ.  Les généalogies sont des listes bibliques que beaucoup d’entre nous sautent, et pourtant c’est étonnant ce qu’elles révéleront à l’étudiant diligent.

Il y a des questions importantes auxquelles il faut répondre.  Quand est né Jésus ?  Pourquoi une naissance vierge ?  Pourquoi est-il né à Bethléem ?  Qu’est-ce qui rend Bethléem si spécial ?  Ces sujets méritent tous d’être explorés. Il y a aussi une grande quantité de tradition attachée à la naissance du Christ.  Elles sont tellement ancrées que même les manuels sont pleins de traditions plutôt que de données.

Quand est né Jésus ? 

Les étudiants de la Bible les plus sérieux se rendent compte que Jésus n’est probablement pas né le 25 décembre.  Puisque la Bible n’identifie pas explicitement l’anniversaire de notre Seigneur, de nombreux érudits ont développé des opinions diverses quant à l’anniversaire probable de Jésus.  Que savons-nous de l’époque où Jésus est né ?  Nous savons que les troupeaux étaient dans un champ ouvert (Luc 2:8).Cela signifie que ce n’était pas après octobre, car il aurait fait trop froid.  Nous savons également qu’aucun administrateur romain compétent n’exigerait une inscription impliquant des voyages pendant une saison où la Judée est difficile à traverser et généralement impraticable (Matthieu 24:20).  Par conséquent, nous savons que la période de l’année n’était pas en hiver.

L’an 4 avant Jésus-Christ ?

Il est communément présumé que Jésus est né en 4 avant Jésus-Christ.  Mais, cette date est principalement de conclusions erronées faites par Josèphe.  Il a enregistré une éclipse supposée se produire le 13 mars 4 avant Jésus-Christ, juste avant la mort d’Hérode.  D’autres érudits croient que l’éclipse s’est produite le 29 décembre en 1 avant Jésus-Christ.

Irénée, un apologiste réputé, est née environ un siècle après Jésus, et il note également que le Seigneur est né la 41e année du règne d’Auguste.

Nous savons aussi qu’un temps considérable s’est écoulé entre la naissance de Jésus et la mort d’Hérode depuis que la famille s’est enfuie en Égypte pour échapper à l’ordonnance d’Hérode de massacrer les bébés à Bethléem.  Ils ne sont revenus qu’après la mort d’Hérode (Matthieu 2:15 ; 19-22).

Selon le Magillath Ta’anith, un ancien rouleau juif contemporain de Jésus, Hérode est mort le 14 janvier en 1 avant Jésus-Christ. (Il n’y a pas d’année «0» entre l’avant et l’après Jésus-Christ).

2 avant Jésus-Christ ?

Tertullien (né vers 160 après Jésus-Christ) a déclaré qu’Auguste a commencé à régner quarante et un ans avant la naissance de Jésus et est mort quinze ans après cet événement, le 19 août en 14 après Jésus-Christ.  Depuis qu’Auguste a commencé son règne à l’automne de 43 avant Jésus-Christ, ceci semble également corroborer la date de naissance de 2 avant pour le Christ.

Tertullien note également que Jésus est né vingt-huit ans après la mort de Cléopâtre (30 avant Jésus-Christ), ce qui correspond également à une date de 2 avant Jésus-Christ.

Eusèbe (264 après à 340 après Jésus-Christ), le père de l’histoire de l’Église, attribue la naissance à la 42e année du règne d’Auguste et à la 28e année de l’assujettissement de l’Égypte à la mort d’Antoine et de Cléopâtre.  La 42e année d’Auguste a commencé à l’automne de 1 avant Jésus-Christ.  L’assujettissement de l’Égypte par l’Empire Romain a eu lieu à l’automne de 30 avant Jésus-Christ, quelque temps après la bataille d’Actium.  La 28e année se prolongeait à partir de l’automne 3 avant à l’automne de 2 avant Jésus-Christ.  Par conséquent, la seule date qui répondrait à ces deux contraintes serait l’automne de 2 avant Jésus-Christ.

Jean-Baptiste à la rescousse

À ce stade, les circonstances entourant la naissance de Jean-Baptiste apportent une certaine aide.  Élisabeth, la mère de Jean, était une cousine de Marie et l’épouse d’un prêtre du nom de Zacharie, qui était du cours, ou de l’ordre sacerdotal, d’Abija (Luc 1:5 ; 8-13 ; 23, 24).  Pendant le règne du roi David, les prêtres étaient divisés en vingt-quatre cours et chaque cours officiait dans le Temple pendant une semaine, du sabbat au sabbat.  Le cours d’Abija était le huitième cours, selon 1 Chroniques 24:10.

(7)       Le premier sort arriva à Jojarib, le second à Jedaja,

(8)       Le troisième à Harim, le quatrième à Seorim,

(9)       Le cinquième à Malchijah, le sixième à Mijamin,

(10)     Le septième à Hakkoz, le huitième à Abija,

(11)     Le neuvième à Jeshua, le dixième à Shecaniah,

(12)     Le onzième à Eliashib, le douzième à Jakim,

(13)     Le treizième à Huppah, le quatorzième à Jeshebeab,

(14)     Le quinzième à Bilgah, le seizième à Immer,

(15)     Le dix-sept à Hezir, le dix-huit à Aphsès,

(16)     Le dix-neuvième à Péthahia, le vingt à Jehezekel,

(17)     Le un et le vingt à Jachin, le deux et le vingt à Gamul,

(18)     Les trois et vingtième à Delaja, les quatre et vingtième à Maaziah.

(19)     Tels furent leurs ordres, à leur service, d’entrer dans la maison de l’Éternel, selon leur manière, sous Aaron, leur père, comme l’Éternel, le Dieu d’Israël, lui avait ordonné. (1 Chroniques 24:7-19)

Le Talmud et Josephus rapportent tous deux que le Temple a été détruit par Titus le 5 août en 70 après Jésus-Christ, et que le premier cours de prêtres venait de prendre ses fonctions.  En reculant, Zacharias aurait mis fin à ses fonctions le 13 juillet en 3 avant Jésus-Christ.  Si la naissance de Jean-Baptiste avait eu lieu 280 jours plus tard (temps normal de gestation pour un enfant), il serait né les 19 et 20 avril en 2 avant Jésus-Christ. (Qui était la Pâque de cette année).  En supposant que Jean soit né les 19 et 20 avril 2 avant Jésus-Christ, son 30e anniversaire aurait été les 19 et 20 avril 29 après Jésus-Christ, dans la 15e année de Tibère.  Nombres 4:3 nous dit que l’âge minimum pour le ministère était de trente ans.  Ainsi, Jean a commencé son ministère dans la 15e année de Tibère César, en 28 après Jésus-Christ.

« La quinzième année du règne de Tibère César, lorsque Ponce Pilate était gouverneur de la Judée, Hérode tétrarque de la Galilée, son frère Philippe tétrarque de l’Iturée et du territoire de la Trachonite, Lysanias tétrarque de l’Abilène. » (Luc 3:1)

Comme Auguste mourut le 19 août en 14 après Jésus-Christ, c’était l’année d’adhésion de Tibère.  Tout cela semble confirmer le 2 avant Jésus-Christ comme date de naissance de Jésus et, puisque Jean-Baptiste avait six mois de plus que Jésus, cela confirme également une date de naissance d’automne pour Jésus.  L’introduction répétée de Jésus comme l’Agneau de Dieu par Jean-Baptiste (Jean 1:29-30) est particulièrement intéressante si Jean est vraiment né à la Pâque.

L’Écriture déclare qu’Élisabeth s’est cachée pendant cinq mois (Luc 1:25), puis l’Archange Gabriel a annoncé à Marie à la fois la condition d’Elisabeth et que Marie porterait également un fils qui s’appellerait Jésus.  L’apôtre Luc rapporte que Marie est allée « en toute hâte » rendre visite à Élisabeth, qui était alors dans la première semaine de son sixième mois, qui était la quatrième semaine de décembre en 3 avant Jésus-Christ.

« Voici, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. » (Luc 1:36)

Si Jésus était né 280 jours plus tard, cela placerait la date de sa naissance au 29 septembre 2 avant Jésus-Christ.  Cela aurait été le jour de la Fête des Trompettes cette année-là.  Nous nous rendons compte que toutes ces choses sont spéculatives, mais elles visent à éloigner l’imagination des traditions.  Quelle est la bonne date ?  Personne n’est certain.

Pourquoi le 25 décembre comme date de naissance de Jésus ?

L’Église primitive n’a pas célébré la naissance du Christ.  En fait, la tradition juive était de célébrer la mort d’une personne, pas la naissance.  La première mention enregistrée du 25 décembre est dans le Calendrier de Philocalus (354 après Jésus-Christ), qui supposait que la naissance de Jésus était un vendredi 25 décembre en 1 après Jésus-Christ.  Incidemment, le 25 décembre de l’an 1 après Jésus-Christ n’était pas un vendredi.  Avec l’édit de tolérance (312 après Jésus-Christ), l’empereur Constantin a légalisé le Christianisme ; Les chrétiens persécutés échangeaient les chiffons de cachette dans les grottes contre les soies de la cour.  Le Christianisme est donc devenu officiel en 312 après Jésus-Christ.

Constantin a reconnu qu’il y avait une énorme population d’esclaves dans l’Empire Romain, et plus de la moitié d’entre eux étaient chrétiens.  Rendre le Christianisme légal était une décision politique très judicieuse.  Bien sûr, au fil du temps, bon nombre des rituels païens précédents ont été adaptés pour s’adapter aux nouveaux pièges « chrétiens ».

La date du 25 décembre a été officiellement proclamée par les pères de l’église en 440 après Jésus-Christ.  Cette date était en fait un vestige de la fête romaine des Saturnales, observée près du solstice d’hiver (jour le plus court et nuit la plus longue de l’année), qui était elle-même parmi les nombreuses traditions païennes héritées du sacerdoce babylonien antérieur.  On pensait que le dieu soleil était mort au solstice d’hiver.

Traditions babyloniennes

Pratiquement toutes les traditions occultistes ont leurs origines dans la ville originelle de Babylone (Ésaïe 47).  Ce système sacerdotal de Babylone a ensuite déménagé à Persépolis à l’époque des Perses et s’est finalement retrouvé à Rome.  Pratiquement tout dans la Rome païenne se composait de pratiques babyloniennes avec un nom latin.  C’est l’adhésion continue à ces influences idolâtres qui a suscité la critique intense du Catholicisme Romain par les protestants pendant de nombreux siècles.

Tout cela a commencé avec Bab-El, ou Babylone, qui a plus de 300 références dans la Bible, et il est mentionné quatre fois dans la généalogie du Christ (Matthieu 1:1-17).  La tour de Bab-El était la pièce maîtresse de Nimrod (un descendant de Ham) de sa rébellion contre Dieu (Genèse 10).  En un sens, toute la Bible est une saga entre deux villes : La Cité de Dieu, appelée Jérusalem, et la cité de l’homme, ou Satan, appelée Babylone.  Ils commencent tous les deux dans la Genèse et culminent tous les deux dans le livre de l’Apocalypse.

Bab-El a une grande signification.  Bab est le terme pour « porte ou tour » et El est le terme pour Dieu.  Bab-El est la « tour vers Dieu » ou la « porte d’entrée vers les dieux ».  C’est là que Dieu Lui-même intervient, provoquant la confusion des langues qui se produit dans Genèse 11.  Non seulement il y avait une confusion des langues, mais le Mazzaroth (ce que nous appelons le « Zodiaque ») était corrompu.  C’est à Babylone que les concepts originaux se sont déformés.

Babylone occupe une place importante dans l’histoire et dans la prophétie.  Du point de vue de la prophétie, Babylone est actuellement en cours de reconstruction à 100 kilomètres (62 miles) au sud de Bagdad.  Babylone est destinée à une renaissance, et elle finira par recevoir le jugement qui est explicitement décrit dans Ésaïe et Jérémie

« Et Babylone, l’ornement des royaumes, la fière parure des Chaldéens, sera comme Sodome et Gomorrhe que Dieu détruisit. »  (Ésaïe 13:19)

« …et diront : Malheur ! Malheur !  La grande ville, qui était vêtue de fin lin, de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles !  En une seule heure tant de richesses ont été détruites ! » (Apocalypse 18:16)

« Et ils jetaient de la poussière sur leurs têtes, ils pleuraient et ils étaient dans le deuil, et ils criaient et disaient : Malheur ! Malheur !  La grande ville, où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer, en une seule heure elle a été détruite ! »   (Apocalypse 18:19)

Cela peut être un « test décisif » contemporain pour prendre les prophéties à la lettre, mais, pour l’instant, il n’y a aucune preuve que cela se produit. Cependant, si nous comprenons correctement la Bible, il semblerait qu’il y ait un énorme destin à venir pour cette ville légendaire.

La légende du Tammuz

Afin de comprendre l’origine des diverses pratiques occultes de Babylone, nous devons regarder la ville d’origine et l’histoire de Tammuz, le fils de Nimrod (le fondateur de Babylone) et de sa reine, Sémiramis.  Tammuz a été identifié avec le dieu solaire babylonien et a été vénéré après le solstice d’hiver, qui a lieu autour du 22 au 23 décembre.  On pensait que Tammuz était mort pendant cette période, et cela a été commémoré en brûlant une bûche dans la cheminée.  Le mot chaldéen pour « enfant » est « yule ».  Sa « renaissance » a été célébrée en remplaçant la bûche par un arbre taillé le lendemain matin.  Donc, ce que nous considérons aujourd’hui comme un arbre de Noël a en fait ses racines à Babylone.  Jérémie 10 déclare ce qui suit :

« Ainsi parle l’Éternel : N’imitez pas la voie des nations, et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent.  Car les coutumes des peuples ne sont que vanité.  On coupe le bois dans la forêt ; La main de l’ouvrier le travaille avec la hache ; On l’embellit avec de l’argent et de l’or ; On le fixe avec des clous et des marteaux, pour qu’il ne branle pas. Ces dieux sont comme une colonne massive, et ils ne parlent point ; On les porte, parce qu’ils ne peuvent marcher.  Ne les craignez pas, car ils ne sauraient faire aucun mal, et ils sont incapables de faire du bien. »    (Jérémie 10:2-5)

En toute franchise, Jérémie parle du culte des idoles, une chose complètement différente.  En fait, l’intention ici n’est pas de dédaigner l’utilisation d’un arbre de Noël, mais plutôt de vraiment comprendre les origines de certaines de nos traditions occidentales, y compris l’arbre de Noël.

Lorsque le Christianisme a été établi comme religion d’état de Rome, de nombreuses traditions et pratiques religieuses antérieures du culte païen antérieur ont été adaptées et incorporées, y compris l’arbre de Noël, le gui (un symbole de fertilité), le bol de wassail et d’autres.  Encore une fois, toutes ces choses ont leurs racines, assez étrangement, à Babylone.

Beaucoup de nos autres fêtes ont leurs origines dans des cultures anciennes. Peut-être l’un des plus grands d’entre eux est l’Halloween, qui est clairement occulte.  Les Celtes, les druides et bien d’autres ont observé le 31 octobre [la veille de Sahmain (la fin de l’été), prononcée « sow-ween ») comme la fin de l’année.  Tout cela est lié à la planète Mars, appelée Baal, qui a très probablement interféré avec l’orbite de la Terre à certaines occasions.

Pâques est une fête qui conserve son nom païen d’origine.  Cette célébration impliquait à l’origine le culte d’Ishtar, l’œuf d’or d’Astarté, et se déroulait avec toutes sortes de rites de fertilité au printemps.  Les lapins prolifiques sont un symbole majeur de fertilité et c’est ainsi que les lapins se sont mélangés aux œufs.  Il est intéressant de noter que les premiers chrétiens qui ont tenté d’adorer la Pâque conformément aux instructions de la Bible ont été excommuniés de l’église et appelés les quartodécimens.

La promesse messianique

Dans Genèse 3:15, Dieu déclare la guerre au Nahash, Satan, le Brillant, et là Il annonce pour la première fois dans les Écritures écrites la promesse du parent-rédempteur (Jésus-Christ), qui viendra de la lignée d’Adam.  Satan comprend qu’il y a une guerre en cours.  Il a continuellement tenté d’éradiquer la lignée messianique depuis Ève à travers l’histoire, même jusqu’à aujourd’hui.  Satan a tenté d’interrompre la lignée royale de Caïn et Abel au déluge de Noé ; Depuis le massacre des enfants en Égypte dans le livre de l’Exode, jusqu’au massacre des enfants à Bethléem.

Après la mort d’Abel, Satan a essayé de corrompre la lignée humaine avec les manigances des anges déchus dans Genèse 6, attaquant la semence d’Abraham dans Genèse 12 et Genèse 20, la famine dans Genèse 50, la destruction de la lignée masculine dans Exode 1, et la poursuite de Pharaon de la nation hébraïque (Exode 14), qui a culminé avec la destruction de l’armée de Pharaon et le peuplement de Canaan.

Avant que le peuple d’Abraham ne revienne d’Égypte, Satan avait quatre siècles pour jeter un champ de mines, et c’est pourquoi Josué a reçu pour instruction d’éradiquer tous les hommes, femmes et enfants de certaines tribus.  Au fur et à mesure que Dieu révélait son plan plus clairement, Satan a concentré son attaque plus étroitement.  Dieu a révélé que le Messie ne viendrait pas seulement de la lignée d’Abraham, Il viendrait également de la lignée de David.  Ainsi, la famille de David a été choisie par Satan à partir de 2 Samuel.  Et, partout ici, nous le trouvons en train d’essayer de tuer tous les héritiers du trône.  Mais, il y en a toujours eu un ; Un caché par un serviteur ou sauvé d’une autre manière, et cela a fait avancer la ligne.  Les attaques contre la ligne de David comprenaient :

  • Joram a tué ses frères dans 2 Chroniques 21
  • Les Arabes tuèrent tous sauf Ahazariah dans 2 Chroniques 21
  • Athalie a tué tout le monde sauf Joash dans 2 Chroniques 22
  • Ézéchias agressé, etc. dans Ésaïe 36, 38
  • La tentative d’Haman de tuer tous les juifs d’Esther 3

Nous remarquons cette tentative d’anéantir les Juifs dans le Livre d’Esther, quand Haman, enhardi par Satan, a conçu un plan pour leur extinction.  Les autres attaques de Satan visaient des familles clés ; Cette attaque devait être un massacre total.

Lorsque nous entrons dans le Nouveau Testament, les stratagèmes de Satan continuent:

  • La peur de Joseph pour Marie dans Matthieu 1
  • Tentatives de meurtres d’Hérode dans Matthieu 2
  • Des hommes à la synagogue de Nazareth dans Luc 4
  • Deux tempêtes sur la mer à Mark 4 ; Luc 8
  • La croix dans Matthieu 27 ; Mark 15 ; Luc 23 ; Jean 19
  • Le dragon dans Apocalypse 12
En fait, Apocalypse 12 est un résumé des stratagèmes de Satan, et pourtant il n’a pas fini.  Tout au long de l’histoire, il y a eu des préjugés extrêmes contre les Juifs, et nous le constatons même à notre époque.

Source: KHouse 

Traduit par PLEINSFEUX.ORG 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s