L’ADN prouve la venue des philistins de Crête

Archeologists uncover a Skeleton at Philistine Cemetery at Ashkelon

RÉSUMÉ : Une nouvelle étude de l’ADN des os de l’ancien Ashkelon indique qu’une vague de philistins de l’âge du fer est venue de l’île de Crète, comme l’affirme la Bible. Cependant, la plupart des médias n’ont pas fait état de ce lien remarquable . Les résultats aident aussi à éclairer différents points de vue dans le débat sur la chronologie biblique.

« N’êtes-vous pas comme les Cushites pour moi, peuple d’Israël ? déclare l’Éternel. « N’ai-je pas fait monter Israël du pays d’Égypte, et les Philistins de Caphtor et les Syriens de Kir ?
– Amos 9:7 (ESV)

Les nouveaux résultats des tombes d’Ashkelon correspondent aux affirmations bibliques sur les origines philistines

Une nouvelle étude significative de l’ADN philistin de l’ancienne ville d’Ashkelon indique le lieu d’origine d’un afflux de nouveaux venus dans les temps bibliques. Les résultats montrent qu’une vague de Philistins pendant la période de transition entre l’âge du bronze et l’âge du fer est probablement venue de l’île de Crète, et correspondent donc aux affirmations de la Bible.

Cependant, les reportages de cette étude révèlent un parti pris général contre la mise en évidence de cet important lien biblique dans de nombreux médias. Les résultats de l’étude ont également mis en lumière certaines des différentes options proposées pour relier les événements bibliques aux périodes archéologiques du monde antique.

L’expédition dans la ville philistine d’Ashkelon

Les Philistins dans la Bible ont été les ennemis jurés d’Israël pendant une grande partie de leur histoire. Situées près de la côte méditerranéenne, elles comptaient cinq villes principales – la ville portuaire d’Ashkelon, Gaza, Ashdod, et les villes intérieures d’Ekron et Gath, la maison du géant Goliath, qui combattit un jeune David.

Malgré leur prédominance dans le récit biblique, relativement peu de choses ont été découvertes sur les Philistins. L’une des principales questions que se sont posées les chercheurs est de savoir d’où ils venaient avant d’occuper la zone côtière sud de Canaan.

L’expédition Leon Levy à Ashkelon a fouillé le site pendant 30 ans avec un grand cimetière où plus de 200 individus ont été découverts lors des dernières saisons des fouilles. Dirigée par feu Lawrence E. Stager de l’Université Harvard et Daniel M. Master du Wheaton College, l’expédition a d’abord daté les restes comme s’étendant du XIe au VIIIe siècle av.

Tel que rapporté dans une mise à jour de Thinker en 2016 intitulée Unlocking the Secrets of the Philistines, l’équipe, ainsi que les fouilles qui ont eu lieu sur d’autres sites, avait découvert de nombreux artefacts qui montraient le caractère culturel unique des Philistins, mais peu de lieux de sépulture qui pouvaient fournir plus de renseignements sur leur lieu d’origine.

Les Philistins étaient-ils des brutes incultes ?

Uncovered artifacts from 11th century BC show the cultural uniqueness of the Philistines
Philistine Bichrome Krater, un grand bol pour mélanger le vin du 11ème siècle avant JC. (Crédit : Melissa Aja, Expédition Leon Levy à Ashkelon)Le terme moderne « Philistin » est utilisé pour désigner quelqu’un qui est brutal et non civilisé, mais la Bible ne les décrit jamais de cette façon. Certes, pendant la majeure partie de l’histoire d’Israël, la Bible dépeint les Philistins comme leurs ennemis agressifs, mais Samson, l’Israélite dont la vie était remplie de conflits avec les Philistins, s’avère être celui qui agit souvent de manière brutale. L’évidence culturelle des Philistins semble être liée aux influences grecques, et le prophète Amos impliquait en fait la grande sophistication des Philistins par rapport au peuple de Juda avec ses racines pastorales.

Passez à Calné, et voyez, et de là allez à Hamath le grand ; puis descendez à Gath des Philistins. Es-tu meilleur que ces royaumes ? Ou leur territoire est-il plus grand que le vôtre ?
– Amos 6:2 (ESV)

Calneh était une ville ancienne construite par Nimrod (Genèse 10:10) et Hamath était l’une des principales villes de Syrie détruite par Sennacherib. Le site philistin de Gath fut également détruit par Hazaël, juste avant l’époque d’Amos (2 Rois 12:17). L’exemple des villes citées dans ce verset est qu’elles avaient été autrefois grandes et élevées, mais à l’époque d’Amos (vers 750 av. J.-C.), elles avaient été humiliées dans leur fierté.

Tandis que la plupart des érudits ont longtemps cru que les Philistins étaient originaires de la région de la mer Égée en raison de similitudes dans les artefacts culturels tels que les styles de poterie, il n’y avait rien de définitif qui pourrait déterminer un endroit plus spécifique. Certains ont favorisé un lieu d’origine de la zone côtière de la Turquie moderne, d’autres l’une des îles grecques, et il existe des sources historiques anciennes, telles que Josèphe, qui prétendent que les Philistins proviennent d’une partie de l’Egypte.

Les résultats de la nouvelle étude sur l’ADN des philistins

Pour aider à régler le débat, le cimetière récemment découvert a permis à l’expédition d’Ashkelon de soumettre des échantillons d’os pour des tests ADN, radiocarbone et autres afin d’obtenir plus d’indices concernant le débat sur l’origine. Les premiers résultats ont été publiés dans un article de Science Advances intitulé « Ancient DNA » jette  la lumière sur les origines génétiques des premiers philistins de l’âge du fer,  et annoncés dans un communiqué de presse de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine.

La principale conclusion de l’étude exprimée dans le communiqué de presse est qu’une nouvelle population est arrivée à Ashkelon au début de l’âge du fer et que ces Philistins avaient émigré d’Europe du Sud.

Selon le communiqué de presse, une équipe internationale de scientifiques  » a récupéré et analysé, pour la première fois, des données sur l’ensemble du génome de personnes ayant vécu pendant l’âge du bronze et du fer (il y a environ 3 600-2 800 ans) dans l’ancienne ville portuaire d’Ashkelon « . L’équipe a découvert qu’une ascendance d’origine européenne a été introduite à Ashkelon au moment de l’arrivée estimée des Philistins, ce qui suggère que les ancêtres des Philistins ont migré à travers la Méditerranée pour atteindre Ashkelon au début de l’âge du fer. Cette composante génétique d’origine européenne a ensuite été diluée par le pool génétique levantin local[Canaanite] au cours des siècles suivants, ce qui suggère un mélange intensif entre les populations locales et étrangères. »

Philistine infant burial
La tombe d’un enfant philistin. (Crédit : Robert Walch, Expédition Leon Levy à Ashkelon)ont été utilisé l’ADN osseux de 10 personnes du cimetière d’Ashkelon à trois époques différentes, de l’âge du bronze à l’âge du fer. Cela leur a permis de voir les différences entre les différents groupes. Des échantillons d’os du début de l’âge du fer ont en fait été prélevés sur des nourrissons enterrés sous le plancher d’une maison, ce qui était la coutume à l’époque.

Ils ont constaté « que les individus de toutes les périodes dérivaient la plupart de leurs ancêtres du patrimoine génétique levantin local[Canaanite], mais que les individus qui vivaient au début de l’âge du fer Ashkelon avaient une composante ancestrale d’origine européenne qui n’était pas présente dans leurs prédécesseurs de l’âge du Bronze ». La plupart des érudits datent le début de l’âge du fer à environ 1200 av. J.-C., ce qui, s’il était exact, le placerait juste avant l’époque du juge Samson sur la ligne du temps biblique (le roi David régna vers 1000 av.)

Michal Feldman de l’Institut Max Planck pour la science de l’histoire humaine explique plus loin : « Cette distinction génétique est due au flux génétique européen introduit à Ashkelon soit à la fin de l’âge du bronze soit au début de l’âge du fer. Ce timing est en accord avec les estimations de l’arrivée des Philistins sur la côte du Levant, basées sur des documents archéologiques et textuels. Alors que notre modélisation suggère un pool génétique d’Europe du Sud comme source plausible, un échantillonnage futur pourrait identifier plus précisément les populations introduisant la composante européenne à Ashkelon. »

« Avec cette étude, nous avons enfin des preuves directes qui s’appuient sur l’hypothèse des origines philistines de la Méditerranée occidentale « , a déclaré Daniel M. Master, directeur de l’expédition Leon Levy à Ashkelon et chef de l’équipe archéologique, au Times of Israel.

 

Le lien de la Bible avec la Crète et le silence des médias

La Bible en au moins trois passages relie les Philistins à la terre de Caphtre (y compris Amos 9:7 cité en haut de l’article). La plupart des érudits bibliques identifient la terre biblique de Caphtor comme l’île grecque de Crète, avec certains qui favorisent aussi Chypre.

à cause du jour qui vient pour détruire tous les Philistins, pour retrancher de Tyr et de Sidon tous ceux qui restent. Car l’Éternel est en train de détruire les Philistins, le reste du pays de Caphtor.
– Jérémie 47:4 (ESV)

Une des raisons pour lesquelles les érudits préfèrent la Crète comme base d’origine des Philistins est à cause d’un autre terme utilisé dans la Bible – Chérythites. Les Chérites sont également associés dans les Ecritures aux Philistins et à la traduction grecque de la Bible hébraïque en Septante (faite vers 200 av. J.-C.), Ezéchiel et Sophonie ont des passages qui rendent le nom « Chérites » comme « Crétois ». D’autres preuves le situent également sur une île dans les environs de la Crète.

Le lien entre la Crète et cette Étude, et le silence des médias

Étonnamment, l’article publié par les chercheurs avait une petite section dissimulée au milieu du rapport qui relie directement les résultats de l’analyse ADN des résidents d’Ashkelon à la Crète. On peut y lire : « Sur les 51 modèles testés, nous en trouvons quatre plausibles… Le modèle le mieux soutenu (χ2P = 0,675) en déduit que[le groupe des individus testés au début de l’âge du fer] tire environ 43% de ses origines de l’âge du bronze grec « Crete… ».

Skeletal remains from the Philistine Cemetery at AshkelonExcavation des restes squelettiques au cimetière philistin d’Ashkelon. (Crédit : Melissa Aja, Expédition Leon Levy à Ashkelon)

Si le Caphtor biblique faisait vraiment référence à la Crète (ce qui semble probable), alors ce résultat ADN est une conformation surprenante du lien de la Bible entre les Philistins et la Crète. Il est vrai qu’il s’agit des résultats d’un petit nombre d’individus et que d’autres tests seront nécessaires pour déterminer avec plus de précision les endroits les plus proches les uns des autres, mais les preuves, comme nous l’avons vu, montrent le plus clairement les affirmations faites par la Bible depuis le début.

Pourtant, dans des publications du New York Times, du National Geographic au Haaretz en Israël, ce lien est complètement ignoré. Ils rapportent plutôt que l’ADN montre que les Philistins viennent du sud de l’Europe et peut-être d’Espagne ou de Sardaigne et ils ne mentionnent même pas que la meilleure correspondance pour l’ADN était la Crète, l’endroit d’où la Bible dit que les Philistins viennent. Certes, cela doit venir d’un état d’esprit anti-Biblique qui a imprégné de nombreuses plates-formes médiatiques ainsi que le monde universitaire, au point d’être non-scientifique. Pour un autre exemple de parti pris médiatique, voir notre mise à jour DNA Discover Discover Modern Canaanites – And Causes a Media Bible Blunder.

L’histoire des Philistins et le débat chronologique

Un autre aspect important de l’étude éclaire le débat sur la chronologie du monde antique par rapport à la Bible. Certains passages bibliques semblent également relier les Philistins aux Casluhim qui étaient des parents des Caphtorim et qui ont peut-être vécu dans la même région. Ces deux groupes étaient des descendants de l’Egypte (Mizraim), qui était le fils de Ham, qui était le fils de Noé.

L’Egypte a engendré Ludim, Anamim, Lehabim, Naphtuhim, Pathrusim, Casluhim (dont les Philistins sont venus), et Caphtorim. – Genèse 10:13-14 répétée dans 1 Chroniques
1:11-12 (ESV)

Il est intéressant de noter que ce lien avec l’Egypte est ce que les anciens écrivains semblent avoir repris, ce qui correspond également à la théorie de l’égyptologue David Rohl selon laquelle les Philistins sont venus d’Egypte avant de s’installer en Crète et sur les îles environnantes. De là, ils ont envoyé des vagues de conquérants et d’immigrants dans la région côtière de Canaan.

Les érudits croient que les Philistins étaient l’un des Peuples de la Mer qui étaient une confédération de tribus qui sont connues pour avoir envahi de grandes zones de la région de la Méditerranée orientale dans la transition de l’âge du bronze à l’âge du fer. Cet événement dévastateur a mis fin à l’Âge du Bronze, défini par sa richesse et son commerce international, et plongé la région dans une dépression avec le début de l’âge du fer.

La plupart des érudits pensent que les Philistins sont arrivés pour la première fois à Canaan avec les peuples de la mer, et c’est ainsi que la plupart des articles sur cette étude rapportent l’histoire à plusieurs reprises. La Bible, cependant, est claire qu’ils étaient à Canaan bien avant. Il mentionne les Philistins 17 fois dans les périodes précédant les derniers juges comme Samson. Cela remonte à l’époque d’Abraham et d’Isaac qui avaient beaucoup de relations avec les Philistins. Moïse, en décrivant les habitants de Canaan, a parlé de ceux qui étaient venus de Caphtor – et c’était avant la conquête sous Josué et des centaines d’années avant que l’invasion des peuples de la mer ne commence.

Quant aux Avvim, qui vivaient dans des villages jusqu’à Gaza, les Caphtorim, qui venaient de Caphtor, les ont détruits et se sont installés à leur place. – Deutéronome 2:23 (ESV)

Cela a un impact sur le débat sur la chronologie tel que vu dans le film Patterns of Evidence : L’Exode. L’argument avancé par certains est que l’option de décaler les périodes archéologiques de plusieurs siècles (comme le proposent David Rohl, John Bimson et d’autres) ne devrait même pas être envisagée. Ils affirment que les Philistins sont arrivés pour la première fois à Canaan avec les peuples de la mer vers 1200 av. J.-C., donc décaler cette date de 2-3 siècles mettrait l’arrivée des Philistins au-delà de l’époque des Samson, Saul et David de la Bible, ce qui rendrait le plan impossible à appliquer. Cependant, cette affirmation va à l’encontre du récit biblique, selon lequel les Philistins de Canaan se trouvaient à Canaan bien avant l’arrivée des peuples de la mer.

Normalement, on pourrait penser que la datation au carbone résoudrait la question, mais comme nous l’avons rapporté dans un précédent numéro de Thinker Update sur les erreurs de datation au carbone, de sérieuses questions entourent la précision de la datation au carbone dans ces périodes anciennes.

L’ADN remet-il en question l’histoire biblique ?

Archeologist uncover a Philistine cemetery from later the Iron Age.Un enterrement au cimetière philistin datant de l’âge du fer, daté au carbone jusqu’à environ 900 av. (Source : Tsafrir Abayov, Expédition Leon Levy)

Les résultats ADN d’une nouvelle population arrivant au début de l’âge du fer (1200 av. J.-C. selon la datation standard) contredisent-ils alors l’affirmation de la Bible selon laquelle des personnes appelées Philistins étaient dans la région depuis des siècles ? Non, car selon l’étude, les marqueurs distincts de l’ADN de Crète ne peuvent plus être retrouvés dans les restes des individus de l’âge du fer. « En moins de deux siècles, cette empreinte génétique introduite au début de l’âge du fer n’est plus détectable et semble être diluée par un pool génétique levantin local « , a déclaré Choongwon Jeong du Max Planck Institute of the Science of Human History.

Bien que, selon les textes anciens, les Ashkelonnais du premier millénaire avant notre ère soient restés des  » Philistins  » pour leurs voisins, le caractère distinctif de leur constitution génétique n’était plus clair, peut-être en raison des mariages mixtes avec les groupes levantins qui les entouraient,  » dit le Maître. « Avec le temps, nous pouvons montrer que la culture philistine a changé, que leur langue a changé, et maintenant que leur profil génétique a changé, mais, selon leurs voisins, ils sont restés Philistins du début à la fin. »

Cela montre que des vagues de Philistins de Crète ont pu venir à Canaan au cours des siècles et se mélanger rapidement avec la population locale. Les habitants d’Askelon à l’âge du bronze pouvaient encore être considérés comme des Philistins avec une culture philistine distincte, même si leur ADN ressemblait à celui de la population cananéenne environnante. Un nouvel afflux de parents en provenance de Crète aurait alors pu arriver au début de l’âge du fer. Tout cela s’inscrit bien dans le récit biblique, qui a maintenant plus de données scientifiques difficiles à étayer que jamais auparavant. – Continuez à penser !

TOP PHOTO : Excavation du cimetière philistin à Ashkelon (Crédit : Melissa Aja. Leon Levy Expédition à Ashkelon)

====================================================================

Archeologists uncover a Skeleton at Philistine Cemetery at Ashkelon

SUMMARY: A new study of DNA from bones at ancient Ashkelon indicates that a wave of early Iron Age Philistines came from the island of Crete, just as claimed by the Bible. However, news of these findings has failed to point out this remarkable link in most media outlets. The results also help inform different views in the debate over biblical chronology.

“Are you not like the Cushites to me, O people of Israel?” declares the LORD. “Did I not bring up Israel from the land of Egypt,and the Philistines from Caphtor and the Syrians from Kir?

– Amos 9:7 (ESV)

New Results from Ashkelon Graves Match Biblical Claims for Philistine Origins

A significant new study of Philistine DNA from the ancient city of Ashkelon indicates the place of origin for an influx of newcomers in biblical times. The results show that a wave of Philistines in the transitional period between the Bronze and Iron Ages most likely came from the island of Crete, matching claims in the Bible.

However, news reports of this study reveal a general bias against highlighting this important biblical link among many media outlets. The results of the study also shed light on some of the different options proposed for connecting biblical events with the archaeological periods of the ancient world.

The Expedition to the Philistine city of Ashkelon

The Philistines in the Bible were the archenemies of Israel for much of their history. Situated near the Mediterranean coast, they had five principal cities – the harbor city of Ashkelon, Gaza, Ashdod, and the inland cities of Ekron and Gath, the home of the giant Goliath, who battled a young David.

Despite their prevalence in the biblical account, relatively little has been discovered about the Philistines. One of the chief questions scholars have had is where they came from before occupying the southern coastal area of Canaan.

The Leon Levy Expedition to Ashkelon excavated the site for 30 years with a large cemetery with over 200 individuals being unearthed in the final seasons of the dig. Directed by the late Lawrence E. Stager of Harvard University, and Daniel M. Master from Wheaton College, the expedition initially dated the remains as stretching from the 11th–8th century BC.

As reported in a Thinker Update in 2016 titled Unlocking the Secrets of the Philistines, the team, along with digs taking place at other sites, had uncovered many artifacts that showed the cultural uniqueness of the Philistines, but few gravesites that could provide more clues about their place of origin.

Were the Philistines Uncultured Brutes?

Uncovered artifacts from 11th century BC show the cultural uniqueness of the Philistines
Philistine Bichrome Krater, a large bowl for mixing wine from the 11th century BC. (Credit: Melissa Aja, Leon Levy Expedition to Ashkelon)

The modern term “Philistine” is used to mean someone who is brutish and uncivilized, however the Bible never depicts them this way. True, for most of Israel’s history the Bible portrays the Philistines as their aggressive enemies, but Samson the Israelite whose life was filled with conflict with the Philistines is shown to be the one often acting brutishly. The cultural evidence of the Philistines seems to be connected to Greek influences, and the prophet Amos actually implied the great sophistication of the Philistines compared to the people of Judah with their herdsman roots.

Pass over to Calneh, and see, and from there go to Hamath the great; then go down to Gath of the Philistines. Are you better than these kingdoms? Or is their territory greater than your territory?

– Amos 6:2 (ESV)

Calneh was an ancient city built by Nimrod (Genesis 10:10) and Hamath was one of the chief cities of Syria destroyed by Sennacherib. The Philistine site of Gath was likewise destroyed by Hazael, just before the days of Amos (2 Kings 12:17). The example of the cities listed in this verse is that they had once been great and lifted up, but at the time of Amos (around 750 BC) they had been humbled in their pride.

While most scholars have long believed the Philistines originated from the Aegean Sea region due to similarities in cultural artifacts such as pottery styles, there was nothing definitive that could determine a more specific location. Some favored a place of origin from the coastal area of modern Turkey, others one of the Greek islands, and there are ancient historical sources, such as Josephus, that claim the Philistines originated from a part of Egypt.

The Results of the New Philistine DNA Study

To help settle the debate, the recently discovered cemetery allowed the Ashkelon expedition to submit bone samples for DNA, radiocarbon and other tests in an effort to gain more clues pertaining to the origin debate. The first results have now been released in a paper in Science Advances titled Ancient DNA sheds light on the genetic origins of early Iron Age Philistines and announced in a press release by the Max Planck Institute for the Science of Human History.

The study’s main finding expressed in the press release is that a new population arrived at Ashkelon at the beginning of the Iron Age and that these Philistines had emigrated from Southern Europe.

The press release says an international team of scientists “retrieved and analyzed, for the first time, genome-wide data from people who lived during the Bronze and Iron Age (~3,600-2,800 years ago) in the ancient port city of Ashkelon.” It goes on to state, “The team found that a European derived ancestry was introduced in Ashkelon around the time of the Philistines’ estimated arrival, suggesting that ancestors of the Philistines migrated across the Mediterranean, reaching Ashkelon by the early Iron Age. This European related genetic component was subsequently diluted by the local Levantine [Canaanite] gene pool over the succeeding centuries, suggesting intensive admixture between local and foreign populations.”

Philistine infant burial
A Philistine infant burial. (Credit: Robert Walch, Leon Levy Expedition to Ashkelon)

The researchers used bone DNA from 10 individuals from the Ashkelon cemetery from three different time periods spanning the Bronze and Iron Ages. This allowed them to see differences between the various groups. Bone samples from early in the Iron age were actually taken from infants buried under the floors of homes, which was customary at the time.

They found “that individuals across all periods derived most of their ancestry from the local Levantine [Canaanite] gene pool, but that individuals who lived in early Iron Age Ashkelon had a European derived ancestral component that was not present in their Bronze Age predecessors.” Most scholars date the beginning of the Iron Age to about 1,200 BC, which if accurate, would place it just before the time of the judge Samason on the biblical timeline (King David ruled around 1000 BC).

Michal Feldman of the Max Planck Institute for the Science of Human History explained further, “This genetic distinction is due to European-related gene flow introduced in Ashkelon during either the end of the Bronze Age or the beginning of the Iron Age. This timing is in accord with estimates of the Philistines arrival to the coast of the Levant, based on archaeological and textual records. While our modelling suggests a southern European gene pool as a plausible source, future sampling could identify more precisely the populations introducing the European-related component to Ashkelon.”

“With this study we finally have direct evidence that fits and builds upon the hypothesis of Philistine origins from the western Mediterranean,” Daniel M. Master, director of the Leon Levy Expedition to Ashkelon and head of the archaeological team, told The Times of Israel.

The Bible’s Crete Connection and the Media Silence

The Bible in at least three passages connects the Philistines with the land of Caphtor (including Amos 9:7 listed near the top of the article). Most biblical scholars identify the biblical land of Caphtor as the Greek island of Crete, with some also favoring Cyprus.

because of the day that is coming to destroy all the Philistines, to cut off from Tyre and Sidon every helper that remains. For the LORD is destroying the Philistines, the remnant of the coastland of Caphtor.

– Jeremiah 47:4 (ESV)

One reason scholars favor Crete as the home base of the Philistines is because of another term used in the Bible – Cherethites. The Cherethites are also associated in Scripture with the Philistines and the Greek Septuagint translation of the Hebrew Bible (made in about 200 BC) both Ezekiel and Zephaniah have passages that render the name “Cherethites” as “Cretans.” Other evidence also puts it at an island location in the vicinity of Crete.

The Study’s Crete Connection and the Media Silence

Amazingly, the paper published by the researchers had one small section buried in the middle of the report that directly connects the results of the DNA analysis of the Ashkelon residents to Crete. It states, “Of the 51 tested models, we find four plausible ones … The best supported one (χ2P = 0.675) infers that [the group of early Iron Age individuals tested] derives around 43% of ancestry from the Greek Bronze Age “Crete…”

Skeletal remains from the Philistine Cemetery at Ashkelon
Excavation of skeletal remains at the Philistine Cemetery at Ashkelon. (Credit: Melissa Aja, Leon Levy Expedition to Ashkelon)

If biblical Caphtor really was referring to Crete (which seems likely), then this DNA result is a startling conformation of the Bible’s link between the Philistines and Crete. It is true that these are results from a small set of individuals and further testing will be needed to zero in more precisely on which locations are most closely related, but the evidence, as we have it, is pointing most strongly to the claims made by the Bible all along.

Yet in publications from the New York Times to National Geographic to Haaretz in Israel, this link is being completely ignored. They instead are reporting that the DNA shows that the Philistines came from southern Europe and perhaps from Spain or Sardinia and they don’t even mention that the best match for the DNA was to Crete, the place the Bible says the Philistines come from. Surely, this must come from an anti-Bible mindset that has permeated many media platforms as well as academia, to the point of being unscientific. For another example of media bias, see our update DNA Discovers Modern Canaanites – And Causes a Media Bible Blunder.

The History of the Philistines and the Chronology Debate

Another important aspect of the study informs the debate over the chronology of the ancient world as it relates to the Bible. Some biblical passages seem to also connect the Philistines with the Casluhim who were relatives of the Caphtorim and may have lived in the same area. Both of these groups were descendants of Egypt (Mizraim), who was the son of Ham, who was the son of Noah.

Egypt fathered Ludim, Anamim, Lehabim, Naphtuhim, Pathrusim, Casluhim (from whom the Philistines came), and Caphtorim. – Genesis 10:13-14 repeated in 1 Chronicles

1:11-12 (ESV)

Interestingly, this connection to Egypt is what the ancient writers seem to have picked up on, which also fits Egyptologist David Rohl’s theory that the Philistines came from Egypt before settling in Crete and the surrounding islands. From there they sent waves of conquerors and immigrants to the coastal area of Canaan.

Scholars believe the Philistines were one of the Sea Peoples who were a confederation of tribes that are known to have invaded large areas of the eastern Mediterranean region in the transition from the Bronze to Iron Age. This devastating event brought an end to the Bronze Age that was defined by its wealth and international trade and sank the region into a depression with the onset of the early Iron Age.

Most scholars think the Philistines first arrived in Canaan with the Sea Peoples, and this is how most of the articles on this study repeatedly report the story. The Bible, however, is clear that they were in Canaan from a much earlier time. It mentions the Philistines 17 times in periods before the later judges like Samson. This goes all the way back to the time of Abraham and Isaac who had many dealings with Philistines. Moses, when describing the inhabitants of Canaan, spoke of those who had come from Caphtor – and this was before the conquest under Joshua and hundreds of years before the Sea Peoples invasion began.

As for the Avvim, who lived in villages as far as Gaza, the Caphtorim, who came from Caphtor, destroyed them and settled in their place. – Deuteronomy 2:23 (ESV)

This impacts the debate over chronology as seen in the film Patterns of Evidence: The Exodus. The argument by some is that the option of shifting the archaeological periods by centuries (as proposed by David Rohl, John Bimson and others) should not even be considered. They claim the Philistines first came into Canaan with the Sea Peoples around 1,200 BC, so to shift that date by 2-3 centuries would put the arrival of the Philistines past the time of the Bible’s Samson, Saul and David, which would make the scheme unworkable. However, this assertion goes against the Bible’s account, which has the Philistines in Canaan long before the Sea Peoples arrived.

Normally, one would think that carbon dating would solve the question, but as reported in a previous Thinker Update on carbon dating errors, serious questions surround the accuracy of carbon dating in these ancient periods.

Does the DNA Challenge Biblical history?

Archeologist uncover a Philistine cemetery from later the Iron Age.
A burial in the Philistine cemetery from later the Iron Age, carbon-dated to around 900 BC. (Credit: Tsafrir Abayov, Leon Levy Expedition)

Do the DNA results of a new population coming in at the beginning of the Iron Age (1,200 BC by standard dating) then contradict the Bible’s claim that people called Philistines had previously been in the area for centuries? No, they don’t, since according to the study, distinct markers of DNA from Crete could no longer be traced in the remains of individuals from later in the Iron Age. “Within no more than two centuries, this genetic footprint introduced during the early Iron Age is no longer detectable and seems to be diluted by a local Levantine related gene pool,” stated Choongwon Jeong of the Max Planck Institute of the Science of Human History.

”While, according to ancient texts, the people of Ashkelon in the first millennium BCE remained ‘Philistines’ to their neighbors, the distinctiveness of their genetic makeup was no longer clear, perhaps due to intermarriage with Levantine groups around them,” said Master. “Over time, we can show that Philistine culture changed, that their language changed, and now that their genetic profile changed, but, according to their neighbors, they remained Philistines from beginning to end.”

This shows that waves of Philistines from Crete could have been coming to Canaan over the centuries and quickly mixing with the local population. The residents of Bronze Age Askelon could still be considered Philistines with distinct Philistine culture, even though their DNA looked like the surrounding Canaanite population. A new influx of relatives from Crete could then have come in at the beginning of the Iron Age. This all fits nicely within the biblical account, which now has more hard science to back it up than ever before. – Keep Thinking!

TOP PHOTO: Excavation of the Philistine Cemetery at Ashkelon (Credit: Melissa Aja. Leon Levy Expedition to Ashkelon)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s