Gog-Magog : feu vert au déploiement d’une nouvelle génération de drones tueurs turcs contre les Kurdes

Turquie : feu vert au déploiement d’une nouvelle génération de drones tueurs turcs contre les Kurdes


Turquie : feu vert au déploiement d’une nouvelle génération de drones tueurs turcs contre les Kurdes

Une nouvelle génération de drones tueurs seront bientôt opérationnels au nord du Kurdistan en Syrie et en Irak. Les militaires turcs réfléchissent aux moyens appropriés pour faire payer aux Kurdes leur audace de resister au nord de la Syrie,  depuis le 21 janvier dernier. Le gouvernement  islamiste d’Ankara vient de donner son feu vert au déploiement de ces redoutables engins.

C’est sur une demande expresse du ministre de la Défense  turc que cette une nouvelle génération de drones armés made in Turquie entrera en actions. Ils seront autorisés à frapper leurs cibles en territoire syrien, de la frontière irakienne, à la frontière turque, partout où le besoin se fera sentir.

Au nombre de huit, ces engins sans pilote, assistés par une centaine de soldats, vont effectuer plusieurs missions concluantes en appui à l’armée turque contre les kurdes. Le commandement des opérations à Hatay, la région qui, au sud de la Turquie, jouxte l’enclave syrienne d’Afrin, va diriger et suivre sur des écrans la progression des drones militaires en action.

L’annonce de l’utilisation de ces engins redoutables, que sont les nouvelles générations des drones tueurs turcs, est mal appréciée par les acteurs de la société civile. Des voix s’élèvent pour dénoncer les risques de victimes collatérales civiles que sont les populations kurdes, majoritaires dans les zones de conflit au nord de la Syrie.

La famille Erdogan est propriétaire de l’entreprise de défense des drones militaires

Depuis le coup d’Etat raté de juillet 2016, la Turquie n’a de cesse de vouloir renforcer ses capacités militaires. Et son président a une obsession : se passer de plus en plus de ses partenaires étrangers et développer sa propre industrie.

L’entreprise qui produit ces drones militaires est dirigée par des membres de la famille du président Recep Tayyip Erdogan. L’un est Bilal Erdogan, son fils cadet, l’autre est Selçuk Bayraktar, son gendre, le mari de sa fille cadette, Sümeyye.

Jeune ingénieur formé aux Etats-Unis, Selçuk Bayraktar est le directeur technique de Baykar Makina, l’entreprise fondée par son père qui produit des drones armés et non armés pour l’armée turque. Le dictateur islamiste avait lui même visité cette firme pour constater les performances de ses engins et il s’est réjoui sur son compte Twitter : « Nos nouvelles technologies, authentiques, entament leur mission à Afrin. »

Le succès de Baykar Makina flatte les ambitions de Recep Tayyip Erdogan, soucieux de voir émerger une « nouvelle Turquie », offensive et sûre d’elle, moins dépendante de ses alliés occidentaux.

Partie de rien, l’entreprise familiale est devenue le principal fournisseur de drones pour l’armée qui les a utilisés dans le cadre de ses opérations au sud-est du pays.

Les attaques de drones turcs contre les populations kurdes  soulèvent des questions graves sur les violations du droit international qui pourraient s’apparenter à des crimes de guerre ou à des exécutions extrajudiciaires. L’impunité  qui entoure le gouvernement turc est un permis de tuer qui échappe aux tribunaux et est contraire aux normes essentielles du droit international.

Les drones turcs survolent les populations kurdes du nord-ouest de la Syrie vingt-quatre heures sur vingt-quatre, frappent des véhicules, des maisons et des espaces publics sans sommation. Leur présence terrorise les hommes, femmes et enfants, créant un traumatisme psychologique. Les gens doivent vivre dans la crainte permanente de pouvoir être frappés à tout moment par un bombardement meurtrier, sachant qu’ils n’ont aucun moyen de s’en protéger.

De plus en plus de voix s’élèvent d’ailleurs en Occident contre ces actions répétées par les turcs. De telles attaques constituent une violation flagrante du droit international. Les turcs bafouent la souveraineté de la Syrie et d’autres pays où elle effectue de telles attaques.

L’affirmation que les attaques de drones ciblent les personnes désignées comme « terroristes » par l’appareil militaire et du renseignement turc ne constitue guère une restriction, compte tenu des attaques sans discernement et de la pratique cynique qui consiste à coller à titre posthume l’étiquette de « combattant ennemi » à n’importe quel individu en âge de porter les armes tué par un missile tiré depuis un drone.

Les meurtres par missile de drone sont des crimes de guerre en vertu des Conventions de Genève, qui interdisent les attaques délibérées contre des civils ou les opérations militaires qui mettent délibérément en danger des civils.

Les frappes de missiles de drones turcs ayant pour cible des terroristes présumés, ont tué un total de 68 personnes dont beaucoup de femmes et d’enfants.

Le mois dernier une grand-mère kurde de 71 ans est tuée pendant qu’elle cueillait des légumes dans son champ avec ses petits-enfants, et d’un groupe d’ouvriers tués après une journée de travail. Dans les sources officielles turcs, les victimes sont décrites comme des terroristes. Mais, selon les kurdes, il s’agissait de civils nullement impliqués dans les combats.

Pas une seule voix influente politique ou médiatique arabe ne s’est élevée contre le fait qu’on a fait de l’assassinat un élément majeur de la politique étrangère turque. Les médias arabes sont bien conscients du bilan des morts kurdes par missiles de drone, mais ils le dissimulent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

Une réponse à “Gog-Magog : feu vert au déploiement d’une nouvelle génération de drones tueurs turcs contre les Kurdes

  1. Pingback: Axe Gog-Magog : La récap.(oct.2019) | Actu Bible : Le blog des Actualités et de la Bible·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s