Desert d’Egypte: les barrages menacent près des terres bibliques

par Dave Aeilts | 11 mai 2018 | Preuves | Témoignages |
Desert d’Egypte :  les barrages menacent  près des terres bibliques

Desert, Dams Threaten Digs Near Bible Lands

 

Les archéologues ont trouvé un total de plus de 255 pyramides de Koushite. (Crédit : Valerian Guillot/Heritage Daily)

Le roi[le roi Sennachérib d’Assyrie] entendit parler de Tirhakah, roi de Cush : « Voici, il s’est mis en route pour te combattre. – 2 Rois 19:9 (ESV)

Pendant des années, l’archéologie s’est concentrée sur l’argent et le temps pour découvrir et élucider les mystères de l’Egypte. A cause de l’Exode, ceux qui s’intéressent aux terres de la Bible ont suivi de près ce qui a été découvert dans le pays des pharaons. Seriez-vous surpris d’apprendre que certains pharaons égyptiens venaient d’une ancienne terre connue sous le nom de Nubie (la terre de Cush ou Kush) dont les frontières chevauchaient la frontière égypto-soudanaise d’aujourd’hui.

Les chercheurs se précipitent maintenant pour excaver les ruines nubiennes sur des sites qui seront inondés par l’eau lorsque le Soudan construira trois barrages prévus pour le cours supérieur du Nil. Si les lacs qui montent derrière les barrages n’enterrent pas ces ruines, les tempêtes de sable qui hurlent dans le désert et le rampement urbain d’une population affamée d’un mode de vie meilleur peuvent détruire ces antiquités.

« C’est l’une des civilisations les plus anciennes et les plus anciennes du monde « , explique Neal Spencer, archéologue au British Museum. Interviewé pour une histoire récente dans Undark.org, Spencer a passé dix ans à chercher sur un site appelé Amara West des ruines de pyramides et de monticules funéraires et des communautés nubiennes anciennes entières sous les dunes de sable. Certaines ruines datent de 1300 avant Jésus-Christ.

De nombreuses merveilles architecturales uniques n’ont été trouvées que dans l’ancienne Nubie, le long du Nil. L’archéologue suisse Charles Bonnet, expert de renommée mondiale sur l’antiquité nubienne, a découvert l’an dernier trois temples de forme ronde et ovale, plutôt que carrée ou rectangulaire comme c’est souvent le cas.

« Cette architecture est inconnue…. il n’y a pas d’exemple en Afrique centrale ou dans la vallée du Nil de cette architecture », a déclaré Bonnet, qui a été interviewé par l’agence de presse de l’AFP pour un article publié plus tard dans Al Arabiya.

Dans une année antérieure, rapporte Al Arabiya, Bonnet a fouillé neuf statues de pharaons noirs sur les rives du Nil. Ces souverains nubiens avaient été immortalisés dans le granit.

Décharger un chameau devant les ruines d’une ancienne pyramide nubienne – avec plus au loin. (Crédit : Neil Brandvold/Undark)

Dismounting a camel in front of the ruins of an ancient Nubian pyramid – with more in the distance. (Credit: Neil Brandvold/Undark)

Carte de la Nubie ancienne (Crédit : Histoire biblique en ligne)

Ce n’est qu’au cours des dernières années que l’archéologie a commencé à se concentrer sur la Nubie, en partie à cause des préjugés raciaux du XIXe siècle (lorsque l’égyptologie est devenue à la mode) et en partie à cause des sables du Sahara, qui semblent tout recouvrir plus vite qu’on ne peut le déterrer.

Maintenant que l’architecture unique des temples, des tombes et des villes de Nubie reçoit plus d’attention, les forces humaines et naturelles menacent d’effacer les preuves de cette civilisation primitive.

« Ce n’est que maintenant que nous nous rendons compte à quel point l’archéologie vierge n’attend que d’être découverte « , dit David Edwards, un archéologue britannique, à Undark. « Mais au fur et à mesure que nous prenons conscience qu’elle est là, elle a disparu. »

De l’au-delà des fleuves de Cush, mes adorateurs, fille de mes dispersés, apporteront mon offrande. – Sophane 3:10 (ESV)

Le Royaume de Kush

« Le Royaume de Koush était un ancien royaume africain situé en Nubie, une région le long du Nil qui englobe les zones situées entre ce qui est aujourd’hui le centre du Soudan et le sud de l’Égypte « , selon Heritage Daily.

Il y avait trois phases du royaume de Koushite : Phase 1 : 2500-1520 BC avec Kerma comme capitale, Phase 2 : 1000-300 BC avec Napata comme capitale, et Phase 3 : 300 BC-AD 300 avec Meroë comme capitale.

Au cours de la phase 2, le roi Kushite Piye envahit l’Egypte et établit la 25ème dynastie. Cette dynastie a uni l’Egypte et la Nubie, depuis le delta au nord jusqu’à l’ancienne ville de Napata dans ce qui est aujourd’hui l’état du nord du Soudan. Napata était située le long du Nil près de la quatrième cataracte et a été détruite par l’Empire romain en 23 avant JC. (Heritage Daily et Wikipedia)

Pourquoi cela fait-il une différence dans l’étude des Terres de la Bible ? Parce que l’apprentissage de l’histoire des terres entourant Israël et l’Égypte peut aider à remplir des informations qui ne sont pas incluses dans la Bible et fournir plus de contexte à l’histoire biblique.

Par exemple, sous le règne du roi Ézéchias, l’armée assyrienne dirigée par le roi Sennachérib de Ninive a balayé les villes périphériques de Juda et a failli saccager la capitale de Jérusalem. L’histoire est racontée dans 2 Rois 18-19 et de nouveau dans Isaïe 36-7. Lisez notre mise à jour Thinker du 2 mars 2018, intitulée  » Evidence Isaiah was Real, not Fictional « .

2 Rois 19:9 et Isaïe 37:9 déclarent tous deux que Taharqa, le fils du roi Kouchite Piye, qui était pharaon sur l’Égypte à l’époque, est venu en aide au roi Ezéchias pendant cette crise. NOTE : Son nom s’écrit « Tirhakah » dans le récit biblique et Kush est « Cush ».

L’annonce de l’avancée de l’armée de Taharqa a incité les Assyriens à envoyer une lettre de menace à Ezéchias, espérant que le roi de Juda pourrait immédiatement rendre sa capitale. Le roi Sennachérib n’a pas attaqué Jérusalem, mais il est retourné à Ninive. La Bible enregistre ce qui s’est passé de cette façon :

Cette nuit-là, l’ange de l’Éternel sortit et frappa 185 000 personnes dans le camp des Assyriens. Et quand les gens se levèrent de bon matin, voici, ils étaient tous des cadavres. Puis Sennachérib, roi d’Assyrie, est parti et est rentré chez lui et a vécu à Ninive. – 2 Rois 19:35-36 (ESV)

 

Spencer montre un point sur une carte magnétométrique à l’extérieur des colonies qui auraient pu être une rivière. (Crédit : Neil Brandvold/Undark)

Pas toujours un désert

Une autre raison de prêter attention aux terres entourant Israël et l’Égypte est que ce qui arrive à l’un arrive souvent à l’autre.

Dans notre mise à jour Thinker du 5 mai 2018, nous avons présenté des preuves que le Negev, une région désertique du sud d’Israël, n’a pas toujours été aussi sec. Les archéologues ont excavé des cages à pigeons datant de 600 après J.-C. où les pigeons étaient gardés.

Compte tenu de la taille des oiseaux et de la distance des zones urbaines, les archéologues concluent que ces pigeons ont été gardés pour produire de l’engrais agricole. Leurs excréments – riches en phosphore, potassium et azote – sont encore utilisés comme éléments nutritifs du sol dans certaines régions du Moyen-Orient.

L’existence de pigeonniers indique que le Negev, il y a des centaines d’années, a peut-être eu un climat plus humide et a produit des récoltes abondantes.

Ce que les archéologues trouvent en Nubie confirme ce changement climatique régional. Neal Spencer avec son magnétomètre n’a pas seulement découvert des pyramides et des tumulus sous les sables mouvants, mais aussi des preuves d’une période plus humide dans l’histoire de l’Afrique du Nord, selon Undark.

Tenant une carte créée à partir de ses signaux magnétométriques, Spencer montre un endroit sous les dunes où une rivière a pu couler il y a plusieurs centaines d’années.

Michaela Binder, une bio-archéologue autrichienne travaillant avec Spencer, note que les corps exhumés dans cette région montrent des signes de malnutrition et de maladies pulmonaires chroniques, ce qui suggère que les fermes ont échoué à mesure que la sécheresse s’étendait et que les voies respiratoires se détérioraient à cause du sable dans l’air. « Peu de gens ont dépassé la trentaine », a-t-elle dit à Undark.

Ces résultats amènent des chercheurs comme Spencer et Binder à croire que cette communauté nubienne ne s’est pas terminée par un conflit armé ou une faiblesse interne, mais qu’un climat changeant a chassé les gens.

Bien planifier l’échéancier

Voici une dernière réflexion sur la raison pour laquelle nous devrions prêter attention à l’archéologie qui se fait dans les terres environnantes comme l’ancienne Nubie. Non seulement ces terres partagent une histoire climatique similaire, mais elles partagent une chronologie similaire.

Par exemple, dans notre film Patterns of Evidence : L’Exode, nous mettons en évidence un fort modèle de preuve dans le sol correspondant au récit des enfants d’Israël arrivant en Egypte, se multipliant, devenant esclaves, puis quittant Gosen, vers la fin de l’Empire du Milieu de l’Egypte, lorsque l’Egypte fut dévastée par le jugement de l’Exode. Ce timing est contraire à l’opinion de la majorité des érudits, qui datent l’Exode à l’époque du Pharaon Pharaon Ramesses II du Nouveau Royaume. L’Empire du Milieu s’étend de 2040-1640 av. J.-C. selon la chronologie standard, mais de 1890-1450 av. J.-C. (si la 13e dynastie est incluse) dans la Nouvelle Chronologie proposée par l’égyptologue David Rohl.

 

Dans la vue standard de l’histoire, le modèle de preuves archéologiques correspondant à l’Exode trouvé dans l’Empire du Milieu de l’Egypte (niveau inférieur du mur) est environ deux siècles trop tôt pour être lié aux événements liés à l’histoire de l’Exode (niveau moyen). – copyright 2014 Patterns of Evidence LLC.

Avec la Nouvelle Chronologie, la Troisième Période intermédiaire exagérée de l’Egypte est réduite, ce qui fait que les périodes antérieures de l’histoire de l’Egypte se décalent dans le temps, tandis que la ligne du temps biblique indépendante n’est pas affectée. Le résultat est que le modèle de preuve correspondant à l’Exode correspond maintenant aux dates bibliques. – copyright 2014 Patterns of Evidence LLC.

Il est intéressant de noter qu’au cours de son Empire du Milieu, l’Égypte s’est étendue vers le sud jusqu’en Nubie, construisant plusieurs énormes forteresses sur le Nil en aval de la deuxième cataracte. (Nubie : Wikipedia) Certains de ces forts semblent avoir été beaucoup trop grands pour les besoins militaires de l’époque. Cela correspond au moment de la pointe dans le pouvoir centralisé et la richesse des pharaons Senusret III et Amenemhat III, ce qui correspond au modèle de preuve pour Joseph apportant toute la richesse de la région à Pharaon pendant une sécheresse de sept ans comme décrit par la Bible.

Le fait que les forts égyptiens, comme le plus grand Buhen, sont tombés entre les mains de Koushite sans preuve d’un conflit majeur vers la fin de la 13e dynastie, correspond également au modèle de l’étape du Jugement de la séquence biblique des événements. Au cours de cette même période, le reste de l’Égypte a connu un effondrement général.

…et comment l’Éternel les a détruits jusqu’à ce jour, – Deutéronome 11:4 (ESV)

Le manque de preuves pour de tels troubles en Egypte pendant le Nouvel Empire est une cause majeure de scepticisme à l’égard du récit de l’Exode de la Bible parmi la plupart des érudits les plus courants. Les preuves qui correspondent à l’Exode dans l’Empire du Milieu sont généralement rejetées comme une coïncidence, parce que la plupart d’entre eux ne veulent pas remettre en question leurs vues sur la ligne du temps biblique ou égyptienne. Cependant, la preuve de la nécessité d’une réévaluation va bien au-delà des événements bibliques, des anomalies significatives dans l’histoire de toutes les nations entourant l’Égypte qui dépendent de sa chronologie pour dater leur histoire.

Que nous apprendront les futures découvertes archéologiques le long du Nil supérieur sur cette période de l’histoire égyptienne à l’extrémité inférieure du Nil ? Est-ce que ce que nous apprenons sur la Nubie antique nous aidera à obtenir la bonne ligne du temps et sera capable de dater avec plus de précision les événements bibliques ?

Continuez à penser …. ..

 

=========================================================

Archaeologists have found a total of more than 255 Kushite pyramids. (Credit : Valerian Guillot/Heritage Daily)

Now the king [King Sennacherib of Assyria] heard concerning Tirhakah king of Cush, “Behold, he has set out to fight against you. – 2 Kings 19:9 (ESV)

For years, archaeology has focused big money and time uncovering and unraveling the mysteries of Egypt. Because of the Exodus, those interested in the Lands of the Bible have closely followed what is unearthed in the land of the pharaohs. Would it surprise you to learn that some of Egypt’s pharaohs came from an ancient land known as Nubia (the Land of Cush or Kush) whose boundaries straddled today’s Egyptian-Sudanese border.

Researchers are now racing to excavate Nubian ruins at sites scheduled to be inundated by water when Sudan constructs three dams planned for the upper Nile River. If rising lakes behind the dams do not bury these ruins, howling desert sandstorms and the urban creep of a population hungry for a better lifestyle may destroy these antiquities.

“This is one of the great, earliest-known civilizations in the world,” says Neal Spencer, an archaeologist with the British Museum. Interviewed for a recent story in Undark.org, Spencer has spent ten years searching at a site called Amara West for ruins of pyramids and burial mounds and whole ancient Nubian communities beneath the sand dunes. Some ruins date back to 1,300 BC.

Many unique architectural wonders have been found only in ancient Nubia, along the Nile River. Swiss archaeologist Charles Bonnet, a world-renowned expert on Nubian antiquity, discovered three temples last year that were round and oval in shape—rather than square or rectangular as is often the case.

“This architecture is unknown . . . there is no example in central Africa or in the Nile Valley of this architecture,” said Bonnet, who was interviewed by the AFP news agency for a story later published in Al Arabiya.

In an earlier year, reports Al Arabiya, Bonnet excavated nine statues of black pharaohs on the banks of the Nile. These Nubian rulers had been immortalized in granite.

Dismounting a camel in front of the ruins of an ancient Nubian pyramid – with more in the distance. (Credit: Neil Brandvold/Undark)

Map of Ancient Nubia (Credit: Bible History Online)

Only in recent years has archaeology begun to focus its attention on Nubia, partially because of the racial biases of the 19th Century (when Egyptology became vogue) and partially because of the raging Sahara sands, which seem to cover everything faster than it can be dug up.

Now that the unique architecture of the temples, tombs and towns of Nubia are receiving more attention, forces both human and natural threaten to wipe out the evidence of this early civilization.

“Only now do we realize how much pristine archaeology is just waiting to be found,” says David Edwards, a British archaeologist, to Undark. “But just as we’re becoming aware it’s there, it’s gone.”

From beyond the rivers of Cush my worshipers, the daughter of my dispersed ones, shall bring my offering. – Zephaniah 3:10 (ESV)

The Kingdom of Kush

“The Kingdom of Kush was an ancient African Kingdom located in Nubia, a region along the Nile Rivers encompassing the areas between what is today central Sudan and southern Egypt,” according to Heritage Daily.

There were three phases of Kushite kingdom: Phase 1: 2500-1520 BC with Kerma as its capital city, Phase 2: 1000-300 BC with Napata as its capital city, and Phase 3: 300 BC-AD 300 with Meroë as its capital city.

During Phase 2, the Kushite King Piye invaded Egypt and established the 25th Dynasty. This dynasty united Egypt and Nubia, from the delta in the north to the ancient city of Napata in what is today the Northern state of Sudan. Napata was located along the Nile River near the fourth cataract and was destroyed by the Roman Empire in 23 BC. (Heritage Daily and Wikipedia)

Why does this make a difference in the study of the Lands of the Bible? Because, learning the history of the lands surrounding Israel and Egypt can help fill in information not included in the Bible and provide more context to biblical history.

For instance, during the reign of the biblical King Hezekiah, the Assyrian army led by King Sennacherib of Nineveh swept through the outlying cities of Judah and came very close to sacking the capital city of Jerusalem. The story is told in 2 Kings 18-19 and again in Isaiah 36-7. Read our March 2, 2018 Thinker Update, entitled “Evidence Isaiah was Real, not Fictional”

2 Kings 19:9 and Isaiah 37:9 both state that Kushite King Piye’s son Taharqa, who was pharaoh over Egypt at the time, came to the aid of King Hezekiah during this crisis. NOTE: His name is spelled “Tirhakah” in the biblical account and Kush is “Cush.”

Hearing of the rumored advance of Taharqa’s military, induced the Assyrians to send a menacing letter to Hezekiah, hoping that the king of Judah might immediately surrender his capital. King Sennacherib ended up not attacking Jerusalem, but returned to Nineveh. The Bible records what happened this way:

And that night the angel of the LORD went out and struck down 185,000 in the camp of the Assyrians. And when people arose early in the morning, behold, these were all dead bodies. Then Sennacherib king of Assyria departed and went home and lived at Nineveh. – 2 Kings 19:35-36 (ESV)

Spencer points to a spot on a magnetometry map outside of the settlements which might once have been a river. (Credit: Neil Brandvold/Undark)

Not Always A Desert

Another reason to pay attention to lands surrounding Israel and Egypt is that what happens to one often happens to the other.

In our May 5, 2018 Thinker Update, we presented evidence that the Negev, a desert region in southern Israel, may not always have been so dry. Archaeologists have excavated pigeon coops dated to 600 AD where pigeons were kept.

Considering the size of the birds and the distance from urban areas, archaeologists conclude these pigeons were kept to produce agricultural fertilizer. Their droppings—high in phosphorus, potassium and nitrogen content—are still used as soil nutrients in some parts of the Middle East.

The existence of pigeon coops indicates the Negev, hundreds of years ago, may have had a wetter climate and produced abundant crops.

What archaeologists are finding in Nubia confirms this regional change in climate. Neal Spencer with his magnetometer has not only uncovered pyramids and burial mounds beneath the shifting sands, but evidence of a wetter time in the history of northern Africa, according to Undark.

Holding a map created from his magnetometer signals, Spencer points to a spot under the dunes where a river may have flowed many hundreds of years ago.

Michaela Binder, an Austrian bio-archaeologist working with Spencer, notes that bodies exhumed in this area exhibit signs of malnutrition and chronic lung disease, which suggest that farms failed as drought spread and airways deteriorated from all the sand in the air. “Not a lot of people made it past 30,” she told Undark.

These findings lead researchers like Spencer and Binder to believe this Nubian community did not end through armed conflict or internal weakness, but that a changing climate drove people out.

Getting the Timeline Right

Here’s a final thought on why we should pay attention to archaeology being done in surrounding lands like ancient Nubia. Not only do these lands share a similar climate history, they share a similar chronology.

For instance, in our film Patterns of Evidence: The Exodus, we highlight a strong pattern of evidence in the ground matching the account of the the children of Israel arriving in Egypt, multiplying, becoming enslaved, and then leaving Goshen, near the end of Egypt’s Middle Kingdom, when Egypt was devastated by the judgment of the Exodus. This timing is contrary to the view of the majority of scholars, who date the Exodus to the time of the New Kingdom’s Pharaoh Ramesses II. The Middle Kingdom stretched from about 2040-1640 BC according to standard chronology, but from about 1890-1450 BC (if the 13th Dynasty is included) in the New Chronology proposed by Egyptologist David Rohl.

In the standard view of history, the pattern of archaeological evidence matching the Exodus found in Egypt’s Middle Kingdom (bottom level of the wall) is about two centuries too early to be linked to the events related to the Exodus story (middle level). – copyright 2014 Patterns of Evidence LLC.

With the New Chronology, Egypt’s overinflated Third intermediate Period is reduced, causing earlier periods of Egypt’s history to shift forward in time, while the independent biblical timeline is unaffected. The result is that the pattern of evidence matching the Exodus now fits the biblical dates. – copyright 2014 Patterns of Evidence LLC.

Interestingly, during its Middle Kingdom, Egypt expanded south into Nubia, constructing several enormous fortresses on the Nile River below the second cataract. (Nubia: Wikipedia) Some of these forts seem to have been far too large for any military need at that time. This happens to fit the timing of the spike in the centralized power and wealth of pharaohs Senusret III and Amenemhat III, which fits the pattern of evidence for Joseph bringing in all the wealth of the region to Pharaoh during a seven-year drought as described by the Bible.

Also fitting the pattern for the Judgment step of the biblical sequence of events, is the fact that the Egyptian forts, such as the largest – Buhen, fell into Kushite hands without evidence of major conflict near the end of the 13th Dynasty. In this same period, the rest of Egypt experienced a general collapse.

This is the only time in a thousand years of history that Egypt was so low that it was dominated by foreign powers. The Hyksos swept in to take control of northern Egypt “without striking a blow” as the historian Manetho recorded. Certainly, this matches the devastation and power vacuum that would have occurred from the plagues, the sudden departure of Egypt’s slave force, and the loss of their army at the sea crossing that is described in the Bible’s account of Exodus. In fact, forty years after the Exodus, Moses wrote that Egypt was still in a state of devastation.

…and how the LORD has destroyed them to this day, – Deuteronomy 11:4 (ESV)

The lack of evidence for such troubles in Egypt during the New Kingdom is a major cause of skepticism regarding the Bible’s Exodus account among most mainstream scholars. The evidence matching the Exodus in the Middle Kingdom is generally dismissed as a coincidence, because most are unwilling to question their views of either the biblical or Egyptian timeline. However, the evidence pointing to the need for a reassessment goes far beyond biblical events, to significant anomalies in the histories of all the nations surrounding Egypt that depend on its timeline to date their histories.

What will future archaeological finds along the upper Nile tell us about this period in Egyptian history at the lower end of the Nile? Will what we learn about ancient Nubia help us get the time-line right and be able to more accurately date biblical events?

 

Keep thinking . . .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s