Georges Soros est-il un ancien collabo nazi ? (+vidéo)

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator – Version originale après le texte en français source NTEB.

Lorsque l’homme de main d’Hitler Adolf Eichmann est arrivé en Hongrie pour superviser le meurtre des Juifs de ce pays, George Soros s’est retrouvé avec un homme dont le travail consistait à confisquer les biens de la population juive.

George Soros et d’autres riches libéraux qui ont dépensé des dizaines de millions de dollars pour tenter d’élire Hillary Clinton se réunissent à Washington pour une réunion à huis clos de trois jours afin d’utiller l’argent qu’il reste pour lutter contre Donald Trump. Puisque le nom de Soros fait la une des journaux en 2016, jetons un coup d’œil à une interview qu’il a donnée en 1998 sur son passé nazi.
george-soros-gives-25-million-to-crooked-hillary-campaign-first-woman-president

Le collaborateur nazi Soros a donné MILLIONS à la campagne ratée d’Hillary Clinton.

Des groupes d’agitation sociale comme Media Matters se sont tournés vers Internet pour tenter de « démystifier les revendications » et « corriger les calomnies » concernant les rumeurs sur le passé nazi de leur patron, George Soros. Ils disent que c’est juste des ragots malveillants et des mensonges que les gens inventent à propos de Soros parce qu’ils ne l’aiment pas. Snopes.com carillonne aussi bien dans la défense de Soros. Mais qu’en est-il des « rumeurs » ? Pourraient-elles être vraies, sont-elles vraies ?

Comme vous le verrez et l’entendrez, non seulement les rumeurs sont vraies, mais une interview oubliée de George Soros dans 60 Minutes lui a permis d’avouer avec joie son crime.

György Schwartz, mieux connu dans le monde sous le nom de George Soros, est né le 12 août 1930 en Hongrie. Le père de Soros, Tivadar, était un fervent pratiquant de la langue espéranto inventée en 1887, et conçue pour être la première langue mondiale, libre de toute identité nationale. Les Schwartz, qui n’étaient pas des Juifs pratiquants, ont changé le nom de famille en Soros, afin de faciliter l’assimilation dans la population gentille (non juive), alors que les Nazis se sont répandus en Hongrie dans les années 1930.

Lorsque l’homme de main d’Hitler Adolf Eichmann est arrivé en Hongrie pour superviser le meurtre des Juifs de ce pays, George Soros s’est retrouvé avec un homme dont le travail consistait à confisquer les biens de la population juive. Soros l’a accompagné dans ses rondes.

George Soros a appelé 1944 « La meilleure année de sa vie ». 70 % des compatriotes juifs de M. Soros en Hongrie, soit près d’un demi-million d’êtres humains, ont été annihilés cette année-là, mais il ne donne aucun signe que cela a mis un quelconque frein à son exaltation, que ce soit à l’époque ou rétrospectivement. Lors d’une interview avec Steve Kroft de « Sixty Minute », Soros a été interrogé sur sa « meilleure année ».
George Soros Interview où il a admis qu’il était un collaborateur nazi :

Il était seulement heureux d’admettre sa collaboration avec les nazis, en fait, il appelait ces jours les « meilleurs moments de ma vie ». Cliquez pour voir, dans le contexte, cette confession surprenante.

KROFT : J’ai cru comprendre que vous êtes sorti avec votre protecteur qui a juré que vous étiez son filleul adoptif.

SOROS : Oui. Oui.

KROFT : Sorti, en fait, et a aidé à la confiscation des biens de vos compatriotes juifs, amis et voisins.

SOROS : Oui. C’est exact. Oui.

KROFT : Je veux dire, cela ressemble à une expérience qui enverrait beaucoup de gens sur le canapé psychiatrique pendant de nombreuses années. C’était difficile ?

SOROS : Non, pas du tout. Pas du tout, j’ai plutôt apprécié.

KROFT : Pas de sentiment de culpabilité ?

SOROS : Non, seulement des sentiments de pouvoir absolu.

 

Accès à la vidéo

 

When Hitler’s henchman Adolf Eichmann arrived in Hungary, to oversee the murder of that country’s Jews, George Soros ended up with a man whose job was confiscating property from the Jewish population.

George Soros and other rich liberals who spent tens of millions of dollars trying to elect Hillary Clinton are gathering in Washington for a three-day, closed door meeting to retool the big-money left to fight back against Donald Trump. Since Soros name is very much in the headlines in 2016, let’s take a look at an interview he gave in 1998 about his Nazi past.
george-soros-gives-25-million-to-crooked-hillary-campaign-first-woman-president

Nazi collaborator Soros gave MILLIONS to Hillary Clinton’s failed campaign

Social unrest groups like Media Matters have taken to the Internet in an attempt to “debunk the claims” and “correct the smears” about rumors of the Nazi past of their patron, George Soros. They say it is just malicious gossip and lies people make up about Soros because they don’t like him. Snopes.com chimes in as well in defense of Soros. But what about the “rumors”? Could they be true, are they true?

As you will see and hear, not only are the rumors true, a long forgotten interview George Soros did on 60 Minutes has him gleefully confessing to his crime.

György Schwartz, better known to the world as George Soros, was born August 12, 1930 in Hungary. Soros’ father, Tivadar, was a fervent practitioner of the Esperanto language invented in 1887, and designed to be the first global language, free of any national identity. The Schwartz’s, who were non-practicing Jews, changed the family name to Soros, in order to facilitate assimilation into the Gentile population, as the Nazis spread into Hungary during the 1930s

When Hitler’s henchman Adolf Eichmann arrived in Hungary, to oversee the murder of that country’s Jews, George Soros ended up with a man whose job was confiscating property from the Jewish population. Soros went with him on his rounds.

George Soros has repeatedly called 1944 “The Best Year of his Life.” 70% of Mr. Soros’s fellow Jews in Hungary, nearly a half-million human beings, were annihilated in that year, yet he gives no sign that this put any damper on his elation, either at the time or indeed in retrospect. During an interview with “Sixty Minute’s” Steve Kroft, Soros was asked about his “best year.”
George Soros Interview Where He Admitted He Was A Nazi Collaborator:

He was only to happy to admit his collaboration with the Nazis,in fact, he called those days the “best time of my life”. Click to watch, in context, that startling confession.

KROFT: My understanding is that you went out with this protector of yours who swore that you were his adopted godson.

SOROS: Yes. Yes.

KROFT: Went out, in fact, and helped in the confiscation of property from your fellow Jews, friends and neighbors.

SOROS: Yes. That’s right. Yes.

KROFT: I mean, that sounds like an experience that would send lots of people to the psychiatric couch for many, many, years. Was it difficult?

SOROS: No, not at all. Not at all, I rather enjoyed it.

KROFT: No feelings of guilt?

SOROS: No, only feelings of absolute power.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s