L’un des deux derniers manuscrits de la mer Morte de Qumran Reconstruit, déchiffré, jette la lumière sur le calendrier juif alternatif.

JNi.media 21 janvier 2018 – Médias  -Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator
version originale en anglais après le texte en français

Une des grottes de Qumran où l’on a trouvé les manuscrits de la mer Morte.Eshbal Ratson et le professeur Jonathan Ben Dov du Département d’études bibliques de l’Université de Haïfa ont réussi à reconstruire et à déchiffrer l’un des deux derniers des quelque 900 manuscrits de Qumran, après une année de travail acharné d’assemblage de plus de 60 segments minuscules, écrits dans un code secret. Leur récompense fut une autre rencontre avec le calendrier unique de 364 jours de la secte du désert de Judée, ainsi que l’identification – pour la première fois – du nom donné par les membres du culte aux jours spéciaux de transition entre les quatre saisons.
Les fragments assemblés comprenant l’avant-dernier manuscrit de la mer Morte déchiffré / Crédit photo : Israel Antiquities Authority, la Leon Levy Library of the Dead Sea Scrolls.

La plupart des manuscrits de la mer Morte de Qumran découverts dans les années 1940 et 1950 ont déjà été restaurés et publiés. Parmi les petits morceaux de « mosaïque », certains d’entre eux plus petits qu’un centimètre carré, qui sont restés sans lecture qualifiée, il y avait environ 60 morceaux de parchemin écrits en écriture codée.

Un chercheur précédent qui a étudié les passages a affirmé qu’ils appartenaient à un certain nombre de parchemins différents. Ratson et Ben Dov, dans une étude financée par la National Science Foundation (ISF) et publiée dans le Journal of Biblical Literature (A Newly Reconstructed Calendrical Scroll from Qumran in Cryptic Script), il s’avère qu’ils font tous partie d’un seul parchemin.

Il ne reste plus qu’un seul parchemin qui n’a pas été restauré et publié, et les deux chercheurs y travaillent aussi.

La secte Qumran était un groupe juif extrémiste qui a quitté Jérusalem et a été persécuté par l’establishment au pouvoir entre 200 avant Jésus-Christ et 100 après Jésus-Christ. Ils ont écrit de nombreux manuscrits sur le cuir, le papyrus et le cuivre, dont les mieux conservés et les plus célèbres comprennent un manuscrit d’Isaïe, la Règle de la Communauté (aussi appelé Manuel de Discipline), la Guerre des Fils de Lumière contre les Fils des Ténèbres, ou Parchemin de Guerre, un rouleau d’hymnes d’action de grâce et un commentaire sur Habakkuk.

Le parchemin fragmenté qui vient d’être déchiffré traite du calendrier unique de 364 jours de la secte, qui représente un conflit majeur avec la tradition rabbinique : le calendrier juif est basé sur les cycles de la lune, que les rabbins ont adaptés au calendrier solaire – pour répondre aux exigences de la Torah telles que la Pâque au printemps et Sukkot pendant la saison des récoltes d’automne. À cette fin, le calendrier rabbinique a introduit un cycle de 19 ans qui comprend des années bissextiles avec un mois lunaire supplémentaire, afin de synchroniser les cycles lunaire et solaire.

Le calendrier Qumran utilisait un système de 364 jours, parfaitement divisé en 4 et 7, chaque jour férié tombant le même jour de la semaine chaque année. Les chercheurs de Haifa U. spéculent que cela reflétait la notion de perfection de la secte.

Le rouleau fragmenté énumère les dates principales selon le calendrier sectoriel, avec deux festivals uniques qui n’étaient pas mentionnés dans la Torah mais qui sont cités dans le « Temple Scroll » de Qumran en tant que fête de la récolte du vin et de l’huile. Ils étaient une extension du festival Shavuot, qui célèbre la récolte du blé. Selon ce calendrier, la fête du blé a eu lieu 50 jours après le Shabbat qui a suivi la Pâque, puis, 50 jours plus tard, la fête de la vendange, et 50 jours plus tard, la fête de la récolte de l’huile.

Le calendrier Qumran comprend également les célébrations des changements de saisons, un jour spécial pour chacune des quatre saisons, que le calendrier appelle Tkuffah (période), un terme utilisé dans la littérature rabbinique ultérieure.

Le parchemin nouvellement déchiffré éclaire également les coutumes des auteurs du parchemin. Il s’avère que celui qui a écrit le parchemin – probablement l’un des chefs de la secte qui connaissait le code secret – a oublié de mentionner certaines des dates communes, et un autre écrivain a dû corriger ses erreurs, en ajoutant les dates aux espaces entre les colonnes.

Le rouleau mentionne également un certain nombre de mots et d’expressions qui apparaissent plus tard dans le Talmud, témoignage du fait que les sages utilisaient un vocabulaire ancien qui s’est développé à l’époque du Second Temple.

Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator

One of Last Two Qumran Dead Sea Scrolls Reconstructed, Deciphered, Throwing Light on Alternative Jewish Calendar

0
Share on Facebook
Tweet on Twitter

 

Photo Credit: Alan Mayers via Flickr
One of the Qumran caves where the Dead Sea scrolls were found

Following a year’s strenuous labor of assembling more than 60 tiny segments, written in a secret code, Dr. Eshbal Ratson and Prof. Jonathan Ben Dov of the Department of Bible Studies at the University of Haifa succeeded in reconstructing and deciphering one of the last two out of about 900 Qumran scrolls. Their reward was another encounter with the unique 364-day calendar of the Judaean Desert sect, as well as the identification—for the first time—of the name given by the cult members to the special transitional days between the four seasons.

The assembled fragments comprising the next to last deciphered Dead Sea scroll / Photo credit: Israel Antiquities Authority, the Leon Levy Library of the Dead Sea Scrolls.

Most of the Qumran Dead Sea Scrolls discovered in the 1940s and 1950s have already been restored and published. Among the small “mosaic” pieces, some of them smaller than a square centimeter, which remained without a qualified reading, there were about 60 pieces of parchment written in a coded script.

An earlier researcher who studied the passages claimed that they belonged to a number of different scrolls. Now, with the interpretation of Dr. Ratson and Prof. Ben Dov, in a study funded by the National Science Foundation (ISF) and published in the Journal of Biblical Literature (A Newly Reconstructed Calendrical Scroll from Qumran in Cryptic Script), it turns out that they are all parts of a single scroll.

Now there remains only one scroll that has not been restored and published, and the two researchers are working on it, too.

The Qumran sect were an extremist Jewish group that left Jerusalem and suffered persecution by the ruling establishment between 200 BCE and 100 CE. They wrote many manuscripts on leather, papyrus, and copper, the best-preserved and most famous of which include an Isaiah Scroll; the Rule of the Community (also called the Manual of Discipline); The War of the Sons of Light Against the Sons of Darkness, or War Scroll; a scroll of thanksgiving hymns; and a commentary on Habakkuk.

The fragmented scroll that’s just been deciphered deals with the sect’s unique 364-day calendar, which represents a major dispute with the rabbinic tradition: the Jewish calendar is based on the cycles of the moon, which the rabbis adjusted to fit the solar calendar – to meet Torah requirements such as Passover falling in the Spring and Sukkot during the autumnal harvest season. To that end, the rabbinic calendar introduced a 19-year cycle that includes leap years with an extra lunar month, to synchronize the lunar and solar cycles.

The Qumran calendar used a 364-day system, perfectly divided into 4 and 7, with each holiday falling on the same day of the week each year. The Haifa U. researchers speculate that this reflected the sect’s notion of perfection.

The fragmented scroll lists the main dates according to the sectoral calendar, with two unique festivals that were not mentioned in the Torah but are cited in the Qumran “Temple Scroll” as the Wine Harvest and Oil Harvest festival. They were an extension of the Shavuot festival, which celebrates the wheat harvest. According to this calendar, the wheat festival took place 50 days after the Shabbat that followed Passover, then, 50 days later, came the wine harvest festival, and another 50 days later the oil harvest festival.

The Qumran calendar also includes celebrations of the changes of the seasons, a special day for each of the four seasons, which the calendar calls Tkuffah (period), a term being used in later rabbinical literature.

The newly deciphered scroll also sheds light on the customs of the scroll writers. It turns out that whoever wrote the scroll—probably one of the leaders of the sect who knew the secret code—forgot to mention some of the communal dates, and another writer had to correct his mistakes, adding the dates to the spaces between columns.

The scroll also mentions a number of words and expressions which later appear in the Talmud, a testimony to the fact that the sages were using an ancient vocabulary that developed in the Second Temple period.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :