Elections Américaines : les évènements s’accélèrent

Mardi 15 décembre

  • 09h08 : même Poutine est victime de la désinformation des médias ! Il vient de féliciter Joe Biden pour sa victoire électorale (alors que la décision appartient au Congrès américain, le 6 janvier prochain)
  • 08h48 : Le procureur général adjoint Jeff Rosen deviendra procureur général par intérim en remplacement de Bill Barr. Richard Donoghue assumera les fonctions de procureur général adjoint. La vraie question que le journaliste honnête doit poser est celle-ci : Trump s’est-il fait encore refiler une autre créature du « swamp », du marécage, ou deep state ?
  • 07h38 : Un fonctionnaire de l’administration Trump, Kash Patel, intente un procès en diffamation de 50 millions de dollars contre CNN, alléguant que le réseau a publié des « récits politiques de gauche sans fondement » à son sujet
  • 05h24 : Prenez connaissance des événements qui se sont produits lundi 14 décembre à partir de 16h en consultant la page précédente : une accélération formidable s’est produite en quelques heures.
  • 00h19 : Dans sa lettre de démission, M. Barr dénonce les accusations de collusion « frénétiques et sans fondements » des médias et des Démocrates sur la collusion avec la Russie. « Aucune tactique, aussi abusive et trompeuse soit-elle, n’était hors limite ».
  • 00h11 : Les grands électeurs du GOP du Michigan ont voté pour Donald Trump malgré les tentatives du gouverneur du Michigan pour les en empêcher.
  • 00h06 : Eddie Farnsworth, président de la magistrature du sénat de l’Arizona, vient d’assigner à comparaître les bulletins de vote du comté de Maricopa, les logiciels et les machines de Dominion.

Lundi 14 décembre

  • 23h59 : 22 législateurs + 8 nouveaux législateurs élus signent une résolution commune appelant le Congrès à accepter la liste alternative des électeurs et à s’abstenir d’accepter les votes électoraux de Biden jusqu’à ce que les enquêtes soient terminées.
  • 23h55 : La campagne Trump engage un procès au Nouveau Mexique pour fraude électorale. « Le procès du Président est valable et nécessaire » a commenté le parti Républicain du Nouveau Mexique.
  • 23h49 : Le secrétaire d’État de Georgie Brad Raffensperger annonce un audit de signature des bulletins de vote par correspondance dans le comté de Cobb.
  • 23h42 : Bill Barr quittera son emploi avant Noël.
  • 23h40 : à l’instant : Le président du pouvoir judiciaire du Sénat de l’Arizona vient d’émettre des citations à comparaître pour un audit complet de toutes les machines Dominion et des logiciels.
  • 23h38 : Le Collège électoral annonce Joe Biden comme président élu après que les 55 votes de la Californie l’aient placé au-dessus des 270 nécessaires pour gagner la Maison Blanche, tandis que les votes concurrents donnent la victoire à Trump.
  • 23h34 : nouvelle victoire devant la Cour suprême du Wisconsin – après un échec quelques heures plus tôt devant la même cour pour un dossier différent.

    La Cour suprême du Wisconsin est d’accord avec Trump pour dire que les électeurs qui ont voté illégalement ne devraient pas être autorisés à voter.

    Les avocats de Trump doit amener les électeurs illégaux à accepter qu’ils ont voté illégalement et le tribunal invalidera leur vote.
  • 23h29 : Nous avons donc maintenant 7 Etats qui envoient des grands électeurs concurrents pour Trump au Congrès américain : Pennsylvanie, Géorgie, Michigan, Wisconsin, Arizona, Nevada et Nouveau-Mexique.

    Les grands électeurs de ces sept États ont déclaré que les fraudes électorales et les changements illégaux d’élection sont non acceptables.

    Reste à Dreuz d’expliquer cet aspect légal à nos lecteurs.
  • 23h26 : Les républicains vont obtenir un siège de plus à la Chambre des représentants pour le Michigan au prochain Congrès suite à la retraite d’un indépendant.
  • 23h22 : Historique : Pennsylvanie, Georgia, Michigan, Wisconsin, Arizona, Nevada et Nouveau Mexique ont tous fait voter les grands électeurs du GOP pour Donald Trump. Cela préserve le droit de Trump de remédier à la fraude avec ses propres électeurs concurrents.
  • 23h14 : La police de l’État du Michigan confirme la fermeture – illégalement – du Capitole pour des activités électorales officielles et autorisées par la Constitution.

    « Je savais les Démocrates vicieux, crapuleux, menteurs et totalitaires, et je n’ai aucune illusion sur eux, mais même moi j’écarquille les yeux » – JP Grumberg.

Le Capitole n’est pas ouvert au public aujourd’hui, selon la Commission du Capitole. Par conséquent, la police de l’État du Michigan empêche l’entrée de toute personne non autorisée à se trouver dans le bâtiment.

  • 22h36 : Le membre du Congrès du GOP du Michigan, Paul Mitchell, a quitté le parti républicain en raison du refus du parti d’accepter le résultat de l’élection, et devient indépendant.
  • 22h27 : Les 11 grands électeurs républicains de l’Arizona se sont réunis pour voter pour le président Donald Trump et le vice-président Mike Pence. Soit 53 votes concurrents de plus pour Trump.
  • 22h25 : La Cour suprême du Wisconsin rejette les efforts de la campagne Trump pour faire annuler des bulletins de vote illégaux, juste avant le vote des grands électeurs.
  • 21h17 : à cette heure, les électeurs du GOP ont soumis des bulletins de vote concurrents pour le président Trump dans les États suivants :
    • Nevada (6)
    • Pennsylvanie (20)
    • Géorgie (16)
    • 42 Votes électoraux au total, et la victoire potentielle pour Trump si le Congrès doit décider de l’élection.
    • Le Michigan empêche les grands électeurs Républicains d’entrer le capitole pour exercer leur droit de vote.
    • Reste le Wisconsin
  • 21h13 : Vidéo : le gouverneur du Michigan utilise la police de l’État pour empêcher les électeurs du GOP d’entrer dans le capitole de l’État :
  • 21h09 : in-cro-ya-ble ! En ce moment, le Michigan utilise la police d’État pour empêcher les électeurs du GOP d’entrer au Capitole de l’État et voter pour le président Trump.
  • 20h39 : Le secrétaire d’État Brad Raffensperger a déclaré que l’État effectuera un audit limité de concordance des signatures dans le comté de Cobb, dont les résultats seront publiés dans deux semaines.
  • 20h30 : La Géorgie donne le coup d’envoi du vote anticipé pour le second tour des élections sénatoriales.
  • 20h26 : Le Congrès doit maintenant tenir compte de listes électorales concurrentes de la Pennsylvanie, du Nevada et de la Georgie.
  • 20h24 : Les grands électeurs Républicains du Nevada votent pour le président Trump.
  • 19h59 : Le conseiller du président Trump Stephen Miller affirme qu’un groupe de grands électeurs « alternatifs » votera aujourd’hui pour Trump :

« Au moment où nous parlons, une liste alternative d’électeurs dans les États contestés va voter et nous allons envoyer ces résultats au Congrès. » [en cas de désaccord entre le Congrès et le président, le cas peut terminer devant la Cour suprême]

  • 19h53 : Bart Marcois : « J’ai été observateur international pour des élections. Il était de mon devoir de certifier que les élections étaient libres et équitables, ou non. Et si on me le demandait, je ne certifierais jamais les élections à Atlanta, Philly, Detroit ou Milwaukee. »
  • 19h49 : Une grande victoire pour le président Trump : La Cour suprême du Wisconsin décide que les bulletins de vote arrivés après le jour du scrutin ne seront pas pris en compte.
  • 19h46 : Parce que le procès du président contre l’élection de la Géorgie est toujours en cours, les grands électeurs Républicains se sont réunis aujourd’hui à midi au Capitole d’État et ont voté pour le président Trump et le vice-président.
  • 19h42 : Les Grands électeurs républicains de Pennsylvanie votent pour Donald Trump et Pence pour des raisons procédurales, afin de préserver la contestation juridique de la campagne Trump, comme l’ont fait les Démocrates en 1960 pour Kennedy.
  • 16h37 : Accrochez-vous : voici le rapport de l’expertise légale des 16 machines de Dominion Voting Systems dans le comté d’Antrim, Michigan :
    1. « Nous concluons que le système de vote de Dominion est intentionnellement et délibérément conçu avec des erreurs inhérentes pour créer une fraude systémique et influencer les résultats des élections ».
    2. « Le taux d’erreur électorale admissible établi par les directives de la Commission électorale fédérale est de 1 sur 250 000 bulletins de vote (.0008%). Nous avons observé un taux d’erreur de 68,05 %. Cela démontre une erreur significative et fatale en matière de sécurité et d’intégrité des élections ».
    3. « Un nombre stupéfiant de bulletins de a nécessité un jugement [par un adjudicateur]. Il s’agit d’un problème qui n’a pas été observé lors des précédents cycles électoraux, lesquels étaient toujours stockés sur le serveur … Les erreurs intentionnelles ont conduit à un jugement en masse des bulletins de vote sans aucune surveillance, sans transparence ni signe d’audit.
    4. « Il est significatif que le système informatique montre les journaux d’adjudication des votes des années précédentes ; mais toutes les entrées du journal d’adjudication pour le cycle électoral de 2020 sont manquantes. Le processus d’adjudication est le moyen le plus simple de manipuler manuellement les votes ».
    5. « L’absence de registres [pour l’élection de 2020] empêche toute forme d’audit, et leur absence manifeste est extrêmement suspecte puisque les fichiers existent pour les années précédentes en utilisant le même logiciel ».
    6. « La suppression de ces dossiers viole la loi de l’État et empêche un audit significatif, même si le secrétaire d’Etat voulait effectuer un audit. Nous devons conclure que les dossiers du cycle électoral de 2020 ont été supprimés manuellement ».
    7. « De même, tous les journaux de sécurité des serveurs antérieurs à 23h03 le 4 novembre 2020 sont manquants. Cela signifie que tous les journaux de sécurité pour le lendemain de l’élection, le jour de l’élection et avant le jour de l’élection ont disparu ».
    8. « D’autres journaux de serveur avant le 4 novembre 2020 sont présents ; il n’y a donc pas d’explication raisonnable pour que les journaux de sécurité soient manquants ».
    9. « Nos conclusions montrent que les totaux de la bande de tabulation du canton de Central Lake ont été modifiés de manière significative en utilisant deux versions différentes du programme – une modification avant les élections (23/10/2020) et une autre après les élections (le 05/11/ 2020), qui étaient tous deux des modifications logicielles apportées lors d’une élection, en violation de la loi électorale, et pas seulement une erreur humaine associée au système de gestion des élections du Dominion.
    10. « Ces changements de système affectent la façon dont les bulletins de vote sont lus et tabulés, et notre examen a démontré un changement significatif dans les résultats des électeurs en utilisant les deux programmes différents. »
    11. Ces changements de logiciels sont en infraction avec la période de 90 jours de la « sphère de sécurité » qui interdit de modifier les systèmes électoraux, les registres, les mises à jour de matériel/logiciels sans avoir à se soumettre à une nouvelle certification.
    12. La seule raison de changer de logiciel après l’élection est de dissimuler des preuves de fraude et/ou de corriger des erreurs de programme qui auraient pour effet de décertifier l’élection.
    13. Le greffier du comté d’Antrim et le secrétaire d’État Jocelyn Benson ont déclaré que l’erreur commise le soir de l’élection (détailléedans l’article) par le « retournement » du vote de Trump à Biden) était le résultat d’une erreur humaine due au fait que la tabulatrice du canton de Mancelona n’a pas été mise à jour avant la nuit de l’élection.

      Nous ne sommes pas d’accord et concluons que le retournement du vote s’est produit à cause d’une erreur de machine intégrée dans le logiciel de vote conçu pour créer une erreur.
    14. Le journal de tabulation pour l’examen légal du serveur du comté d’Antrim à partir du 6 décembre 2020 comprend 15 676 événements individuels, dont 10 667, soit 68,05 % des événements, étaient des erreurs enregistrées. Ces erreurs ont entraîné des erreurs globales de tabulation ou l’envoi de bulletins de vote à l’arbitrage. Ce taux d’erreur élevé prouve que le Dominion Voting System est défectueux et ne respecte pas les lois électorales des États ou du gouvernement fédéral.
    15. Dans le canton de Central Lake, 1 222 bulletins de vote ont été annulés sur un total de 1 491, soit un taux de rejet de 81,96 %. Tous les bulletins annulés sont envoyés à l’arbitrage pour décision par le personnel électoral.
    16. La vidéo publiée dans notre article précédent, qui montre comment tricher lors de l’arbitrage, est mentionnée dans le rapport d’expertise.
    17. Le comté d’Antrim n’a pas mis à jour son système informatique, soit par incompétence, négligence grave, mauvaise foi ou non-respect délibéré de la sécurité fondamentale du système requise par la législation fédérale et celle des États. Il est impossible que ce système de gestion des élections ait réussi les tests ou ait été légalement certifié pour mener les élections de 2020.
    18. Le 21 novembre 2020, un utilisateur non autorisé a tenté sans succès à ramener à zéro les résultats des élections. Cela démontre une nouvelle tentative d’altération frauduleuse des données.
    19. Les machines du Dominion ImageCast Precinct (ICP) ont la possibilité d’être connectées à internet – en violation des lois électorales. Comme certains fichiers ont été supprimés, nous n’avons pas encore trouvé si des données ont été transmises ou reçues ; mais nos recherches se poursuivent.
    20. Les identifiants et mots de passe des comptes d’utilisateurs du logiciel Dominion Democracy Suite sont stockés dans des tables non sécurisées de la base de données, et les multiples comptes d’administrateurs du système électoral partagent le même mot de passe, ce qui signifie qu’on ne peut pas savoir qui a pu changer des vote, les supprimer, ou modifier ou décider des votes par grosse quantité en une seule opération.
    21. Le « taux d’erreur » élevé dans le logiciel électoral (dans ce cas, 68,05 %) permet d’utiliser un algorithme qui pondérera un candidat plus qu’un autre (par exemple, attribuer arbitrairement à un candidat spécifique ⅔ des résultats, et ⅓ à l’autre). Dans les logs, nous avons constaté que cet algorithme était activé. Cela a permit à quelqu’un d’appliquer une valeur numérique arbitraire aux candidats et de modifier le résultat global.
    22. Nous concluons que les erreurs sont si importantes qu’elles remettent en cause l’intégrité et la légitimité des résultats de l’élection du comté d’Antrim, au point que les résultats ne sont pas certifiables. Comme les mêmes machines et logiciels sont utilisés dans 48 autres comtés du Michigan, cela jette un doute sur l’intégrité de l’ensemble de l’élection dans l’État du Michigan.
  • 16h21 : « Joe Biden n’interférera pas dans les décisions prises par les hauts responsables du ministère de la Justice. » a déclaré un de ses conseillers. En langage de politicien corrompu, cela veut dire que Biden va peser de tout son poids et que son fils sera totalement innocenté, mais en sauvant les apparences.
  • 16h11 : Les grands électeurs se réunissent pour voter officiellement au Collège électoral.
  • 15h58 : A l’instant : suite à une audition (où je me suis à moitié endormi), le juge du Michigan autorise l’avocat Matt DePerno à divulguer les résultats de l’expertise informatique des 16 machines à voter Dominion du comté d’Antrim.
  • 15h22 : Tricia Flanagan : « les premiers résultats de l’examen informatique des dépouillements montrent que des flux de données ont traité des quantités physiquement impossibles de votes pour Biden en quelques heures, ce qui indique que les machines ont été manipulées numériquement car elles ne pouvaient pas mécaniquement, physiquement, traiter autant de données en si peu de temps.

    Pour être précis, il faudrait l’équivalent de 9,25 jours de travail continu pour compter les votes apparaissant dans certains comtés pendant une fenêtre de 6 heures. »
  • 15h10 : Les électeurs présidentiels se réunissent aujourd’hui dans tout le pays pour choisir officiellement Joe Biden comme prochain président. Le vote attire plus d’attention que d’habitude cette année en raison de la fraude massive, mais qui n’a pas été à ce jour examinée par un seul tribunal.
  • 07h47 : Ruby Freeman, accusée d’avoir bourré les urnes pour Biden dans le comté de Fulton en Georgie (State Farm Arena), objet d’une plainte pénale, et a pris un avocat – il était temps…
  • 05h45 : Patrick Colbeck, un challenger électoral du comté de Wayne, Michigan, qui a témoigné devant la législature de l’État, a déclaré sur Fox Business que le juge Elsenheimer, un Républicain, a autorisé le procureur général de l’Etat, Dana Nessel, et le secrétaire d’Etat Jocelyn Benson, à interdire la divulgation des résultats de l’expertise informatique des machines Dominion du comté d’Antrim.

« Toutes ces personnes qui affirment qu’il n’y a pas eu de fraude électorale se mettent délibérément en travers de notre chemin en déposant des ordonnances judiciaires pour empêcher la diffusion de preuves de fraude électorale », a-t-il déclaré.

  • 05h34 : Un avocat du Michigan chargé de l’examen informatique des 16 machines Dominion a reçu des menaces du barreau de l’État du Michigan, et le procureur général Nessel a menacé les avocats qui soutiennent Trump.
  • 05h12 : Sidney Powell : « Nous les avons vu détruire des preuves partout en Géorgie… du déchiquetage des bulletins de vote à l’effacement des machines et au remplacement des serveurs… Je pense que l’analyse qui va venir du Michigan va prouver exactement ce que nous disions qu’il se passait avec ces machines. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s