Découverte de lettres invisibles sur des fragments de manuscrits de la mer Morte

Découverte de lettres invisibles sur des fragments de manuscrits de la mer Morte

par Dave Aeilts | 18 mai 2018 | Preuves | Témoignages |

Invisible Letters Discovered on Dead Sea Scroll Fragments

Travaux de préservation d’un manuscrit de la mer Morte. (Crédit : Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Times of Israel).

Le roi répondit et dit à Daniel : « En vérité, ton Dieu est le Dieu des dieux et le Seigneur des rois, et un révélateur de mystères, car tu as été capable de révéler ce mystère ». – Daniel 2:47 (ESV)

Dans les années 1950, les archéologues ont découvert les manuscrits de la mer Morte dans des grottes près de Qumran sur la Grande Mer Salée. Sept décennies se sont écoulées. Ne devrions-nous pas nous attendre à ce que tous les mystères de ces parchemins qui s’effritent aient déjà été révélés ? Apparemment pas.

Plus tôt ce mois-ci, l’Autorité israélienne des antiquités (IAA) a accueilli une conférence à Jérusalem pour célébrer le 70e anniversaire de la récupération des manuscrits de la mer Morte. Lors de cette conférence, ils ont révélé de nouvelles informations.

Dans les années 50, des centaines de fragments de parchemins étaient stockés dans des boîtes de cigares. Ils n’ont jamais été analysés parce qu’ils ne semblaient pas avoir quoi que ce soit imprimé sur eux. Pourquoi des boîtes à cigares ? Il s’agissait des conteneurs Tupperware® des archéologues des années 1950, selon le Times of Israel. Les archivistes ont gardé ces boîtes dans un climat contrôlé de sorte que l’état des fragments n’a pas changé – ces fragments sont exactement comme lorsqu’ils ont été trouvés.

« Habituellement, les érudits s’occupent des matériaux des manuscrits de la mer Morte après qu’ils ont été nettoyés et traités « , a déclaré Oren Abelman, un érudit travaillant à l’AAI. « Ces fragments n’ont jamais été nettoyés et traités. » Certains étaient pliés et d’autres étaient en boules dans la boîte, a-t-il dit au Times.

A fragment of Deuteronomy found at Qumran, as seen by the naked eye. (Credit: Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz)

 

Fragment de Deutéronome trouvé à Qumran, vu à l’œil nu. (Crédit : Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz)

Le fragment du Deutéronome après imagerie au laboratoire scroll de l’Autorité de l’Antiquité d’Israël. (Crédit : Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz)

Plus tôt cette année, à des fins de gestion des stocks, un archiviste a commencé à examiner les fragments dans une seule boîte de cigares. La plupart semblaient vides, mais ce qu’il a trouvé l’a étonné. Sous la lumière infrarouge et plus tard sous l’imagerie multispectrale, il a détecté des lettres hébraïques sur de nombreux fragments. Dans certains cas, le lettrage de parties achevées de manuscrits précédemment découverts ; dans d’autres cas, le lettrage sur les fragments laissait entendre l’existence d’autres manuscrits non découverts ; et dans un cas, le fragment contenait une forme d’hébreu ancien suggérant que les écritures de l’Ancien Testament ont été écrites beaucoup plus tôt qu’on ne le pensait.

Qui a trouvé les lettres ?

Le héros de cette histoire était l’Américain Oren Ableman, qui, en plus de son travail à l’IAA, poursuit son doctorat à l’Université hébraïque de Jérusalem. Équipé d’un microscope infrarouge attaché à un ordinateur, Abelman a regardé le premier morceau de parchemin dans la boîte. A son grand étonnement, il a pu distinguer sur cette surface des lettres qui semblaient vierges à l’œil nu.

C’est ainsi que le premier fragment et 11 autres ont été photographiés avec une caméra multispectre utilisant 28 types de lumière allant du vert au bleu, au rouge et à l’orange, selon le Jerusalem Post. La caméra a été conçue par la NASA spécifiquement pour l’archivage des manuscrits de la mer Morte. Encore plus de lettres et de mots complets sont apparus sous cette imagerie avancée.

La découverte de nouveaux mots sur un vieux parchemin a été annoncée par l’IAA au Musée d’Israël début mai, lors d’un événement intitulé  » The Dead Sea Scrolls at Seventy ? « Dégagez un sentier dans la nature sauvage. » Les organismes de presse ont eu l’occasion d’interviewer Abelman et d’autres personnes qui ont participé au projet.

Oren Ableman examinant les traces d’encre sur des fragments de rouleau. (Crédit : Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz).

Ce que l’imagerie avancée a révélé

Voici ce que les érudits ont appris en photographiant numériquement 12 morceaux de parchemin stockés au fond d’une boîte de cigares.

1) Ils ont trouvé un mot qui manquait dans une copie par ailleurs complète du Psaume 147. Selon le Times of Israel, le mot « zamra » a informé les érudits que la version trouvée dans la grotte 11 à Qumran était un mot plus long que la version utilisée dans le culte hébreu et chrétien d’aujourd’hui. Note : Ceci devrait nous rassurer davantage que les écritures n’ont pas changé de façon significative puisqu’elles nous ont été transmises par des scribes méticuleux au cours des siècles.

2) Ils ont trouvé un fragment de ce qui est connu sous le nom de Parchemin du Temple, qui dit comment les rituels devraient être exécutés dans la 2ème période du Temple, dit le Times. Le 2ème Temple a commencé comme une modeste structure construite pour remplacer le Temple de Salomon par des exilés juifs revenant de Babylone à Jérusalem. La première version, terminée en 516 av. J.-C., a ensuite été mise à niveau massivement par Hérode le Grand. Le 2e Temple a été détruit par l’armée romaine en 70 ap. Le fait que ce fragment de rouleau est différent (en termes de style d’écriture manuscrite) des deux rouleaux de temple connus, indique qu’il peut s’agir d’un fragment d’un troisième rouleau de temple non encore découvert.

3) Ils ont également trouvé un fragment de Deutéronome qui ne correspond à aucun des manuscrits trouvés dans les grottes. « Le fragment contient des lettres écrites dans une ancienne écriture hébraïque connue sous le nom de Paléo-Hébreu « , a déclaré Abelman au Jerusalem Post. « Cela soulève la possibilité qu’il appartenait à un manuscrit encore inconnu. »

Le texte ancien montré dans ce dessin a été découvert sur un éclat de poterie de Khirbet Qeiyafa Israël, que certains chercheurs croient être le plus ancien exemple connu d’écriture hébraïque. (Crédit : Université de Haifa/Live Science)

Cette écriture paléo-hébraïque (également connue sous le nom d’hébreu ancien) présentait des similitudes avec l’écriture découverte en 2008-9 par l’archéologue Yosef Garfinkel à Khirbet Qeiyafa, en Israël. L’inscription a été trouvée sur un éclat de poterie datant du Xe siècle avant J.-C. (période du 1er Temple). Certains chercheurs proposent que le texte sur le tesson de poterie est le plus ancien exemple connu de l’écriture hébraïque ancienne utilisée pendant la première période du Temple. D’autres contestent cette revendication et la qualifient de langue cananéenne. Comme la plupart des érudits datent l’origine de la plus ancienne écriture hébraïque du Xe siècle avant J.-C. (près de cent ans après le roi David), ils pensent que la Bible hébraïque a dû être écrite plus tard.

Moïse écrivit cette loi et la donna aux prêtres, fils de Lévi, qui portaient l’arche de l’alliance de l’Éternel, et à tous les anciens d’Israël. – Deutéronome 31:9 (ESV)

Certains savants chrétiens et juifs conservateurs soutiennent l’idée que la Bible a commencé à être écrite à l’époque de Moïse. De nombreux points de vue différents de la ligne du temps biblique signifient que les estimations pour la date de la paternité de Moïse (le temps de l’Exode et les 40 années suivantes dans le désert) vont de 1600-1200 av. Cependant, la grande majorité des chercheurs croient que les premiers livres de la Bible hébraïque n’ont commencé à être écrits qu’entre le VIIe et le IVe siècle av.

Gershon Galil, professeur d’études bibliques à l’Université de Haïfa, qui a déchiffré le texte de Garfinkel et l’a identifié comme une forme ancienne de l’hébreu, dit qu’il est évident que la paternité de la Bible hébraïque était possible plus tôt (ce que la plupart des érudits le croient).

« Il indique que le Royaume d’Israël existait déjà au Xe siècle av. J.-C. et qu’au moins certains des textes bibliques ont été écrits des centaines d’années avant les dates présentées dans les recherches actuelles « , dit Galil dans un numéro 2010 de Live Science.

Selon Galil, Paléo-Hébreu existait à une époque où le roi David et son fils Salomon auraient régné en monarchie unie sur les douze tribus d’Israël. Consultez notre bulletin Thinker Update du 29 avril intitulé « Mole Rats Suggest David was Real King » pour une discussion sur les avantages et les inconvénients d’une monarchie unie.

Non seulement les mots eux-mêmes, mais la signification de ce que disent les mots sur les manuscrits de la mer Morte est importante pour le professeur Esther G. Chazon, responsable du programme de doctorat d’Abelman. « Ce qui excite le monde, c’est ce que nous creusons de la terre, a-t-elle dit au Times. « mais c’est le sens qui a l’impact. »

Et Moïse écrivit toutes les paroles de l’Éternel… – Exode 24:4 (ESV)

Il est intéressant de noter que l’écriture paléo-hébraïque de la première période du Temple était encore peu utilisée dans les manuscrits trouvés parmi les manuscrits de la mer Morte. Cependant, ce qui est plus intrigant est le fait qu’une écriture alphabétique encore plus ancienne a émergé dans la région de l’Egypte et du Sinaï des centaines d’années plus tôt que la première période du Temple. Comme nous l’avons vu dans une série précédente en trois parties, ce texte est connu sous le nom de Proto-Sinaïtique, et quelques chercheurs affirment que cet alphabet le plus ancien du monde représente en fait la première forme écrite de l’hébreu qui a été inventé avant l’époque de l’Exode. Cela signifierait qu’il aurait été disponible pour que Moïse l’utilise pour écrire du matériel pour les premiers livres de la Bible, comme la Bible elle-même le prétend. La prochaine série de films Patterns of Evidence continuera d’explorer cette question importante.

Quelle nouvelle signification les érudits trouveront-ils dans les rouleaux vieux de 70 ans qui changeront notre perspective sur la date à laquelle les Écritures ont été écrites, et nous donneront une image plus précise du récit biblique ?

L’imagerie numérique du fragment au premier plan a permis aux chercheurs de compléter la première ligne du psaume 147 sur un rouleau récupéré dans les grottes de Qumran. (Crédit : Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz)

Selon Abelman, il y a 19 autres boîtes de cigares contenant des fragments qui n’ont pas été inspectés par imagerie infrarouge ou numérique. Tenant une petite boîte de fragments sur laquelle il travaillera ensuite, le jeune érudit a ramassé un morceau de fragments et l’a tenu en l’air. « Dans ce morceau qui n’a pas encore été vérifié, il y a une possibilité[de trouver d’autres morceaux de ce qui pourrait être le parchemin manquant] », a-t-il dit au Post.

Continuez à réfléchir.

Postes de penseurs récents

Mise à jour sur les voyages d’été : Tournage et notes de terrain
Quel roi biblique ont-ils déterré ?
Pièces Anciennes Découvertes d’Ezra & Nehemiah Era

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

=========================   full english version =============================

Preservation work of a Dead Sea Scroll. (Credit: Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Times of Israel).

The king answered and said to Daniel, “Truly, your God is God of gods and Lord of kings, and a revealer of mysteries, for you have been able to reveal this mystery.” – Daniel 2:47 (ESV)

In the 1950s, archaeologists recovered the Dead Sea Scrolls from caves near Qumran on the Great Salt Sea. Seven decades have passed. Shouldn’t we expect all the mysteries of these crumbling parchments to have been revealed by now? Apparently not.

Earlier this month, the Israeli Antiquities Authority (IAA) hosted a conference in Jerusalem celebrating the 70th Anniversary of the Dead Sea Scrolls recovery. At this conference, they revealed new information.

Back in the 50s, hundreds of scroll fragments were stored in cigar boxes. They were never analyzed because they did not appear to have anything printed on them. Why cigar boxes? They were the archaeologists’ Tupperware® containers of the 1950s, according to the Times of Israel. Archivists have kept these boxes in a controlled climate so the condition of the fragments has not changed – these fragments are exactly like they were when found.

“Usually scholars are dealing with Dead Sea Scrolls materials after they’ve been cleaned and treated,” said Oren Abelman, a scholar working at the IAA. “These fragments were never cleaned and treated.” Some were folded and others were in wads in the box, he told the Times.

A fragment of Deuteronomy found at Qumran, as seen by the naked eye. (Credit: Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz)

The Deuteronomy fragment after imaging at the scroll lab of the Israel Antiquity Authority. (Credit: Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz)

Earlier this year, for purposes of inventory management, an archivist began to examine the fragments in just one cigar box. Most appeared blank, but what he did find amazed him. Under infrared light and later under multispectral imaging, he detected Hebrew lettering on many of fragments. In some cases, the lettering completed portions of previously discovered manuscripts; in other cases, lettering on the fragments hinted at the existence of other undiscovered scrolls; and in one instance, the fragment contained a form of ancient Hebrew suggesting that the Old Testament scriptures were written down much earlier than thought.

Who Found The Letters?

The hero in this story was the American-born Oren Ableman, who besides his work at the IAA is pursuing his doctorate at Hebrew University in Jerusalem. Equipped with an infrared microscope attached to a computer, Abelman looked at the first piece of parchment in the box. To his amazement, he was able to make out letters on this surface which appeared blank to the naked eye.

This led to the first fragment and 11 others being photographed with a multi-spectrum camera using 28 types of light ranging from green to blue, red and orange, according to The Jerusalem Post. The camera was designed by NASA specifically for archiving the Dead Sea Scrolls. Even more letters and complete words appeared under this advanced imaging.

The discovery of new words on old parchment was announced by the IAA at the Israel Museum in early May, during an event called “The Dead Sea Scrolls at Seventy? ‘Clear a Path in the Wilderness’.” News organizations were given the opportunity to interview Abelman and others who participated in the project.

Oren Ableman examining ink traces on scroll fragments. (Credit: Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz.)

What Advanced Imaging Revealed

Here is what the scholars learned from digitally photographing 12 pieces of parchment stored in the bottom of a cigar box.

1) They found a word that had been missing from an otherwise complete copy of Psalm 147. According to the Times of Israel, the word “zamra” informed scholars that the version found in Cave 11 at Qumran was one word longer than the version used in today’s Hebrew and Christian worship. Note: This should further reassure us that the scriptures have not significantly changed as they were handed down to us by meticulous scribes over centuries.

2) They found a fragment of what is known as the Temple Scroll, which told how rituals should be performed in the 2nd Temple Period, said the Times. The 2nd Temple began as a modest structure built to replace Solomon’s Temple by Jewish exiles returning to Jerusalem from Babylon. The early version, finished in 516 BC, was later massively upgraded by Herod the Great. The 2nd Temple was destroyed by the Roman army in AD 70. The fact that this scroll fragment is different (in terms of the handwriting style) from the two known Temple Scrolls, indicates it may be a fragment from a 3rd Temple Scroll still undiscovered.

3) They also found a fragment of Deuteronomy that does not fit any of the manuscripts found in the caves. “The fragment contains letters written in an ancient Hebrew script  known as Paleo-Hebrew,” Abelman told the Jerusalem Post. “This raises the possibility that it belonged to a still unknown manuscript.”

The ancient text shown in this drawing was discovered on a shard of pottery from Khirbet Qeiyafa Israel, which some scholars believe to be the earliest known example of Hebrew writing. (Credit: University of Haifa/Live Science)

This Paleo-Hebrew script (also known as Old Hebrew) bore similarities to writing discovered in 2008-9 by archaeologist Yosef Garfinkel in Khirbet Qeiyafa, Israel. The inscription was found on a shard of pottery that has been dated back to the 10th Century BC (the 1st Temple Period). Some scholars propose that the script on the pottery shard is the oldest known example of the Old Hebrew script used during the 1st Temple Period. Others dispute this claim and favor calling it a Canaanite language. Since most scholars date the origin of the oldest Hebrew script to the 10th Century BC (nearly a hundred years after King David), they reason that the Hebrew Bible must have been written later.

Then Moses wrote this law and gave it to the priests, the sons of Levi, who carried the ark of the covenant of the LORD, and to all the elders of Israel. – Deuteronomy 31:9 (ESV)

Some conservative Christian and Jewish scholars hold to the idea that the Bible began to be written at the time of Moses. Many different views of the biblical timeline mean that estimates for the date of Moses’ authorship (the time of the Exodus and the following 40 years in the wilderness) range from about 1600-1200 BC. However, the vast majority of mainstream scholars believe that the early books of the Hebrew Bible only began to be written in the period from the 7th to 4th centuries BC.

Dr. Gershon Galil, professor of biblical studies at the University of Haifa, who deciphered the Garfinkel text and identified it as an ancient form of Hebrew, says it is evidence that earlier (than most mainstream scholars believe) authorship of the Hebrew Bible was possible.

”It indicates that the Kingdom of Israel already existed in the 10th century BC and that at least some of the biblical texts were written hundreds of years before the dates presented in current research,” Galil is quoted as saying in a 2010 issue of Live Science.

By Galil’s reckoning, Paleo-Hebrew existed at a time when King David and his son, Solomon, are said to have reigned in a United Monarchy over the twelve tribes of Israel. See our April 29 Thinker Update entitled “Mole Rats Suggest David was Real King” for a discussion on the pros and cons of a United Monarchy.

Not only the words themselves, but the significance of what the words on the Dead Sea Scrolls are saying is important to Prof. Esther G. Chazon, head of Abelman’s doctoral program. “What excites the world is what we dig from the earth,” she told the Times. “but it’s the meaning of it that has the impact.”

And Moses wrote down all the words of the LORD… – Exodus 24:4 (ESV)

It is interesting that the Paleo-Hebrew script from the First Temple Period was still in limited use in manuscripts found among the Dead Sea scrolls. However, what is more intriguing is the fact that an even earlier alphabetic script emerged in the area of Egypt and the Sinai hundreds of years earlier than even the 1st Temple Period. As covered in a previous 3-part Thinker series, this script is known as Proto-Sinaitic, and a few scholars are making the controversial claim that this oldest alphabet in the world actually represents the first written form of Hebrew that was invented before the time of the Exodus. This would mean that it would have been available for Moses to use to write material for the first books of the Bible, as the Bible itself claims. The next Patterns of Evidence film series will continue to explore this important issue.

What new meaning will scholars find in the 70-year-old scrolls that will change our perspective on when the Scriptures were written, and give us a more accurate image of the biblical record?

Digital imaging of the fragment in the foreground has enabled researchers to complete the first line of Psalm 147 on a scroll recovered from the Qumran caves. (Credit: Shai Halevi, The Leon Levy Dead Sea Scrolls Digital Library/Haaretz)

According to Abelman, there are 19 more cigar boxes containing fragments that have not been inspected under infrared or digital imaging. Holding up a small box of fragments he will be working on next, the young scholar picked up a chunk of fragments and held it up. “In this chunk that hasn’t been checked yet, there is a possibility [to find more pieces of what could be the ‘missing’ scroll].” he told the Post.

Keep thinking.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s