Axe Gog-Magog : A quoi jouent Trump, Poutine, Macron, Erdogan, Bachar-El-Assad, Netanyahu, May, Rafandjani,… et l’Onu ?

« Oracle sur Damas. Voici, Damas ne sera plus une ville, elle ne sera qu’un monceau de ruines » (Ésaïe 17 :1).

La Bible contient de nombreuses prophéties qui s’exécutent suivant le Plan de D.ieu. L’une d’entre elles concerne la ville de Damas. Elle ne s’est jamais réalisée.  Bachar al-Assasd rêve de détruire l’aéroport international de Tel-Aviv, Les iraniens promettent une réponse cinglante après l’intervention israélienne  en Syrie. Avigdor Lieberman, ministre israélien de la défense nationale, n’écarte aucune option !

 Dans le même temps, les USA, La France et l’Angleterre pourraient bombarder le régime Syrien et en particulier les bases militaires de Bachar Al-Assad liées aux attaques chimiques. La russie , alliée de la Syrie, prévient qu’elle répondra. Il est évident que les « maillons faibles » de l’alliance américano-européenne-israël sont la France ou l’Angleterre  pour la Russie et Israël pour Assad, qui souhaite étendre le conflit à Israël. Cette situation est très critique nous n’avons jamais été aussi proche d’un conflit généralisé.

Ironie du sort : La Syrie présidera le mois prochain le Forum des Nations Unies sur le désarmement qui a abouti au traité interdisant les armes chimiques, révèle mercredi l’ONG UN Watch.

Que D.ieu garde son peuple et les « gens de bonne volonté » , Amen !

 

Voici quelques articles de ce jour, décrivant la situation dramatique.

========================================================

Escalade « dangereuse » entre les Etats-Unis et la Russie sur la Syrie

Conflit en Syrie: Trump dégaine et menace, Poutine réplique
Conflit en Syrie: Trump dégaine et menace, Poutine réplique 19h30 / 1 min. / hier à 19:30
La Syrie a dénoncé mercredi comme une « escalade dangereuse » les menaces de frappes du président américain Donald Trump contre son territoire. Alliée de Damas, la Russie s’est dite prête à « abattre les missiles » américains.

« Nous ne sommes pas étonnés par cette escalade dangereuse en provenance d’un régime comme celui des Etats-Unis qui a parrainé et parraine encore le terrorisme en Syrie », a indiqué une source du ministère des Affaires étrangères syrien, citée par l’agence de presse Sana.

L’éventualité de frappes aériennes occidentales s’est renforcée mardi soir après le veto russe à un projet de résolution américain au Conseil de sécurité de l’ONU. Le texte visait à instaurer un mécanisme d’enquête sur le recours présumé aux armes chimiques en Syrie. Samedi, une attaque chimique présumée et attribuée au régime de Damas avait fait des dizaines de morts dans la Ghouta orientale.

>> Voir l’entretien avec le journaliste spécialiste de la Syrie Georges Malbrunot dans le 19h30:

Conflit en Syrie: les précisions de Georges Malbrunot, journaliste, spécialiste de la Syrie
19h30 – Publié hier à 19:30

Les missiles « arrivent »

Dans une série de tweets matinaux dont il est coutumier, le président américain Donald Trump a prévenu Moscou de l’imminence d’une intervention militaire. « La Russie promet d’abattre tous les missiles tirés contre la Syrie. Tiens-toi prête, Russie, parce qu’ils arrivent, beaux et neufs », a-t-il écrit sur le réseau social.

« Vous ne devriez pas être les partenaires d’un animal qui tue son peuple avec des gaz et s’en réjouit! », a ajouté Donald Trump, faisant allusion au président syrien, Bachar al-Assad.

« Bagarre de rue »

De son côté, la Russie n’a pas tardé à réagir aux propos de la Maison Blanche. Après avoir averti la veille qu’elle « abattrait n’importe quel missile tiré sur la Syrie », elle a mis en garde contre tout acte qui déstabiliserait la région. « L’idée serait-elle d’effacer rapidement les traces de provocations par des frappes de missiles intelligents, et les inspecteurs n’auront plus rien à trouver en termes de preuves? », s’est interrogée sur Facebook la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova.

>> Lire aussi: La Russie avertit des « conséquences » de frappes occidentales en Syrie 

Acteur clé du dossier syrien, la Turquie a également fait entendre sa voix mercredi, appelant Russes et Américains à mettre un terme à leur « bagarre de rue ».

agences/ta

Publié hier à 16:09 Modifié hier à 20:50

========================================================

Le chef criminel arabe, Bachar al-Assad, rêve d’attaquer Ben Gourion avec 10 tonnes de bombes et de missiles


Le chef criminel arabe, Bachar al-Assad, rêve d’attaquer Ben Gourion avec 10 tonnes de bombes et de missiles

La dérive du Boucher de Damas a franchi un nouveau palier.Le dictateur sanguinaire syrien a fait part de sa ferme volonté de détruire l’aéroport international Ben Gourion de Tel-Aviv. Lors d’une rencontre avec ses commandants militaires, il s’est exprimé en ces termes : « nous voudrions un avion de combat transportant 10 tonnes d’explosifs pour détruite  Ben Gourion. »

Après avoir massacrer une partie de son peuple-  plus de 500 000 morts- le pyromane syrien a fait part de sa ferme volonté de déclarer la guerre à l’État d’Israël. Penserait t-il que les juifs sont sans défense comme au XXe siècle ?

« Après l’attaque menée par Israël contre la base aérienne T4 à Homs, Bachar al-Assad, président syrien, a tenu une réunion de quelques heures avec les commandants de l’armée syrienne. Il semble que le président syrien ait dit à ses commandants être prêt à entrer en guerre, quel qu’en soit le prix », a écrit le quotidien arabe Intikhab Addiyar.

« Nous paierons le prix requis pour préserver notre dignité et la civilisation syriennes et nous vaincrons ces pleutres sionistes, ceux-là mêmes qui se sont cachés derrière la technologie américaine », aurait prétendu le boucher de Damas.

Le journal ajoute qu’Assad a poursuivi en disant : « Nous les avons vaincus lors de la libération du sud du Liban, en 2006. Nous avons également neutralisé leur complot et cette fois nous les vaincrons directement. Préparez-vous à des opérations martyres contre les bases aériennes d’Israël. »

Assad aurait ajouté : « Chaque avion de combat doit transporter 10 tonnes de bombes et de missiles afin de faire exploser ces bases israéliennes. De plus, un autre chasseur doit transporter également 10 tonnes d’explosifs avant d’entrer dans l’espace aérien de l’aéroport international Ben Gourion au cœur de Tel-Aviv afin de détruire tous les avions qui s’y trouvent. »

S’adressant aux commandants de l’armée syrienne, le président syrien s’est exprimé en ces termes : « Un autre avion de combat transportant 10 tonnes d’explosifs sera nécessaire pour détruite les sites gaziers d’Israël en pleine mer. Nous nous battrons jusqu’à la dernière goutte de sang. La Syrie ne sera pas vaincue. Par contre, ce sera Israël qui sera vaincu, tout comme il l’a été au Liban en 2006. L’ère des mercenaires israéliens est révolue. »

Ce langage grossier  n’est point un signe de puissance ou de confiance en soi, mais témoigne d’une chute et d’une faiblesse face aux israéliens. Ce vacarme d’un adversaire faible ne fera pas craindre les Israéliens qui vont célébrer le 70e anniversaire d’indépendance.

Il faut reconnaître que les Arabes sont très forts dans les paroles et les menaces. Mais ils sont des faux guerriers. Ils soutiennent de manière abjecte le massacre et appellent même à l’extermination des juifs. Et dans ce registre monstrueux ils souhaitent, sauvagement, les extermine tous.

Heureusement que ces propos orduriers sortis des bouches de ces chefs arabes  restent  aux niveaux des paroles, car ils sont des incapables. Les ennemis d’Israël se rappelle bien des attaques israéliennes contre le réacteur nucléaire irakien de 1981 et le réacteur nucléaire syrien en 2007. Les deux attaques étaient légitimes parce qu’il y avait  des menace pour Israël. Aucun des deux pays n’avaient le courage, ni la force de riposter.

Même les iraniens, qui ont pris un coup dur cette semaine après l’attaque israélienne de  la base aérienne T4 à Homs, sont impuissants de répliquer après la mort de leurs conseillers militaires dans l’attaque de Tsahal contre la base aérienne T4 à Homs. Deux avions de combat F-15 israélien avaient tiré huit missiles sur la base aérienne.

L’attaque des Israéliens contre la base aérienne T-4  est une réussite pour l’aviation de Tsahal et elle fait suite à une attaque chimique contre des civils syriens dans la Ghouta orientale. Israel ne tolère pas  l’usage  de substances chimiques à Douma, dans la région de la Ghouta orientale.  Cette attaque vise aussi à préparer le terrain à une intervention militaire américaine  en Syrie.

Depuis l’aéroport de Damas, le conseiller  du Guide iranien pour les affaires internationales, Ali Akbar Velayati a déclaré que l’Iran soutenait fermement la Syrie. Et que la frappe israélienne contre l’aéroport militaire de T4 qui a coûté la vie à plusieurs conseillers militaires iraniens ne resterait pas sans réponse. Ali Akbar Velayati a affirmé ce mardi 10 avril dans la matinée lors d’un entretien accordé à la presse à l’aéroport de Damas, que la riposte iranienne à la frappe lancée par Israël contre les forces syriennes et les conseillers iraniens à l’aéroport T4 à Homs sera cinglante.

Velayati a déclaré que les conseillers iraniens ( connus en Iran sous le nom de « Défenseurs du sanctuaire de Zaynab », NDLR) continuent de se battre aux côtés du peuple syrien les ennemis de l’Oumma islamique, en particulier Israël et ses maîtres.

M. Velayati également secrétaire général de l’Assemblée mondiale de l’éveil islamique a déclaré : « Nous avons la conviction que la victoire est proche et que grâce à Dieu, nous expulserons bientôt les ennemis de la Syrie. »

Le conseiller du Guide suprême de la Révolution aux affaires internationales a également déclaré que Téhéran continuerait à développer ses relations stratégiques avec la Syrie.

Israel rayerait de la carte Damas et Assad.

Avigdor Lieberman, ministre israélien de la defense nationale , a menacé de faire payer cher au gouvernement syrien si l’Iran lançait une attaque contre Israël.Si l’Iran attaquait Israël en représailles à la frappe israélienne contre la base T4, la riposte de Jérusalem  serait d’« éliminer Assad ».

Lieberman a déclaré au quotidien Maariv que si Téhéran envisageait de porter préjudice aux intérêts israélien, il rayerait de la carte Damas et Assad.

« Je mets en garde l’Iran contre une telle décision, car Israël est déterminé à aller jusqu’au bout », a averti Lieberman.

« Nous contrerons à n’importe quel prix un renforcement de la présence militaire iranienne en Syrie. Si nous acceptons leur présence, cela signifiera que nous aurons déjà accepté la corde autour de notre cou et cela n’aura jamais lieu », a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent alors que les autres autorités sécuritaires et militaires israéliennes  avaient averti, ces derniers jours, que si l’Iran envisageait une riposte à une attaque multinationale contre la Syrie, Israël mettrait fin au gouvernement d’Assad.

Le ton des autorités américaines durcit 

L’ancien ambassadeur américain à l’ONU et l’actuel conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, soutient Israël. Le destroyer américain USS Donald Cook, armé de missiles de croisière Tomahawk, serait arrivé près du port de Tartous sur les côtes syriennes. Cela intervient alors que le président américain, Donald Trump, a promis, le lundi 9 avril, qu’une « décision majeure » serait prise sur la Syrie dans les prochains jours.

Donald Trump dit que le président russe Vladimir Poutine est responsable de l’usage des substances chimiques à Douma. L’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley, a prévenu que son pays mènerait une frappe militaire avec ou sans résolution du Conseil de sécurité.

Damas, qui  a peur, s’est dit prêt à coopérer avec les enquêteurs de l’Organisation pour interdiction des armes chimiques (OIAC) dans la Ghouta orientale.

Trump, qui avait déclaré il y a une semaine vouloir retirer ses forces militaires de Syrie, a décidé d’annuler son voyage à Lima, capitale du Pérou, où il voulait participer au Sommet des Amériques vendredi et samedi. En même temps, le président américain a envoyé un porte-avions équipés de missiles de croisière Tomahawk vers la Méditerranée orientale.

Tout porte à croire qu’après le raid des F-15 israéliens contre la base aérienne, il faut s’attendre à une nouvelle attaque  contre le regime criminel en Syrie par les forces militaires américaines, britanniques et françaises.

Il n’y a qu’une seule chose qui pourrait changer la réalité en Syrie : une grande intervention militaire américaine comparable à celle qui a eu lieu en Irak en 2003. Pourtant, un tel scénario serait très improbable, car sa réalisation aurait des conséquences très négatives pour les Etats-Unis, sans oublier le risque d’un affrontement direct avec la Russie, dont les forces sont présentes en Syrie dans plusieurs bases militaires.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

========================================================

 

L’ONU n’a pas honte : la Syrie va présider le Forum des Nations unies sur le désarmement chimique

Publié par Gaia – Dreuz le 11 avril 2018

La Syrie présidera le mois prochain le Forum des Nations Unies sur le désarmement qui a abouti au traité interdisant les armes chimiques, révèle mercredi l’ONG UN Watch.

“Le fait que le régime syrien de Bachar al-Assad préside au désarmement mondial des armes chimiques et nucléaires sera comme mettre un violeur en série en charge d’un refuge pour femmes”, a fustigé Hillel Neuer, directeur d’UN Watch.

UN Watch exhorte les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et tous les autres Etats membres et observateurs de refuser d’envoyer des ambassadeurs à toute réunion de ce forum de l’ONU qui est présidé par la Syrie, a-t-il poursuivi.

“Le régime d’Assad ne peut tout simplement pas être un président crédible de cet organe ou de tout autre organe des Nations Unies. L’utilisation par la Syrie d’armes chimiques mortelles, en violation de ses obligations de désarmement, va à l’encontre des objectifs et des principes fondamentaux de la Conférence du désarmement elle-même. La présidence syrienne ne fera que nuire à l’intégrité du cadre de désarmement et de l’ONU, et aucun pays ne devrait l’appuyer”, a-t-il insisté.

Samedi, la zone rebelle de la Ghouta, en Syrie, a été la cible d’une attaque chimique. Plusieurs éléments laissent à penser que du gaz sarin a été ajouté au chlore.

Selon les Casques blancs, un groupe de secouristes en zone rebelle, et l’ONG médicale Syrian American Medical Society (SAMS), l’attaque a fait au moins 48 victimes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Réuni pour la quatrième fois en six jours pour traiter de la question des armes chimiques, le Conseil de sécurité s’est une nouvelle fois déchiré, mercredi, à l’occasion d’un triple vote sur deux projets de résolution visant à mettre en place un nouveau mécanisme international d’enquête sur l’utilisation de telles armes en Syrie, et un troisième, minimaliste, qui apportait un “soutien sans réserve” à la Mission d’établissement des faits de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) dans ce pays. Aucun des textes n’a été adopté: la Fédération de Russie a opposé son veto à un projet de résolution des États-Unis, avant de voir ses propres textes rejetés par le Conseil.

Source : Lemondejuif.info

Une réponse à “Axe Gog-Magog : A quoi jouent Trump, Poutine, Macron, Erdogan, Bachar-El-Assad, Netanyahu, May, Rafandjani,… et l’Onu ?

  1. Pingback: Axe Gog-Magog : La récap.(oct.2019) | Actu Bible : Le blog des Actualités et de la Bible·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s