L’HOMME BLESSE d’après la parabole du BON SAMARITAIN.

Il faut rester vigilant et ne pas froisser ceux qui ont besoin de la vraie lumière. Quelquefois nous sommes nous même dans la pénombre et il est bon que quelqu’un nous aide à ce moment là.   J’avais bien aimé la chanson de Keith Green (Chanteur Auteur Compositeur Américain) sur cette parabole, où Keith se met à la place de l’homme qui descendait de Jérusalem.Je vous propose de méditer LUC Chap 10: 30.

 

Luc 10 30  Jésus reprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s’en allèrent, le laissant à demi mort.10:31 Un sacrificateur, qui par hasard descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre.10:32 Un Lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, l’ayant vu, passa outre.10:33 Mais un Samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu’il le vit.10:34 Il s’approcha, et banda ses plaies, en y versant de l’huile et du vin ; puis il le mit sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie, et prit soin de lui.10:35 Le lendemain, il tira deux deniers, les donna à l’hôte, et dit : Aie soin de lui, et ce que tu dépenseras de plus, je te le rendrai à mon retour.10:36 Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?10:37 C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même.

Il est dit que cet homme descendait de Jérusalem à Jéricho.

  • Jérusalem la ville sainte, là ou se trouvait le temple et où l’on pouvait s’approcher de Dieu.
  • Jéricho la ville maudite par Josué, l’une des villes les plus basses en altitude au monde (Sodome et Ghomore n’existaient plus), l’antithèse de Jérusalem.

 

Jéricho est une ville spéciale dans la Parole. Elle est non seulement basse en altitude, ce qui symbolise une bassesse spirituelle, mais elle fût maudite par Josué après la bataille durant laquelle elle fût prise:

Josué 6:26  Ce fut alors que Josué jura, en disant : Maudit soit devant l’Éternel l’homme qui se lèvera pour rebâtir cette ville de Jéricho ! Il en jettera les fondements au prix de son premier-né, et il en posera les portes au prix de son plus jeune fils.[…]

 Cette malédiction fût accomplie par Hiel :

  1Rois 16:34  De son temps, Hiel de Béthel bâtit Jéricho ; il en jeta les fondements au prix d’Abiram, son premier-né, et il en posa les portes aux prix de Segub, son plus jeune fils, selon la parole que l’Éternel avait dite par Josué, fils de Nun.[…]

Quelque fois, nous sommes comme cet homme nous nous éloignons des choses saintes (Jérusalem) et descendons vers les choses terrestres et viles (Jéricho). Quelque fois heureusement nous croisons un bon samaritain qui nous vient en aide.  Le Samaritain était un babylonien qui avait émigré avec les juifs de retour dans leur pays. Il n’était pas juif mais avait assimilé partiellement la religion juive. Il n’avait donc pas tout compris, d’autant plus que les juifs ne fréquentaient pas les samaritains.

Dans Jean on lit au sujet des samaritains et en particulier de la « femme samaritaine » :

Jean 4:9 La femme samaritaine lui dit : Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ? -Les Juifs, en effet, n’ont pas de relations avec les Samaritains. 4:10 Jésus lui répondit : Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. 4:11 Seigneur, lui dit la femme, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond ; d’où aurais-tu donc cette eau vive ? 4:12 Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ? 4:13 Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau aura encore soif ; 4:14 mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.

 

Les samaritains n’avaient pas tous compris mais ils avaient soif, soif de vérité.Le bon samaritain appliquait la loi telle que résumée par Jésus en Matthieu Chapitre 22 :

 Matthieu 22:36 Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ?22:37 Jésus lui répondit : Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée.22:38 C’est le premier et le plus grand commandement.22:39 Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même.22:40 De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

Il est à noter que

  •  Jésus décrit un sacrificateur et un lévite dans la parabole. Ces 2 personnes auraient du porter secours à cet homme,
  • Cet homme agressé , lui n’est pas décrit, c’est tout un chacun pour ainsi dire, vous, moi l’autre.

Autrement dit, le sacrificateur, c’est à dire un prêtre, et le lévite, un homme dont la tribu avait été choisie pour faire le lien entre Dieu et le peuple, ces 2 personnes ont choisi de passer outre. Leurs traditions enseignaient la haine de l’étranger, et ils n’ont pas su avoir de compassion.

De plus, Jésus s’adresse à un docteur de la loi , un juif érudit docteur des saintes écritures, qui n’avait pas compris QUI ETAIT LA VERITE.  Jésus termine en disant ; » Va, et toi, fais de même ». Autrement dit , toi le Docteur Juif pratique l’amour et la compassion comme ce samaritain que tu considères comme impur. Nous avons trop tendance à vouloir classer les personnes dans des catégories, sans savoir si nous même nous sommes dans la bonne catégorie.

Quelque fois nous serons tour à tour :

  • l’homme blessé qui s’est éloigné de Dieu et a besoin de secours,
  • le sacrificateur ou lévite sans compassion,
  • le bon samaritain qui porte secours au autres,
  • ou encore un homme versé dans les écritures, tel le docteur de la loi, mais qui ne les comprend pas avec son cœur.

Essayons

  • d’être comme la femme samaritaine qui cherche la vérité et l’entend avec son coeur
  • de rebrousser chemin, tant qu’il en est temps, lorsque nous descendons vers notre propre Jéricho
  • de retrouver le chemin de Jérusalem, c’est à dire, la voie de Dieu
  • d’avoir de la compassion
  • de ne pas seulement lire la Parole de Dieu sans discernement, mais d’entendre Jésus et d’appliquer la Loi.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

3 réponses à “L’HOMME BLESSE d’après la parabole du BON SAMARITAIN.

  1. C’est un bon rappel, Mathieu 24 v12 et parce-que l’iniquité se sera accrue l’amour, lacompassion,la charité du plus grand nombre se refroidira

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s