Un monument ancien cite le nom d’Isarël !

par Timothy Mahoney September 18, 2020 | Evidence

Egyptologist David Rohl points out the name “Israel” to filmmaker Timothy Mahoney in Patterns of Evidence: The Exodus

RÉSUMÉ : Une inscription égyptienne trouvée près des rives du Nil mentionne le nom « Israël ». Dans l’ extrait du livre Patterns of Evidence : L’Exode, Tim Mahoney raconte sa visite sur le site avec l’égyptologue David Rohl pour discuter de la signification de ces preuves.

Tous les peuples de la terre verront que tu es appelé par le nom de l’Éternel, et ils auront peur de toi. – Deutéronome 28:10 (ESV)

La Stèle de Merneptah :

Première mention d’Israël en Egypte 

Le pharaon Merneptah de la 19e dynastie d’Égypte était le fils et le successeur de Ramsès II. Ramsès était l’un des rois les plus puissants d’Égypte et est considéré par beaucoup comme le pharaon de l’Exode. Mais Ramsès ou quelqu’un de sa famille était-il vraiment le pharaon qui a chassé les Israélites d’Égypte ? Merneptah est surtout connu pour avoir érigé un monument en pierre, ou stèle, qui mentionne la nation d’Israël. Communément appelée la stèle de Merneptah, elle a été découverte en 1896 par un pionnier anglais de l’égyptologie, Sir Flinders Petrie, qui la considérait comme sa plus importante découverte en raison de son lien avec la Bible. La stèle a été trouvée dans la chapelle funéraire du roi Merneptah à Thèbes, l’ancienne capitale égyptienne sur la rive ouest du Nil. Sur la rive opposée se trouve le temple de Karnak. La stèle originale s’y est trouvée pendant des milliers d’années avant d’être transportée au Musée égyptien du Caire. J’ai filmé aux deux endroits. Merneptah a érigé ce monument quelques années seulement après la mort de son père. L’égyptologue David Rohl et beaucoup d’autres pensent que le poème de la victoire sur cette stèle démontre que ni Ramsès II ni son fils Merneptah ne pouvaient être le pharaon de l’Exode. J’étais impatient de savoir pourquoi.
Portrait of Sir Flinders Petrie
The Merneptah Stele near the Nile in Egypt
Sir Flinders Petrie en 1903. Pendant plus d’un siècle, la stèle de Merneptah a été considérée comme la plus ancienne et la seule mention d’Israël dans l’Égypte ancienne. Elle commémore les victoires de l’Égypte sur ses ennemis et a été érigée par le pharaon Merneptah (1213-1203 av. J.-C.) dans sa cinquième année. Récemment, le piédestal de Berlin a été proposé pour avoir une mention plus ancienne d’Israël. (Petrie : domaine public, stèle de Merneptah © 2014 Patterns of Evidence, LLC) Il faisait 117 degrés Fahrenheit le jour où Rohl m’a emmené voir la stèle de Merneptah. Je savais qu’il faisait chaud quand les Égyptiens cherchaient de l’ombre, mais il n’y avait pas d’ombre quand nous nous sommes approchés de la stèle dans la cour ouverte. Dans un coin se trouvait l’artefact en pierre, dos au mur qui entourait la cour. Rohl surveillait la dalle de trois mètres de haut. « Voici donc la célèbre stèle de Merneptah, ou ce que nous appelons la stèle d’Israël, et elle appartient en fait au roi, Merneptah. En haut, on peut le voir faire face au dieu Amon.

« Qu’est-ce que ça dit ? J’ai demandé.

« C’est comme un résumé des réalisations de la dynastie, et il énumère ici, sous une forme poétique, toutes les différentes nations conquises, les nations qui sont en paix. Mais tout en bas, vous avez trois lignes cruciales, parce que c’est là que nous trouvons un lien avec la Bible. » « Alors c’est pour ça que tu m’as amené ici ? » Rohl s’est agenouillé et a montré la partie inférieure du monument. « Je vous ai amené ici pour voir ça. En particulier, un nom. Vous avez les deux anches. C’est le son « e » ou « ee », d’accord ? Puis le boulon de tissu, qui est un « s », puis un « r », un « a » et un « l ». Is-ra-el.  » « Israël ». J’étais fasciné. Après tout ce que j’avais entendu sur le manque de preuves bibliques, ici, au milieu de l’Égypte, il y avait une inscription avec le nom qui venait de la Bible, Israël. « Israël », a fait écho Rohl. « C’est la seule fois que nous voyons ce nom sur un monument égyptien. »
Egyptologist David Rohl and Tim Mahoney at the Merneptah Stele replica
Egyptologist David Rohl and Mahoney at the Merneptah Stele replica. (© 2012 Patterns of Evidence, LLC)
The name Israel graphically enhanced on the Merneptah Stele from Patterns of Evidence: The Exodus
The name Israel graphically enhanced on the Merneptah Stele followed by the people or nation determinative (read right to left). (© 2012 Patterns of Evidence, LLC)
« C’est très significatif, n’est-ce pas ? » « C’est extrêmement significatif. » Rohl m’a ensuite demandé de me concentrer sur les hiéroglyphes à côté du nom Israël. « Après le nom Israël se trouvent ces deux figures assises d’une femme et d’un homme, et trois traits en dessous. » « Qu’est-ce que ça veut dire ? » Rohl a expliqué : « Ces trois traits signifient le pluriel. Cela signifie donc le peuple ou la nation d’Israël. Et puis c’est la partie intéressante. Il est écrit Fekty bin peret f. Cela signifie « Israël est un déchet, sa semence n’est plus. »  » « Cela signifie-t-il qu’ils n’étaient littéralement plus ? » « Non. C’est une sorte de façon poétique de dire qu’ils ont été vaincus, vaincus. » « Ou pacifié ? » J’ai demandé. « Oui. Toutes ces phrases sont comme ça ; c’est une phrase poétique en fait. »

La stèle de Merneptah et la date d’exode des Ramsès 

Carte montrant les quatre grandes nations ainsi que les quatre villes du poème de Merneptah
Les quatre grandes nations ainsi que les quatre villes du poème de Merneptah. (© 2014 Patterns of Evidence, LLC)
Rohl a poursuivi son argumentation en me demandant de regarder de plus près le motif du « poème de la victoire » sur ce monument. « Ce que nous avons, ce sont deux lignes d’introduction, puis nous avons deux grandes entités, les Libyens et les Hittites, puis nous avons quatre villes, puis nous avons deux autres grandes entités, Israël et la Syrie. Et nous terminons avec deux lignes supplémentaires pour clore le poème. » « La façon dont le schéma du poème fonctionne nous dit qu’Israël était une entité majeure à l’époque. C’est donc effectivement la nation d’Israël, et elle se trouve dans la partie nord du monde en dehors de l’Égypte. Ils semblent être une entité politique. »
Merneptah’s Poem
Le poème de Merneptah : Selon David Rohl, le schéma du poème de la victoire écrit au bas de la stèle de Merneptah montre que l’Égypte considérait Israël comme l’une des grandes puissances de l’époque – tout comme la Libye (Tjehenu), le royaume hittite (Hatti) et la Syrie (Hurru). « Shalom » est le mot hébreu qui signifie « paix », et les « Neuf Arcs » étaient les ennemis traditionnels de l’Égypte.
La réflexion du soleil égyptien sur la stèle était aveuglante. Sa chaleur était comme une fournaise. Je pouvais sentir la sueur couler sur mon visage. Mais rien de tout cela n’avait d’importance à ce moment-là. Ce que Rohl venait de révéler, je le savais, était très important pour savoir si Ramsès est le pharaon mentionné dans la Bible. « Quelle importance cela a-t-il donc pour l’histoire de l’Exode ? » Rohl s’est approché de la stèle et m’a regardé. « Eh bien, pour moi, c’est très important, parce que si nous parlons de Ramsès II ou de Merneptah au moment de l’Exode avec Moïse et Josué, cela ne correspond pas au modèle. Cela n’a aucun sens. »
The Merneptah Stele timeline
La stèle de Merneptah a été fabriquée dans la cinquième année de Merneptah. Si les Israélites avaient quitté l’Égypte vers 1250 avant J.-C., la stèle aurait été sculptée pendant la deuxième année de la Conquête, ce qui ne correspond ni à l’établissement d’Israël en tant que nation ni à l’idée d’un conflit majeur entre Israël et l’Égypte à cette époque. (© 2015 Patterns of Evidence, LLC)

Je vois que cela pose un problème pour la théorie de l’exode des Ramsès. La Bible affirme que les Israélites n’ont commencé à conquérir Canaan que 40 ans après avoir quitté l’Égypte. Alors comment Merneptah pourrait-il être le pharaon de l’Exode si Israël était déjà établi au pays de Canaan la cinquième année de son règne ? Selon les informations bibliques, ce n’est tout simplement pas possible. (Voir plus d’informations sur le livre Patterns of Evidence : The Exodus)

NOTE : Les références aux Israélites ayant passé 40 ans dans le désert après l’Exode se trouvent dans Nombres 14:26-34, Deutéronome 2:7 &amp ; 14, et Josué 5:6. Pendant la plus grande partie de la période des Juges, une période d’environ 350 ans qui a suivi la Conquête, les tribus étaient assez indépendantes et non une nation établie et unifiée, parfois même en guerre les unes contre les autres (Juges 20:20).  TOP PHOTO : L’égyptologue David Rohl indique le nom « Israël » à Timothy Mahoney. (© 2012 Patterns of Evidence, LLC)

Ancient Egyptian Monument Records the Name “Israel”

Timothy Mahoney |

September 18, 2020 | Evidence

Egyptologist David Rohl points out the name “Israel” to filmmaker Timothy Mahoney in Patterns of Evidence: The Exodus

SUMMARY: An Egyptian inscription found near the banks of the Nile records the name “Israel.” In this excerpt from the book Patterns of Evidence: The Exodus, Tim Mahoney discusses his visit to the site with Egyptologist David Rohl to discuss the significance of this evidence.

And all the peoples of the earth shall see that you are called by the name of the LORD, and they shall be afraid of you. – Deuteronomy 28:10 (ESV)

Merneptah Stele: The First Mention of Israel in Egypt 

Pharaoh Merneptah of Egypt’s 19th Dynasty was the son and successor of Ramesses II. Ramesses was one of Egypt’s most powerful kings and is thought by many to be the pharaoh of the Exodus. But was Ramesses or someone in his family really the pharaoh who thrust the Israelites out of Egypt?

Merneptah is best known for erecting a stone monument, or stele, that mentions the nation of Israel. Commonly called the Merneptah Stele, it was uncovered in 1896 by an English pioneer in Egyptology, Sir Flinders Petrie, who considered it his most important discovery because of its connection to the Bible. The stele was found in King Merneptah’s funerary chapel in Thebes, the ancient Egyptian capital on the west bank of the Nile. On the opposite bank is the Temple of Karnak. The original stele stood here for thousands of years before it was taken to the Egyptian Museum in Cairo. I have filmed at both locations.

Merneptah erected this monument just a few years after his father’s death. Egyptologist David Rohl and many others believe that the victory poem on this stele demonstrates that neither Ramesses II nor his son Merneptah could be the pharaoh of the Exodus. I was anxious to know why.

Portrait of Sir Flinders Petrie
The Merneptah Stele near the Nile in Egypt

Sir Flinders Petrie in 1903. The Merneptah Stele was thought for over a century to be the oldest and only mention of Israel in ancient Egypt. It commemorates Egypt’s victories over its enemies and was erected by Pharaoh Merneptah (1213- 1203 BC) in his 5th year. Recently the Berlin Pedestal has been proposed to have an older mention of Israel. (Petrie: public domain, Merneptah Stele © 2014 Patterns of Evidence, LLC)

It was 117 degrees Fahrenheit the day Rohl took me to see the Merneptah Stele. I knew it was hot when the Egyptians were looking for shade, but there was no shade as we approached the stele in the open courtyard. In one corner stood the stone artifact with its back against the wall that surrounded the courtyard. Rohl surveyed the ten-foot- high slab. “So this is the famous Merneptah Stele, or what we call the Israel Stele, and it actually belongs to the king, Merneptah. Up there at the top you can see him facing the god Amun.”

“What does it say?” I asked.

“It’s like a summary of the achievements of the dynasty, and he lists here, in a poetic form, all the different conquered nations, the nations that are at peace. But right at the bottom, you have three crucial lines, because this is where we find a link to the Bible.”

“So that’s why you brought me here?”

Rohl knelt and pointed to the lower portion of the monument. “I brought you here to see this. In particular, one name. You have the two reeds. That’s the sound “e” or “ee”, okay? Then the bolt of cloth, which is “s”, then an “r”, an “a” and an “l”. Is-ra-el.”

“Israel.” I was fascinated. After all I had heard about the lack of biblical evidence, here in the middle of Egypt was an inscription with the name that came from the Bible, Israel.

“Israel,” Rohl echoed. “This is the only time that we see this name on an Egyptian monument.”

Egyptologist David Rohl and Tim Mahoney at the Merneptah Stele replica
Egyptologist David Rohl and Mahoney at the Merneptah Stele replica. (© 2012 Patterns of Evidence, LLC)
The name Israel graphically enhanced on the Merneptah Stele from Patterns of Evidence: The Exodus
The name Israel graphically enhanced on the Merneptah Stele followed by the people or nation determinative (read right to left). (© 2012 Patterns of Evidence, LLC)

“This is very significant, isn’t it?”

“It’s hugely significant.” Rohl then directed me to focus on the hieroglyphs next to the name Israel. “After the name Israel are these two seated figures of a woman and a man, and three strokes underneath.”

“What does that mean?”

Rohl explained, “These three strokes mean plural. So it means the people or nation of Israel. And then this is the interesting bit. It says Fekty bin peret f. That means ‘Israel is laid waste, his seed is no more.’”

“Does it mean that they were literally no more?”

“No. It’s a sort of poetical way of saying they’d been overcome, defeated.”

“Or pacified?” I asked.

“Yes. All these phrases are like that; it’s a poetical phrase effectively.”

The Merneptah Stele and the Ramesses Exodus Date 

Map showing the four major nations along with the four cities of Merneptah’s poem
The four major nations along with the four cities of Merneptah’s poem. (© 2014 Patterns of Evidence, LLC)

Rohl continued his argument by directing me to look more closely at the pattern of the “victory poem” on this monument. “What we have are two introductory lines, then we have two major entities, the Libyans and the Hittites, then we have four towns, then we have two more major entities, Israel and Syria. And we finish off with two more lines to close the poem.”

“The way the pattern of the poem works tells us that Israel was a major entity at the time. So it’s effectively the nation of Israel, and it’s out there in the northern part of the world outside Egypt. They seem to be a political entity.”

Merneptah’s Poem
Merneptah’s Poem: According to David Rohl, the pattern of the victory poem written at the bottom of the Merneptah Stele shows that Egypt considered Israel to be established as one of the great powers of the day – just like Libya (Tjehenu), the Hittite kingdom (Hatti), and Syria (Hurru). “Shalom” is the Hebrew word for peace, and the “Nine Bows” were Egypt’s traditional enemies. 

The reflection of the Egyptian sun off the stele was blinding. Its heat was like a furnace. I could feel sweat trickling down my face. But none of that mattered at this moment. What Rohl had just revealed I knew was very important to this question of whether Ramesses is the pharaoh mentioned in the Bible. “How significant is this then to the story of the Exodus?”

Rohl drew himself up beside the stele and looked at me. “Well, for me it’s very important, because if we’re talking about Ramesses II or Merneptah being at the time of the Exodus with Moses and Joshua, this just doesn’t fit the pattern. It makes no sense at all.”

The Merneptah Stele timeline
The Merneptah Stele was made in Merneptah’s 5th year. If the Israelites had left Egypt around 1250 BC, the stele would have been carved during the second year of the Conquest, which matches neither Israel’s establishment as a nation nor the idea of a major conflict between Israel and Egypt at this time. (© 2015 Patterns of Evidence, LLC)

I could see that this poses a problem for the Ramesses Exodus Theory. The Bible states that the Israelites didn’t even begin to conquer Canaan until 40 years after they left Egypt. So how could Merneptah be the pharaoh of the Exodus if Israel was already established in the land of Canaan by the fifth year of his reign? According to the biblical information, it’s just not possible. (See more on the book Patterns of Evidence: The Exodus)

NOTE: References to the Israelites spending 40 years in the wilderness after the Exodus can be found in Numbers 14:26-34, Deuteronomy 2:7 & 14, and Joshua 5:6. For most of the Judges Period, a span of about 350 years that followed the Conquest, the tribes were fairly independent and not an established and unified nation, sometimes even warring against each other (Judges 20:20). 

TOP PHOTO: Egyptologist David Rohl points out the name “Israel” to Timothy Mahoney. (© 2012 Patterns of Evidence, LLC)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s