Découverte d’un temple du XIIe siècle avant JC à Lachish (Israël)

Découverte d’un temple du XIIe siècle avant JC à Lachish (Israël)

The archaeological team at Tel Lachish in Israel

RÉSUMÉ : Un temple de style cananéen du XIIe siècle avant J.-C., inconnu jusqu’alors, a été escavé sur le site archéologique de Lachish. Nous examinons ici certaines de ces découvertes.

Si vous abandonnez l’Éternel et que vous serviez des dieux étrangers, alors il reviendra vous faire du mal et vous consumer, après vous avoir fait du bien ». Et le peuple dit à Josué : « Non, mais nous servirons l’Éternel. » Josué dit alors au peuple : « Vous êtes témoins contre vous-mêmes que vous avez choisi l’Éternel pour le servir. Et ils ont dit : « Nous sommes des témoins. » Il dit : « Alors, écartez les dieux étrangers qui sont au milieu de vous, et inclinez votre cœur vers l’Éternel, le Dieu d’Israël. » – Josué 24:20-23 (ESV)

Nouvelle découverte archéologique d’un temple de style cananéen

Un temple jusqu’alors inconnu, lié au culte cananéen, a été identifié et mis à jour sur le site archéologique de Tel Lachish, situé dans la région de la Shephelah en Israël. Les travaux sur la structure qui a été datée du 12ème siècle avant JC ont eu lieu de 2014 à 2017, mais les résultats n’ont été publiés qu’au début de cette année. Le rapport a suscité beaucoup d’intérêt chez les archéologues et les spécialistes des études bibliques engagés dans des recherches liées au développement de la religion au Levant.

Dans un communiqué de presse, le professeur Yosef Garfinkel, archéologue, a déclaré : « Cette fouille est à couper le souffle ». La raison, selon lui, est que « une fois tous les 30 ou 40 ans seulement, nous avons la possibilité de fouiller un temple cananéen en Israël. Ce que nous avons trouvé jette un nouvel éclairage sur la vie ancienne dans la région. Il serait difficile de surestimer l’importance de ces découvertes ».
Les résultats sont intéressants pour au moins deux raisons principales. Premièrement, Lakish était une ancienne ville cananéenne qui a été capturée par Josué, et qui est devenue plus tard une ville importante dans l’ancien Juda. Deuxièmement, le temple contenait des artefacts clairement liés au culte cananéen et était apparemment opérationnel pendant la période de contrôle des Israélites.
Puisque la religion israélite était opposée à la religion cananéenne, on se demande comment cette interaction s’est produite. S’agissait-il d’un temple cananéen utilisé par les Cananéens qui sont revenus après la conquête de Josué ? Ou bien les Israélites auraient-ils pu continuer à l’exploiter d’une manière conforme à ses objectifs initiaux ? Une évaluation de ce centre cultuel offre une nouvelle opportunité de poser des questions sur la façon dont une telle interaction a pu se produire. (Voir notre « Thinker Update » sur la découverte du mur de la ville de Lachish et le débat sur sa datation).

Structure du temple et utilisation rituelle

La structure du temple mesure environ 19 x 16 mètres et est décrite comme un exemple de la catégorie des tailles moyennes. Il est composé de 8 unités architecturales, qui représentent 7 pièces plus une entrée donnant sur une cour. La pièce principale était une grande salle possédant des piliers pour soutenir le toit, flanquée de pièces secondaires supplémentaires. À l’ouest de la structure, il y avait deux pièces ; à l’est, au moins une pièce latérale principale ; et au nord, une pièce ou une niche utilisée à des fins rituelles.

Stone incense altars shown near the archaeological site of the temple at Lachish
Autels des encens trouvés dans une des salles du temple de Lachish. (Crédit : Michal Haber, Israel Antiquities Authority)Les chercheurs qui effectuent de telles fouilles s’intéressent particulièrement aux zones spécifiquement destinées à un usage cultuel. Dans ce temple, la pièce ou la niche située au nord du hall principal semblait clairement être la principale zone interne à cet effet. Cela était dû en partie à son emplacement ainsi qu’à la proximité d’un certain nombre d’objets cultuels.
Parmi les objets récupérés figuraient des armes, des bijoux, des perles, une tête de sceptre culte, un pendentif d’une déesse féminine et deux figurines de « dieu frappeur ». De plus, un dépôt de fondation (une cache d’objets cérémoniels enterrés rituellement) a été trouvé dans le mur de la pièce, ce qui renforce encore la probabilité de sa signification rituelle. Par la suite, l’équipe a désigné cette zone comme étant le « saint des saints ».
Restoring a bronze cauldron found during excavation of the temple at Tel Lachish
Un conservateur travaillant sur un chaudron en bronze trouvé dans le temple de Tel Lachish. (Crédit : T. Rogovski)Sur le côté sud du temple se trouvait une cour typique, conforme à la disposition des temples de ce style. Bien qu’il ait certainement été le lieu de nombreuses activités cultuelles, y compris de sacrifices, peu d’artefacts connexes y ont été découverts. L’absence de découvertes est due au fait que la zone a été considérablement endommagée au cours d’une période ultérieure par la construction de fosses, qui n’ont laissé que peu de traces du sol de la cour.

Statues en bronze de dieux guerriers cananéens

Les deux « dieux guerriers » ont suscité beaucoup d’intérêt pour diverses raisons. Les lecteurs du texte biblique seront immédiatement frappés par le souvenir de l’interdiction biblique claire de l’utilisation de tels objets. Ceux qui sont découverts ici sont d’un type commun généralement lié aux contextes des temples pendant les périodes allant de la fin de l’âge du bronze au début de l’âge du fer. Il s’agit de figures masculines en « position de marche avec la main droite levée », dont l’une tient une arme attachée à la tête (p. 9).

Bronze Canaanite smiting god figurines
Des dieux guerriers découverts dans le sanctuaire intérieur du temple de Lachish.  (Crédit : T. Rogovski)Les figurines représentent des dieux guerriers dans une pose saisissante ou « frappante », d’où l’étiquette. Elles sont en bronze et possèdent des chevilles aux pieds permettant de les fixer à un support en bois. Ce style d’idole est connu pour représenter les divinités cananéennes Baal et Resheph. En plus de ces deux idoles, un pendentif d’une divinité féminine a également été découvert ainsi que d’autres artefacts reflétant l’influence égyptienne. (Pour en savoir plus sur les preuves bibliques de l’omniprésence du culte des idoles dans l’ancien Israël).

Analyse de la recherche

L’article présentant les résultats est très bien fait et présente beaucoup d’aperçus fascinants et nuancés. Il est particulièrement intrigant lorsqu’il fait des projections sur les motivations que des individus anciens ont pu avoir pour leurs actions – une perspective qui est toujours risquée. Les chercheurs semblent être prudents et très réfléchis, bien que parfois audacieux dans la reconstitution des événements et des motifs connexes.
Par exemple, les deux « dieux frappeurs » ont été trouvés à l’extérieur de la salle de culte. Cette simple découverte les a conduits à suggérer que la principale divinité liée au site n’était pas l’un des dieux cananéens représentés. Sinon, selon la logique, la ou les images n’auraient pas été à l’extérieur de la pièce, mais à l’intérieur de celle-ci. C’est une suggestion sensée mais audacieuse au vu de tant d’inconnues. Par exemple, pendant la « phase de crise » évoquée par les chercheurs, lorsque le temple était sur le point de disparaître et qu’il était utilisé à des fins autres que rituelles, les idoles auraient-elles pu être simplement déplacées par quelqu’un ?

Plus tard, l’article décrit un dépôt de « lampe et bol » effectué après la destruction du temple. Les chercheurs avancent qu’il pourrait avoir été placé là par des survivants de la destruction de la ville, qui « ont délibérément choisi d’enterrer le dépôt dans ses ruines en guise d’offrande …. et ont peut-être souhaité rendre un dernier hommage au temple et, à leur tour, marquer la fin de l’activité rituelle qui lui était associée » (p. 23). Là encore, de telles affirmations sont sensées, mais audacieuses.

 

An inscription using early Semitic letters on a potsherd discovered in Israel
Une inscription utilisant des lettres sémitiques anciennes (potentiellement une forme ancienne d’hébreu) sur un pot du temple de Lachish. La lettre encerclée est peut-être le plus ancien exemple connu de « samech » trouvé en Canaan. (Crédit : T. Rogovski) (Voir notre série de mises à jour sur l’hébreu comme étant le plus ancien alphabet du monde)
 

La perspective biblique

Les chercheurs font plusieurs références directes et indirectes au récit biblique. Cependant, aucune mention n’est faite au récit biblique de la prise de Lakish par les Israélites. Par exemple, la pièce ou la niche à l’intérieur du temple est désignée dans tout le document comme le « saint des saints », une expression qui semblera très familière aux lecteurs de la Bible. De plus, l’explication de l’activité cultuelle qui semble avoir eu lieu dans le temple est comparée à celle de Jacob à Béthel (Genèse 28:18 ; 35:13) et de Moïse au Sinaï (Exode 24:4-8) (p. 20). Mais où est la référence à la prise de Lakish par les Israélites dans Josué 10 ?
La perspective biblique est que le Cananéen Lakish est devenu l’Israélite Lakish sous la direction de Josué pendant la bataille avec la coalition des cinq rois (Josué 10:3). Cet épisode était lié à l’alliance créée entre les Gibéonites et les Israélites, de sorte que les détails politiques sont bien attestés dans les Écritures. Mais certains chercheurs soutiennent que ce n’est que beaucoup plus tard qu’Israël a pris le contrôle de Lakish et que le bilan de la conquête de Josué n’est pas historique. Ils le font en partie à cause de la forte présence de la culture matérielle cananéenne à Lakish, à une époque où elle aurait dû être fermement sous le contrôle d’Israël, selon la Bible. Mais est-ce un facteur réel ?
Deux grandes périodes sont proposées pour les récits bibliques de l’exode hors d’Égypte et de la conquête de Canaan – une date précoce au 15e siècle avant J.-C., et une date tardive (détenue par une grande majorité d’érudits) au 13e siècle avant J.-C. Mais pour certains de ceux qui rejettent la conquête de Lakish par Josué, aucune des deux n’est pertinente. De même, d’un point de vue biblique, que l’on prenne une date précoce pour la capture, ou une date plus tardive, la question ne se pose pas. En effet, la présence d’un attirail rituel cananéen – voire d’un centre de culte entier – est totalement conforme à la présentation biblique.
Bien que la Torah soit remplie d’avertissements et de remontrances sur la pratique d’un culte illicite, la pratique religieuse réelle est toujours idolâtre. Même à la fin de la vie de Josué, les Israélites continuaient à adorer les dieux des nations. Il leur donnait des ordres,

Soit ferme de garder et de faire tout ce qui est écrit dans le livre de la loi de Moïse, en ne vous en écartant ni à droite ni à gauche, afin de ne pas vous mêler aux nations qui resteront au milieu de vous, de ne pas mentionner les noms de leurs dieux, de ne pas jurer par eux, de ne pas les servir et de ne pas vous prosterner devant eux… » – Josué 23:6-7 (ESV)

Malheureusement, ce ne sera pas le cas. Dans le dernier discours de Josué, à la fin de sa vie, il a franchement indiqué aux Israélites qu’ils « ne seraient pas en mesure de servir l’Éternel » (24:19). Et lorsqu’ils s’y sont opposés, une fois de plus, « il a dit : ‘Alors, écartez les dieux étrangers qui sont au milieu de vous, et inclinez votre cœur vers l’Éternel, le Dieu d’Israël' ». (Josué 24:23 ESV)
Malgré leurs vigoureuses affirmations, ils n’ont jamais cessé de pratiquer leur idolâtrie – pendant longtemps. Plus encore, la situation ne semblait que s’aggraver une fois que Josué avait quitté les lieux. Par exemple, lorsque la période des juges a suivi la mort de Josué, une toute nouvelle ère d’anarchie est apparue. En fait, elle était si répandue que toute la période est identifiée à deux reprises dans les Écritures comme une ère d’anarchie. C’est dans ce contexte que Juges 17:1-5 explique comment un centre de culte illicite a été établi. L’explication, donnée par la Bible, se trouve dans le verset suivant : « En ce temps-là, il n’y avait pas de roi en Israël. Chacun faisait ce qui était juste à ses yeux ». (Josué 17:6 ; 21:25) (Pour voir les preuves du culte de Baal à Lakish jusqu’à l’époque des rois de Juda, lisez Toilettes au lieu saint : preuves de la guerre du roi Ezéchias contre l’idolâtrie).
Il n’est donc pas étonnant que les archéologues qui ont fait partie de la quatrième expédition à Lachish aient observé que le temple était essentiellement cananéen. L’idolâtrie spirituelle des Israélites de l’époque a produit une culture matérielle qui était parfois indissociable de celle des autres nations. Cela révèle une déconnexion troublante entre l’identité et la pratique qui sera familière aux lecteurs de la Bible. Plus encore, il s’agit d’un décalage qui est encore détectable plus de trois millénaires plus tard. Les causes et les conséquences sont expliquées dans les Écritures, et ce sont des préoccupations auxquelles nous devons  PENSER !

 

PHOTO DU HAUT :  L’équipe de fouille du temple de la fin de l’âge du bronze découvert à Tel Lachish. (Crédit : La quatrième expédition à Lachish
Citation:

Itamar Weissbein, Yosef Garfinkel, Michael G. Hasel, Martin G. Klingbeil, Baruch Brandl &

Hadas Misgav (2020) The Level VI North-East Temple at Tel Lachish, Levant, DOI: 10.1080/00758914.2019.1695093

 


Discovery of 12th Century Temple at Lachish

The archaeological team at Tel Lachish in Israel

SUMMARY: A previously unknown 12th century BC Canaanite style temple has been excavated at the Lachish archaeological site. Here we consider some of the findings.

If you forsake the LORD and serve foreign gods, then he will turn and do you harm and consume you, after having done you good.” And the people said to Joshua, “No, but we will serve the LORD.” Then Joshua said to the people, “You are witnesses against yourselves that you have chosen the LORD, to serve him.” And they said, “We are witnesses.” He said, “Then put away the foreign gods that are among you, and incline your heart to the LORD, the God of Israel.” – Joshua 24:20-23 (ESV)

New Archaeological Discovery of Canaanite Style Temple

A previously unknown temple linked to Canaanite worship has been identified and excavated at the Tel Lachish archaeological site, located in Israel’s Shephelah region. Work on the structure that has been dated to 12th century BC occurred from 2014-2017, but the findings were not published until early this year. The report has generated a lot of interest for archaeologists and biblical studies specialists engaged in research related to the development of religion in the Levant.

In a press release, archaeologist Professor Yosef Garfinkel stated, “This excavation has been breathtaking.” The reason, in his words, is that “Only once every 30 or 40 years do we get the chance to excavate a Canaanite temple in Israel. What we found sheds new light on ancient life in the region. It would be hard to overstate the importance of these findings.”

The findings are of interest for at least two primary reasons. First, Lachish was an ancient Canaanite city that was captured by Joshua, and which later became an important city in ancient Judah. Second, the temple contained artifacts clearly linked to Canaanite worship and was apparently operative during the period of Israelite control.

Since Israelite religion was opposed to Canaanite religion, one wonders how the interplay occurred. Was this a Canaanite temple utilized by Canaanites who returned after Joshua’s conquest? Or, could Israelites have continued to operate it in a way consistent with its original purposes? An evaluation of this cultic center provides a fresh opportunity to ask questions about how such an interplay might have occurred. (See our Thinker Update on the Lachish city wall discovery and the debate over its dating.)

Temple Structure and Ritual Use

The temple structure measures approximately 19 x 16 meters and is being described as an example of the midsize category. It is comprised of 8 architectural units, which represent 7 rooms plus an entrance opening into a courtyard. The main room was a large hall possessing pillars for roof support, flanked by additional secondary rooms. On the west of the structure were two rooms; on the east was at least one main side room; and on the north was a room or niche used for ritual purposes.

Stone incense altars shown near the archaeological site of the temple at Lachish
Incense altars found in one of the rooms of the temple at Lachish. (Credit: Michal Haber, Israel Antiquities Authority)

Of great interest to researchers in such excavations are areas designated specifically for cultic use. In this temple, the room or niche located to the north of the main hall seemed clearly to be the primary internal area for this purpose. This was due in part to its location as well as to the close proximity of a number of cultic artifacts.

Recovered items included weapons, jewelry, beads, a cultic scepter head, a pendant of a female goddess, and two “smiting god” figurines. Additionally, a foundation deposit (a cache of ritually buried ceremonial objects) was located in the room’s wall further amplifying the likelihood of its ritual significance. Subsequently, the team designated this area the “holy of holies.”

Restoring a bronze cauldron found during excavation of the temple at Tel Lachish
A conservationist working on a bronze cauldron found in the temple at Tel Lachish. (Credit: T. Rogovski)

On the south side of the temple was a typical courtyard area consistent with the layout of temples of this style. Although it was surely the site of much cultic activity, including sacrifice, few related artifacts were discovered here. The lack of findings is due to the fact that the area was significantly damaged during a later period by the construction of pits, which have left little trace of the courtyard floor.

Bronze Statues of Canaanite Smiting gods

The two “smiting gods” have generated a lot of interest for a variety of reasons. Readers of the biblical text will immediately be struck with recollection of the clear biblical prohibition against the use of such items. The ones discovered here are of a common type generally connected to temple contexts during the Late Bronze to early Iron Age periods. They are male figures in “a marching stance with right hand raised,” one of which holds a weapon attached at the head (p. 9).

Bronze Canaanite smiting god figurines
Smiting gods discovered within the inner sanctum of the temple at Lachish.  (Credit: T. Rogovski)

The figurines depict warrior gods in a striking or “smiting” pose, hence the label. They are made of bronze and have pegs at the feet allowing them to be attached to a wooden stand. This style of idol is known to represent the Canaanite deities Baal and Resheph. In addition to these two idols, a pendant of a female deity was also discovered along with other artifacts reflecting Egyptian influence. (See more on biblical evidence for rampant idol worship in ancient israel.)

Analysis of the Research

The article presenting the findings is very well-done and presents a lot of fascinating and nuanced insights. It is especially intriguing when it makes projections about the motivations that ancient individuals may have had for their actions – a prospect that is always risky. The researchers seem to be careful and very thoughtful, though at times bold in the reconstruction of events and connected motives.

For example, the two “smiting gods” were found outside of the cult room. This simple discovery led them to suggest that the main deity connected to the site was not one of the Canaanite gods represented. Else, the logic goes, the image(s) would not have been outside of the room, but inside the room. This is a sensible, but bold suggestion in view of so many unknowns. For example, during the “crisis phase” postulated by the researchers, when on the cusp of demise the temple was used for purposes other than primarily ritualistic ones, could the idols have simply been relocated by someone?

Later, the paper describes a “lamp and bowl” deposit made after the destruction of the temple. The researchers posit that it may have been placed there by survivors of the city’s destruction, who “deliberately chose to bury the deposit in its ruins as an offering …. and may have wished to pay the temple their last respects and, in turn, mark the termination of ritual activity associated with it” (p. 23). Again, such assertions are sensible, but bold. 

An inscription using early Semitic letters on a potsherd discovered in Israel
An inscription using early Semitic letters (potentially an early form of Hebrew) on a potsherd from the temple at Lachish. The circled letter may be the oldest known example of ‘samech’ found in Canaan. (Credit: T. Rogovski) (See our series of updates investigating Hebrew as the world’s oldest alphabet)

The Biblical Perspective

The researchers make several direct and indirect references to the biblical narrative. No mention is made, however, to the Bible’s record of the capture of Lachish by the Israelites. For example, the room or niche inside the temple is designated throughout the paper as the “holy of holies,” a phrase that will sound very familiar to readers of the Bible. Additionally, the explanation of the cultic activity that seems to have occurred in the temple is compared to that of Jacob at Bethel (Genesis 28:18; 35:13) and of Moses at Sinai (Exodus 24:4-8) (p. 20). But where is the reference to the Israelite capture of Lachish in Joshua 10?

The biblical perspective is that Canaanite Lachish became Israelite Lachish under Joshua’s leadership during the battle with the coalition of five kings (Joshua 10:3). This episode was connected to the alliance created between the Gibeonites and Israelites, so the political details are well attested in Scripture. But some researchers argue that it was only much later that Israel took control of Lachish and that the record of Joshua’s conquest is not historical. They do so in part because of the strong presence of Canaanite material culture in Lachish at a time when it should have been firmly under the control of Israel, according to the Bible. But is this a real factor at all?

There are two main timeframes proposed for the biblical accounts of the exodus out of Egypt and conquest of Canaan – an early date in the 15th century BC, and a late date (held by a large majority of scholars) in the 13th century BC. But for some of those who reject Joshua’s conquest of Lachish, neither is relevant. Similarly, from a biblical perspective, whether one takes an early date for the capture, or a later date, the issue is not a problem. This is because the presence of Canaanite ritual paraphernalia – even a whole worship center – is totally consistent with the biblical presentation.

Although the Torah is replete with warnings and admonitions about engaging in illicit worship, actual religious practice was consistently idolatrous. Even by the end of Joshua’s life the Israelites were still worshiping the gods of the nations. He commanded them,

[B]e very strong to keep and to do all that is written in the Book of the Law of Moses, turning aside from it neither to the right hand nor to the left, that you may not mix with these nations remaining among you or make mention of the names of their gods or swear by them or serve them or bow down to them…” – Joshua 23:6-7 (ESV)

Unfortunately, this was not to be. In Joshua’s last address at the end of his life, he frankly instructed the Israelites that they would “not be able to serve the LORD” (24:19). And when they objected, once again, “He said, ‘Then put away the foreign gods that are among you, and incline your heart to the LORD, the God of Israel.’” (Joshua 24:23 ESV)

Despite their vigorous affirmations, they never ceased from their idolatry – for long. Even more, it only seemed to grow worse once Joshua passed from the scene. For example, when the period of the Judges arrived on the heels of Joshua’s death, a whole new era of lawlessness emerged. In fact, it was so rampant that the entire period is twice identified in Scripture as an era of anarchy. It is in this context that Judges 17:1-5 provides an account of how an illicit worship center was established. The explanation, given by the Bible, comes in the following verse: “In those days there was no king in Israel. Everyone did what was right in his own eyes.” (Joshua 17:6; 21:25) (To see evidence of Baal worship at Lachish down to the time of the kings of Judah, read Toilet at Holy Site Evidence of King Hezekiah’s War on Idolatry.)

So, it is little wonder that the archaeologists who were part of the Fourth Expedition to Lachish observed that the temple was essentially Canaanite. The spiritual idolatry of the Israelites from the period produced a material culture that at times was indistinguishable from that of the other nations. This reveals a troubling disconnect between identity and practice that will be familiar to readers of the Bible. Even more, it is a disconnect that is still detectable over three millennia later. The causes and consequences are explained in Scripture, and these are concerns about which we must KEEP THINKING!

TOP PHOTO:  The excavation team at the Late Bronze Age temple uncovered at Tel Lachish. (Credit: The Fourth Expedition to Lachish

Citation:

Itamar Weissbein, Yosef Garfinkel, Michael G. Hasel, Martin G. Klingbeil, Baruch Brandl &

Hadas Misgav (2020) The Level VI North-East Temple at Tel Lachish, Levant, DOI: 10.1080/00758914.2019.1695093


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s