Quel désert a été traversé par les hébreux lors de l’Exode ?

Quel désert a été traversé par les hébreux lors de l’Exode ?

The Israelites following the pillar of cloud through the desert from the new film, Patterns of Evidence: The Red Sea Miracle.

RÉSUMÉ : Il y a un grand débat sur l’ampleur du voyage de l’Exode. Cette introduction  (avec une VIDÉO Sneak Peek) dans une série qui se développe vers la sortie du nouveau film, examine la question de savoir quel désert a été traversé sur le chemin de la traversée miraculeuse de la mer.

mais quand ils sont arrivés d’Égypte, Israël a traversé le désert jusqu’à la mer Rouge et est arrivé à Cadès. – Juges 11:16 (ESV)

L’étape négligée du voyage de l’exode

Il y a une question importante qui est souvent négligée ou minimisée dans la recherche de la route que Moïse et les Israélites ont empruntée pour sortir d’Égypte dans l’Exode. Quel désert a été traversé avant que les Israélites n’atteignent la mer ? La réponse à cette question fournit une clé pour savoir quelle mer a été miraculeusement séparée.
Comme nous l’avons vu dans le récent numéro de Thinker Updates, nous nous préparons pour le nouveau film, Patterns of Evidence : The Red Sea Miracle, qui sortira le 18 février 2020 pour une seule nuit. L’étape du désert est l’une des six étapes d’une nouvelle séquence biblique que le cinéaste Timothy Mahoney explorera en cherchant le lieu et la nature de la miraculeuse séparation de la mer Rouge.

Le désert avant la mer

Il convient de noter que le nom de cette étape, « Désert », est en fait un peu inexact. Le terme hébreu désignant la terre que les Israélites ont traversée est « midbar », ce qui peut signifier désert, mais inclut également des zones sauvages de toutes sortes, telles que des terrains montagneux et même des pâturages vides. L’idée principale est qu’il s’agit d’une zone généralement vide de toute implantation humaine et de tout soutien développé.
Ainsi, « région sauvage » serait une description plus appropriée, mais puisque le récit biblique indique clairement qu’au moins une partie du voyage de l’Exode s’est faite dans un désert sec et que les cinq autres étapes de la séquence commencent toutes par la lettre D, « désert » a été choisi pour cette étape afin de la rendre plus facile à retenir.
La plupart des gens savent que les Israélites ont passé 40 ans dans le désert après avoir quitté l’Égypte et avant d’entrer en Terre promise. Cependant, la Bible indique clairement que les Israélites ont rencontré un désert avant de traverser la mer. Lorsqu’ils ont quitté l’Égypte, on dit qu’ils ont pris le chemin du désert jusqu’à la mer (Ex. 13:18). Puis, après avoir pris un virage de cette route, Pharaon croit qu’ils sont perdus et piégés dans le désert.

Car Pharaon dira du peuple d’Israël : « Ils errent dans le pays, le désert les a enfermés ». – Exode 14:3 (ESV)

Une considération importante est qu’il ne s’agit pas seulement d’une question arbitraire de savoir si la mer a été traversée ici, ou si cela s’est produit là-bas. Outre la compréhension de la précision historique du texte biblique, le désert traversé a une incidence sur la masse d’eau traversée. Et l’endroit où la traversée a eu lieu détermine si le miracle en question était relativement petit ou spectaculairement grand. La question est de savoir où se trouvait ce désert.
Une scène de Sneak Peek tirée de la publication du 18 février 2020 de Patterns of Evidence : Le miracle de la mer Rouge.

Deux points de vue sur l’étape du désert

Parmi ceux qui acceptent la réalité d’un exode biblique hors d’Egypte, deux points de vue très différents dominent le débat. Timothy Mahoney parle d’un point de vue comme de « l’approche égyptienne », qui met l’accent sur les liens égyptiens avec les lieux du récit et qui voit les événements de l’Exode se produire à petite échelle. Cela inclut la taille du désert traversé avant d’atteindre la mer.

The two main approaches to the Exodus journey: Egyptian (small scale) and Hebrew (large scale)
Les deux principales approches du voyage de l’Exode. (© 2020 Patterns of Evidence, LLC.)

Mahoney appelle l’autre point de vue « l’approche hébraïque », parce qu’il met l’accent sur la signification en hébreu des mots du récit et sur la description de la géographie et des événements par la Bible. Elle tend à voir les événements de l’Exode se produire sur une échelle beaucoup plus grande, y compris la taille du désert.
Ceux qui utilisent l’approche égyptienne proposent une traversée maritime à l’un des lacs situés le long de la frontière égyptienne et au bord du delta du Nil. De ce fait, le désert est pour eux la petite zone sablonneuse et plate située juste à l’ouest de ces lacs, ombrée en orange sur la carte ci-dessous. La distance à travers ce désert est d’environ 12 miles.
L’approche hébraïque privilégie le golfe d’Aqaba de la mer Rouge comme mer traversée. Pour eux, le désert avant la mer était donc la péninsule du Sinaï (en bleu sur la carte ci-dessous). Rien ne prouve que cette péninsule ait été appelée « Sinaï » avant environ 2 000 ans après l’Exode. La grande disparité entre ces deux approches est visible dans le fait que le Sinaï s’étend sur 150 miles à l’extrémité nord des deux golfes.

Map of the Sinai Peninsula showing the two desert areas proposed for the wilderness crossed before the sea.
Les deux zones désertiques proposées pour le désert traversé avant la mer : la zone ombrée en orange dans le delta du Nil fait environ 12 miles de large, tandis que l’étendue de la péninsule du Sinaï est de 150 miles. (© 2020 Patterns of Evidence, LLC.)
Indices bibliques pour l’étape du désert

Les deux facteurs essentiels

qui déterminent la taille du désert concerné sont la vitesse (ou le rythme) à laquelle les Israéliens ont voyagé, et le nombre de jours qu’ils ont mis pour se rendre au site de traversée. La Bible ne dit pas combien de jours il a fallu pour arriver à la mer, mais certains, dans l’approche égyptienne, proposent que ce soit trois jours. En effet, trois campements sont répertoriés pour les Israélites entre leur point de départ en Égypte et la séparation miraculeuse de la mer Rouge.

Non seulement trois camps sont mentionnés dans l’Exode, mais dans le chapitre 33 du Livre des Nombres, Moïse est chargé par Dieu de dresser une liste des camps impliqués dans le voyage de l’Exode. Ici aussi, les camps de Succoth, d’Etham et un troisième camp au bord de la mer sont répertoriés. Ainsi, on pense que trois camps correspondent à trois jours.

Trois jours de voyage limiteraient fortement les possibilités d’atteindre la mer dans ce laps de temps. Toutefois, les auteurs de l’approche hébraïque soulignent que le récit biblique décrit un pilier de nuages et de feu qui les conduit pour qu’ils puissent voyager jour et nuit, et qu’il a donc fallu plus de trois jours de voyage pour atteindre la mer. Mais y avait-il assez de temps pour se rendre jusqu’au golfe d’Aqaba ?

L’autre facteur important est la distance que les Israélites auraient pu parcourir chaque jour. L’archéologue Bryant Wood adopte l’approche égyptienne et note ce qui suit. « Les Israélites sont partis avec tous leurs biens, avec leurs familles, les personnes âgées, les enfants et leurs animaux – leurs troupeaux et leurs bêtes. Ils doivent avoir de l’eau et ils doivent avoir de la nourriture. Et donc, vous devez, au fur et à mesure, subvenir aux besoins de vos animaux. Et cela les ralentit.

« Et si vous regardez les registres des peuples nomades qui se déplacent avec des animaux, une distance réaliste de déplacement serait d’environ six miles par jour, 10 kilomètres par jour. C’est à peu près tout ce que vous pouvez couvrir. »

Le géographe de l’environnement Glen Fritz adopte l’approche hébraïque et plaide pour une plus grande rapidité. « 20 ou 25 miles par jour en se déplaçant rapidement, en voyageant jour et nuit … ce serait probablement un bon chiffre. Ces gens étaient en forme, ils étaient des esclaves habitués à travailler sept jours sur sept ».

A quelle vitesse les Israélites ont-ils pu voyager et combien de jours ont-ils mis pour arriver à la mer ? Qu’en est-il du besoin d’eau ? Les soins surnaturels de Dieu ont-ils eu un impact sur ces considérations ? Ces questions et d’autres sont abordées dans l’étape de l’enquête sur le désert.

La taille et l’emplacement du désert traversé avant la mer est un point clé dans la recherche du miracle de la mer Rouge. Il existe en fait de nombreux indices dans la Bible qui ont un impact sur cette question. La façon dont on répond aux questions ci-dessus aide à déterminer non seulement l’endroit où se trouve le site de la traversée, mais aussi le type de miracle qui aurait été nécessaire. Restez à l’écoute pour la semaine prochaine, où un autre aspect de cette enquête sera examiné. En attendant, GARDER LA PENSÉE !

PHOTO DU HAUT : Les Israélites suivant la colonne de nuages à travers le désert. (© 2020 Patterns of Evidence, LLC.)

*****************************************

Which Desert was Crossed in the Exodus?

The Israelites following the pillar of cloud through the desert from the new film, Patterns of Evidence: The Red Sea Miracle.

SUMMARY: There is a great debate about the scale of the Exodus journey. This entry (with a Sneak Peek VIDEO) in a series building toward the release of the new film, examines the question of which desert was crossed on the way to the miraculous sea crossing.

but when they came up from Egypt, Israel went through the wilderness to the Red Sea and came to Kadesh. – Judges 11:16 (ESV)

The Overlooked Step of the Exodus Journey

There is an important question that is often overlooked or downplayed in the search for the route that Moses and the Israelites took out of Egypt in the Exodus. Which desert was crossed before the Israelites reached the sea? Answering this question provides a key to knowing what sea was actually miraculously parted.

As covered in recent Thinker Updates, we are building up to the new film, Patterns of Evidence: The Red Sea Miracle to be released on Feb. 18, 2020 for a single night only. The Desert step is one of the six steps in a new biblical sequence that filmmaker Timothy Mahoney will be exploring as he searches for the location and nature of the miraculous Red Sea parting.

The Desert Before the Sea 

It should be noted that the name of this step, “Desert,” is actually a bit inexact. The Hebrew term for the land the Israelites passed through is “midbar,” which can mean desert, but also includes wilderness areas of all kinds, such as mountainous terrain and even empty grazing land. The main idea is that it is an area generally empty of human settlement and developed support.

So “wilderness” would be a more fitting description, but since the biblical account makes it clear that at least portions of the Exodus journey were through dry desert and the other five steps of the sequence all start with the letter D, “Desert” was chosen for this step to make it easier to remember.

Most people are aware that the Israelites spent 40 years in the wilderness after leaving Egypt and before entering the Promised Land. However, the Bible makes it clear that a desert (wilderness) was encountered by the Israelites before the sea crossing. When they left Egypt, they were said to have taken the way of the wilderness to the sea (Ex. 13:18). Then, after taking a turn off that road, Pharaoh believes they are lost and trapped in the wilderness.

For Pharaoh will say of the people of Israel, ‘They are wandering in the land; the wilderness has shut them in.’ – Exodus 14:3 (ESV)

One important consideration is that this is not just an arbitrary issue of maybe the sea was crossed here, or maybe it happened there. Besides understanding the historical accuracy of the biblical text, what desert was crossed effects what body of water was crossed. And where the crossing happened determines whether the miracle involved was relatively small or spectacularly large. The question is, where was this desert?

A Sneak Peek scene from the Feb 18, 2020 release of Patterns of Evidence: The Red Sea Miracle

Two Views of the Desert Step

Among those who accept the reality of a biblical exodus out of Egypt, two very different viewpoints dominate the debate. Timothy Mahoney refers to one view as the “Egyptian approach,” which emphasizes Egyptian connections to places in the account and sees the events of the Exodus happening on a small scale. This includes the size of the desert crossed before reaching the sea.

The two main approaches to the Exodus journey: Egyptian (small scale) and Hebrew (large scale)
The two main approaches to the Exodus journey. (© 2020 Patterns of Evidence, LLC.)

Mahoney calls the other view the “Hebrew approach,” because it stresses Hebrew meanings of the words in the account and the Bible’s description of geography and events. It tends to see the events of the Exodus happening on a much larger scale, including the size of the desert.

Those using the Egyptian approach propose a sea crossing at one of the lakes along the border of Egypt and at the edge of the Nile delta. Because of this, the desert for them is the small, flat sandy area just to the west of those lakes, shaded in orange in the map below. The distance across this desert is about 12 miles.

The Hebrew approach favors the Red Sea’s Gulf of Aqaba as the sea that was crossed. So for them the desert before the sea was the Sinai Peninsula (in blue in the map below). There is no evidence that this peninsula was called “Sinai” before about 2,000 years after the Exodus event. The wide disparity between these two approaches can be seen in that the Sinai is 150 miles across at the north end of the two gulfs.

Map of the Sinai Peninsula showing the two desert areas proposed for the wilderness crossed before the sea.
The two desert areas proposed for the wilderness crossed before the sea: the orange shaded area in the Nile Delta is about 12 miles across, while the span of the Sinai Peninsula is 150 miles. (© 2020 Patterns of Evidence, LLC.) 

Biblical Clues for the Desert Step

Two primary factors that determine the size of the desert involved are the speed (or rate) the Israelites traveled, and how many days they took to get to the crossing site. The Bible does not state how many days it took to get to the sea, but some in the Egyptian approach propose that it was three days. This is because three campsites are listed for the Israelites between their departure point in Egypt, and the miraculous parting of the Red Sea.

Not only are three camps mentioned in Exodus, but in chapter 33 of the Book of Numbers, Moses is commanded by God to make a list of the camps involved in the Exodus journey. Here too, the camps of Succoth, Etham and a third camp at the shore of the sea are listed. So, the thinking is that three camps equal three days.

Three days of travel would severely limit the options for which sea could be reached in that amount of time. However, those in the Hebrew approach point out that the biblical narrative describes a pillar of cloud and fire leading them so they could travel day and night, so it must have been more than three days of travel involved to get to the sea. But was there enough time to get all the way to the Gulf of Aqaba?

The other major factor is how much distance the Israelites could have covered each day. Archaeologist Bryant Wood takes the Egyptian approach and notes the following. “The Israelites left with all their possessions, with their families, the elderly, children and their animals – their flocks and their herds. They must have water and they must have food. And so, you have to, as you’re going along, provide for your animals. And this slowed them down.

“And if you look at records of nomadic peoples that travel around with animals, a realistic distance of travel would be about six miles a day, 10 kilometers a day. That would be about all you could cover.”

Environmental geographer Glen Fritz takes the Hebrew approach and argues for greater speed. “20 or 25 miles a day moving quickly, traveling day and night … that would be probably a good figure. These people were fit, they were slaves they were used to working seven days a week.”

How fast could the Israelites have travelled and how many days was it to the sea? What about the need for water? Did God’s supernatural care impact these considerations? These and other questions are addressed in the Desert step of the investigation.

The size and location of the desert crossed before sea is a key point in the search for the Red Sea miracle. There are actually numerous clues in the Bible that impact this issue. How one answers the questions above helps determine not only where they place the crossing site, but what kind of miracle that would have required. Stay tuned for next week when one more aspect of this investigation will be explored. In the meantime, KEEP THINKING!

TOP PHOTO: The Israelites following the pillar of cloud through the-desert. (© 2020 Patterns of Evidence, LLC.)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s